• Heureux qui près de toi soupire. Jacques Delille 1738 -1813,

    Heureux qui près de toi soupire.

    Recueil : Poésies fugitives (1802)

    Heureux celui qui près de toi soupire ;
    Qui sur lui seul attire ces beaux yeux,
    Ce doux accent et ce tendre sourire !
    Il est égal aux dieux.

    De veine en veine, une subtile flamme
    Court dans mon sein sitôt que je te vois ;
    Et, dans le trouble où s'égare mon âme,
    Je demeure sans voix.

    Je n'entends plus ; un voile est sur ma vue ;
    Je rêve, et tombe en de douces langueurs ;
    Et, sans haleine, interdite, éperdue,
    Je tremble, je me meurs.


    Jacques Delille
    « Amant et Maîtresse.(Philippe Brat)À toi pour toujours mon amour.(Pierre Chas) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    4
    Bombon
    Mardi 20 Août à 13:27

    Trés bien. Merci.

    3
    Mardi 20 Août à 11:35

    Bombon j'ai fait la comparaison des deux 

    à cette époque beaucoup ce copier les poèmes

    Merci de ma l'avoir signalé

    j'ai mis le vrai de sapho

    LD

    2
    Bombon
    Mardi 20 Août à 01:19

    Je suis sure que ce poeme est de Sapho, la poete de l'ancienne Grece et l'ancêtre de toutes les lebiennes. Comment osez vous le presenter comme si vous en etiez l'auteur? Un  peu de dignité, Monsieur. Honte à vous.

      • Mardi 20 Août à 07:25

        Bonjour Bombon 

        je vais me renseigner si oui je le supprimerai

        Merci à vous

        LD

    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :