• Guigemar ........................ Marie de France 1160-1210

    Guigemar

     Guigemar ........................ Marie de France 1160-1210

    Celui qui traite un beau sujet est fort affligé si son œuvre n'est pas bien réussie. Écoutez, seigneurs, ce que dit
    Marie qui ne néglige pas de faire profiter son époque de

    ses talents.
    Les gens doivent toujours louer celui dont on ne dit que du bien.
    Mais quand il y a dans un pays un homme ou une femme de grand talent, souvent ceux qui envient leurs qualités disent du mal de lui.
    Ils veulent rabaisser son mérite.
    Pour cela, ils jouent le rôle du chien méchant, lâche et fourbe qui mord les gens par traîtrise.
    Si les envieux ou les médisants veulent me critiquer,

    je ne me déroberai pas à ma tâche pour autant.
    Ils ont le droit de dire du mal d'autrui.

    Les contes que je sais véridiques et dont les
    Bretons ont fait des lais, je vous les conterai avec concision.
    Pour en finir avec cette introduction,

    Celui qui traite un beau sujet est fort affligé si son œuvre n'est pas bien réussie. Écoutez, seigneurs, ce que dit
    Marie qui ne néglige pas de faire profiter son époque de

    ses talents.
    Les gens doivent toujours louer celui dont on ne dit que du bien.
    Mais quand il y a dans un pays un homme ou une femme de grand talent, souvent ceux qui envient leurs qualités disent du mal de lui.
    Ils veulent rabaisser son mérite.
    Pour cela, ils jouent le rôle du chien méchant, lâche et fourbe qui mord les gens par traîtrise.
    Si les envieux ou les médisants veulent me critiquer,

    je ne me déroberai pas à ma tâche pour autant.
    Ils ont le droit de dire du mal d'autrui.

    Les contes que je sais véridiques et dont les
    Bretons ont fait des lais, je vous les conterai avec concision.
    Pour en finir avec cette introduction,

    Ni en
    Lorraine ni en
    Bourgogne,

    ni en
    Anjou ni en
    Gascogne,

    on ne pouvait trouver en ce temps-là

    un chevalier aussi parfait qui fût son égal.

    Nature commit toutefois une faute en le formant :

    elle le rendit indifférent à tout amour.

    Il n'y avait sur terre aucune dame ou jeune fille,

    si noble et belle qu'elle fût,

    qui, s'il lui avait fait sa déclaration,

    ne l'eût pris pour ami.

    Plusieurs femmes lui firent souvent des avances

    mais il n'éprouvait aucun désir envers elles.

    Nul n'avait l'impression

    qu'il voulait connaître l'amour.

    C'est pourquoi ses amis et les étrangers

    le considéraient comme perdu.

    C'est ainsi qu'en pleine gloire le jeune chevalier retourne dans son pays pour revoir son père et son seigneur, sa douce mère et sa sœur qui souhaitaient tant le retrouver.
    Il resta chez eux un mois entier, je crois.
    Il lui prit alors l'envie d'aller chasser. À la nuit tombée, il prévient ses chevaliers, ses veneurs, ses rabatteurs.
    De bon matin, il pénètre dans la forêt car il apprécie au plus haut point le plaisir de la

    chasse.
    Ils étaient sur la piste d'un grand cerf et les chiens furent lâchés.
    Les veneurs courent devant et le jeune homme traîne à l'arrière.
    Un serviteur lui porte son arc,

    son couteau et son chien de chasse.

    Guigemar voudrait bien avoir l'occasion de tirer

    une flèche avant de quitter la forêt.
    Au beau milieu d'un épais buisson, il aperçut une biche et un faon'.
    Cette bête était toute blanche avec des bois de cerf sur la tête.
    Les aboiements du chien la font bondir.
    Guigemar tend son arc et tire sur elle.
    Il l'atteint au front.
    Elle s'écroule aussitôt.
    La flèche fait ricochet et revient frapper
    Guigemar de telle manière qu'elle lui traverse la cuisse jusqu'à atteindre le

    cheval et à obliger
    Guigemar à mettre pied à terre.
    Il tombe à la renverse sur l'herbe drue, tout à côté de la biche qu'il avait visée.
    La bête qui était blessée avait très mal et gémissait.
    Puis elle prononça ces mots: «
    Hélas !
    Je vais mourir et toi, jeune homme qui m'as blessée, que telle soit ta destinée : puisses-tu ne jamais trouver la guérison!
    Ni herbes ni racines, ni médecin ni potion ne pourront te guérir de la plaie que tu as dans la cuisse avant que te guérisse celle qui souffrira pour l'amour de toi de si grandes
    peines et une telle douleur

    que jamais aucune femme n'en souffrit de semblables.

    Et toi, tu souffriras ' autant pour elle !

    Ce qui provoquera l'émerveillement

    de tous ceux qui aiment, auront aimé

    ou aimeront dans l'avenir.

    Va-t'en d'ici !
    Laisse-moi en paix ! »
    Guigemar était grièvement blessé.

    Ce qu'il venait d'entendre le bouleversait.

    Il se mit à réfléchir

    au pays où il pourrait se rendre

    pour faire guérir sa plaie.

    Car il ne voulait pas se laisser mourir.

    Il savait pertinemment et se répétait

    qu'il n'avait jamais vu aucune femme

    à qui il pourrait vouer son amour

    et qui pourrait lui ôter sa souffrance.

    Il fait venir son valet devant lui :

    «Ami, lui dit-il, pars vite et pique des deux!

    Dis à mes compagnons de revenir

    car je voudrais leur parler ! »

    Le valet part au galop et lui reste seul.

    Il gémit terriblement.

    Avec sa chemise qu'il serre bien,

    il bande solidement sa plaie.

    Puis il monte à cheval et s'en va.

    Il lui tarde bien de s'éloigner.'

    Il ne veut voir arriver aucun des siens

    qui pourrait le gêner ou le retenir sur place.

    Il traversa la forêt

    en suivant un chemin verdoyant qui le mena hors de la forêt

    jusqu'à la lande ; dans la plaine,

    il vit une falaise et une montagne

    au pied de laquelle coulait une rivière.

    Elle devenait un bras de mer sur laquelle se trouvait un port.

    Et, dans ce port, il n'y avait qu'un seul navire

    dont
    Guigemar aperçut la voile.

    La nef se trouvait parfaitement prête à prendre la mer.

    Elle était calfatée à l'extérieur et à l'intérieur.

    Impossible de voir la moindre jointure.

    Pas une cheville, pas un crampon

    qui ne fût entièrement en ébène.

    Elle valait plus cher qu'aucun trésor au monde.

    La voile, entièrement en soie,

    montrait toute sa splendeur lorsqu'on la déployait.

    Le chevalier restait songeur

    car ni dans sa région ni dans tout le pays

    on n'avait jamais entendu dire

    que des navires pouvaient aborder là.

    Il s'avance, descend de cheval

    et, tout anxieux, pénètre sur le navire.

    Il pensait y trouver des hommes d'équipage

    chargés de le garder

    mais il n'y avait aucune âme à bord et il ne vit personne.

    Au milieu du navire, il trouva un lit

    dont les montants et les longerons

    étaient d'or gravé selon l'art de
    Salomon

    et incrusté de cyprès et d'ivoire blanc.

    La couette qui le recouvrait

    était en soie brodée d'or.

    Je suis incapable d'évaluer le prix des draps

    mais pour l'oreiller je peux vous dire ceci :

    celui qui y poserait la tête

    n'aurait jamais de cheveux blancs.

    La couverture tout en zibeline

    était doublée de pourpre ' d'Alexandrie.

    Deux chandeliers d'or pur

    (le moins beau valait un trésor)

    étaient placés à la proue du navire

    et garnis de deux cierges allumés.

    Tout cela le remplit d'émerveillement.

    Il s'appuya sur le lit.

    Il s'y reposa même car sa blessure le faisait souffrir.

    Puis il se leva et voulut s'en aller ;

    mais il ne pouvait plus faire demi-tour.

    Le navire se trouvait déjà en haute mer.

    Avec lui, il s'éloigne rapidement

    car le temps est favorable et le vent souffle.

    Il n'est pas question de retourner.

    Il est bien triste et ne sait que faire.

    Ce n'est pas étonnant s'il est inquiet

    car sa blessure le fait beaucoup souffrir.

    Il lui faut donc supporter cette aventure.

    Il prie
    Dieu de le prendre sous sa protection,

    d'user de sa puissance pour le conduire à bon port

    et lui éviter la mort.

    Il se coucha sur le lit et s'endormit.

    Aujourd'hui, il a franchi le cap le plus difficile.

    Avant le soir, il parviendra

    à l'endroit où il obtiendra sa guérison,

    à l'orée d'une vieille cité

    qui était la capitale de ce royaume.
    Le seigneur qui la gouvernait

    était un vieillard marié

    à une femme de haute naissance,

    noble, courtoise, belle et avisée.

    Le mari était extrêmement jaloux

    car
    Nature veut

    que tous les vieux soient jaloux.

    Aucun ne supporte l'idée d'être cocu ;

    c'est l'âge qui contraint d'en passer par là!

    Le vieux surveillait sa femme et ce n'était pas

    pour rire.
    Dans un jardin, au pied du donjon, il y avait un enclos fermé de toutes parts par un mur de marbre vert qui était très large et très haut.
    Il n'y avait qu'une seule entrée gardée jour et nuit.

    A l'opposé, la mer formait un obstacle.
    Nul ne pouvait sortir ou entrer si ce n'est à bord d'un bateau, quand les besoins du château l'exigeaient.
    A l'intérieur de la muraille, le seigneur avait fait

    construire une chambre pour mettre sa femme en sûreté.
    Il n'y avait pas de plus belle chambre au monde.
    La chapelle se trouvait à l'entrée et tous les murs de la chambre étaient peints.
    Vénus, la déesse de l'amour, y était bien représentée.
    Elle montrait les caractères et la nature du comportement amoureux et de ses devoirs ainsi que la nature d'un service d'amour loyal.
    Elle jetait dans un grand feu le livre où
    Ovide enseigne comment chacun peut réprimer son amour'.
    Elle excommuniait tous ceux qui, à l'avenir, liraient ce livre ou suivraient son enseignement.

    C'est dans cette chambre que la dame avait été

    mise et emprisonnée.
    Elle avait à son service une jeune fille de belle noblesse et de grande éducation.
    C'était son mari qui la lui avait donnée; il s'agissait de sa propre nièce, une fille de sa

    sœur.
    Entre les deux femmes régnait une grande amitié.
    La jeune fille restait auprès de la dame quand le

    mari partait en voyage.
    Jusqu'à son retour,

    ni homme ni femme n'aurait pu entrer ni franchir le mur pour sortir.
    Un vieux prêtre avec barbe et cheveux blancs gardait la clé de cette porte.
    Il avait perdu tous les attributs de sa virilité; autrement on n'aurait pas eu confiance en lui.
    Il célébrait l'office divin devant la dame et lui servait ses repas.

    Le même jour, tôt dans l'après-midi, la dame s'était rendue dans le jardin.
    Elle avait dormi après le repas et elle était allée se distraire avec la jeune fille pour toute compagnie.
    Elles regardent vers le bas en direction du rivage et voient le navire, à marée montante, qui arrivait au port, toutes voiles dehors, mais elles ne voient personne le conduire.
    La dame veut prendre la fuite et ce n'est pas étonnant qu'elle ait peur.
    Elle en a le visage tout rouge.
    Mais la jeune fille, qui était avisée et bien plus courageuse, la réconforte et la rassure.

    Elles se dirigent en hâte vers le navire.

    La jeune fille enlève son manteau

    et pénètre dans le navire qui était très beau.

    Elle ne trouve âme qui vive

    à l'exception du chevalier qui dormait.

    Elle vit qu'il était pâle et le crut mort.

    Elle s'arrête et l'examine

    puis retourne sur ses pas

    et appelle aussitôt la dame.

    Elle lui dit toute la vérité

    et se lance dans une déploration sur le mort qu'elle

    a vu.
    La dame lui répond : «
    Allons là-bas !
    S'il est mort, nous l'enterrerons; notre prêtre nous y aidera.
    Mais si je le trouve en vie, il parlera. »
    Elles partent ensemble sans tarder : la dame d'abord et la jeune fille ensuite.
    Après être entrée dans le navire, la dame s'arrêta devant le lit.
    Elle regarda le chevalier et se lamenta sur ce qui était arrivé à son corps et

    à sa beauté.
    Elle était triste et peinée pour lui et disait que sa jeunesse avait été brisée.
    Elle pose la main sur la poitrine du jeune homme et sent qu'il est encore chaud et que son cœur est

    en bonne santé puisqu'il bat dans sa poitrine.
    Le chevalier encore endormi s'éveilla soudain et vit la dame.
    Il s'en réjouit et la salua.

    Il comprend bien qu'il est arrivé sur un rivage.
    Quant à la dame, anxieuse et en larmes,

    elle lui répond fort aimablement

    et lui demande

    comment il est venu et de quel pays,

    s'il s'est exilé à cause de la guerre.

    «
    Dame, dit-il, ce n'est pas cela!

    Mais si vous souhaitez que je vous dise

    la vérité, je vais vous la conter :

    je ne vous cacherai rien.

    Je suis de
    Petite
    Bretagne

    et aujourd'hui je suis allé au bois pour chasser.

    J'ai atteint une biche blanche

    et la flèche a fait ricochet ;

    elle m'a blessé si grièvement à la cuisse

    que plus jamais je ne pense être guéri.

    La biche se plaignit et se mit à parler ;

    elle me maudit avec force et me voua

    à ne jamais connaître la guérison

    sinon par une jeune femme

    que je ne sais où trouver.

    Après avoir entendu le sort qui m'était destiné,

    j'ai rapidement quitté la forêt.

    J'ai vu ce navire dans un port

    et j'ai eu la folie d'y monter.

    Le navire est parti en m'emportant.

    Je ne sais pas où j'ai abordé

    ni comment cette cité se nomme.

    Noble dame, au nom de
    Dieu, je vous en prie !

    Conseillez-moi, s'il vous plaît,

    car je ne sais pas où me rendre

    et je ne suis pas capable de diriger le navire. »

    Elle lui répond: «Noble et cher seigneur,

    je vous conseillerai bien volontiers.

    Cette cité appartient à mon mari

    ainsi que tous les environs.

    C'est un personnage puissant et de grande noblesse

    mais il est très âgé

    et atrocement jaloux.

    Je veux vous l'assurer:

    il m'a enfermée dans cet enclos.

    Il n'y a qu'une seule entrée.

    Un vieux prêtre garde la porte.

    Que
    Dieu le livre aux flammes de l'enfer !

    Je suis enfermée ici nuit et jour

    et je ne suis pas assez hardie

    pour sortir si le prêtre ne me l'a pas ordonné

    sur l'ordre de mon mari.

    J'ai ici ma chambre et ma chapelle.

    Cette jeune fille me tient compagnie.

    S'il vous plaît d'y rester

    jusqu'à ce que vous puissiez reprendre votre

    voyage, nous vous hébergerons volontiers et nous vous servirons de bon cœur. »
    Après avoir entendu ces paroles, il remercie très aimablement la dame et lui dit qu'il restera à ses côtés.
    Il se lève du lit et se met sur pieds.
    Les deux femmes l'aident avec difficulté.
    La dame l'emmène dans sa chambre.
    C'est sur le lit de la jeune fille, derrière un paravent qui servait de rideau dans la chambre, que le jeune homme fut allongé.
    Elles lui apportèrent de l'eau dans un bassin d'or et lui lavèrent sa plaie et sa cuisse.
    Avec un bon tissu de lin blanc, elles lui ôtèrent le sang tout autour et lui firent un pansement bien serré.

    Elles lui témoignèrent toute leur attention.

    Le soir, quand leur repas fut servi,

    la jeune fille préleva de la nourriture

    pour que le chevalier en eût à satiété.

    Il a bien mangé et bien bu !

    Mais l'amour l'avait frappé au vif

    et son cœur était en proie à une grande lutte

    car la dame l'a si profondément blessé

    qu'il en a complètement oublié son pays.

    Sa plaie ne lui fait plus mal du tout.

    Il pousse de profonds soupirs.

    Il prie la demoiselle qui doit veiller sur lui

    de le laisser dormir.

    Alors, elle s'en va et le laisse seul

    après qu'il lui a donné son congé.

    Elle partit rejoindre sa dame

    qui brûlait de la même flamme

    dont
    Guigemar était saisi

    et qui embrasait et enflammait son cœur.

    Le chevalier restait seul ; il était songeur et souffrait beaucoup.
    Il ne sait pas encore ce que cela signifie mais pourtant il s'aperçoit bien que s'il ne reçoit pas sa guérison de cette dame il est absolument certain de mourir. «
    Hélas ! se dit-il, que faire ?
    J'irai la trouver et j'implorerai sa pitié et sa merci '

    pour ce pauvre malheureux, tout désemparé.
    Si elle est trop orgueilleuse et trop dure pour repousser ma prière,

    alors il ne me restera plus qu'à mourir de douleur ou à languir pour toujours de ce mal. »
    Alors il poussa un soupir ; peu de temps après.

    il lui vint une nouvelle idée

    et il se dit qu'il lui fallait supporter ce mal,

    car ainsi fait celui qui n'a pas le choix.

    Toute la nuit, il a veillé,

    soupiré et souffert.

    Il ne cesse de se rappeler

    les paroles et l'air,

    les yeux vifs et la belle bouche

    dont la douceur lui touche le cœur.

    Dans un murmure, il implore sa pitié

    et pour un peu il l'appellerait son amie.

    Si lui-même avait su ce qu'elle ressentait

    et à quel point l'amour la tourmentait,

    il en aurait été très heureux, je crois.

    Un peu de soulagement

    aurait allégé la souffrance

    qui faisait pâlir son visage.

    Si lui-même souffrait de son amour pour elle,

    elle de son côté ne pouvait guère s'en féliciter.

    De bon matin, avant le lever du jour,

    la dame s'était levée.

    Elle n'avait pas dormi et elle s'en plaignait.

    Voilà bien l'effet de l'amour qui l'étreint !

    La jeune fille qui se trouvait à ses côtés

    avait parfaitement compris au visage

    de sa dame que celle-ci aimait

    le chevalier qui séjournait

    dans la chambre dans l'attente de sa guérison.

    Mais elle ne sait pas s'il l'aime ou non.

    Pendant que la dame était dans la chapelle,

    la jeune fille alla trouver le chevalier.

    Elle s'assit devant le lit; le chevalier s'adressa à elle et lui dit : «Amie, où est donc allée ma dame?

    Pourquoi s'est-elle levée d'aussi bon matin ? »

    Puis il se tut et soupira.

    La jeune fille lui répondit :

    «
    Seigneur, vous êtes amoureux !

    Évitez de trop dissimuler vos sentiments !

    Vous pouvez aimer de telle sorte

    que votre amour sera bien placé.

    Celui qui voudrait aimer ma maîtresse

    devrait la tenir en grande estime.

    Cet amour serait exemplaire

    si vous étiez fidèles l'un à l'autre

    car vous êtes beaux tous les deux. »

    Il répondit à la jeune fille :

    «Je suis enflammé d'un tel amour

    que le pire pourrait bien m'arriver

    si je ne reçois pas aide et secours!

    Conseillez-moi, ma douce amie !

    Comment m'y prendre avec cet amour?»

    Avec une grande douceur, la jeune fille

    réconforte le chevalier

    et l'assure de son aide ;

    elle fera tout ce qu'elle peut pour lui.

    Elle était fort gentille et d'une grande courtoisie.

    Après avoir entendu la messe, la dame revint sans tarder.
    Elle voulait savoir ce que faisait celui à qui son cœur vouait un amour infini : s'il veillait ou s'il dormait.
    Or, voici que la jeune fille l'appelle et lui demande de venir auprès du chevalier.
    Elle pourra tout à loisir lui montrer et lui exprimer ses sentiments, que cela lui vaille profit ou dommage.
    Il la salue et elle fait de même.

    Ils sont l'un et l'autre dans un grand trouble.

    Il n'ose pas lui faire sa déclaration

    car il vient d'un pays étranger.

    S'il lui révèle ses sentiments, il craint

    d'être haï d'elle ou mis à l'écart.

    Mais, si l'on ne montre pas son mal,

    il est difficile d'obtenir sa guérison.

    L'amour est une plaie intérieure

    qui ne transparaît pas au-dehors.

    C'est un mal qui résiste longtemps

    parce qu'il vient de
    Nature.

    Beaucoup s'en moquent,

    comme ces ignobles galants

    qui font les jolis cœurs partout

    et qui se vantent ensuite de leurs succès.

    Ceci n'est pas de l'amour, mais de la folie,

    de la perversité et de la débauche.

    Quand on peut trouver un amant loyal,

    il faut le servir, l'aimer

    et lui obéir.

    Guigemar ressentait un profond amour :

    ou bien il recevra un prompt secours

    ou il lui faudra vivre à l'encontre de ses désirs.

    L'amour lui donne de la hardiesse

    et il révèle à la dame son désir.

    «
    Dame, dit-il, je meurs pour vous !

    Mon cœur est profondément troublé.

    Si vous ne voulez pas me guérir,

    alors il me faudra mourir.

    Je vous demande votre amour,

    belle dame, ne me repoussez pas ! »

    Après l'avoir bien écouté,

    elle lui répondit aimablement

    et lui dit en souriant: «Ami,

    ce serait prendre une décision hâtive

    que de vous accorder votre demande !

    Je ne suis pas coutumière de cet état de fait.


    Ma dame, fait-il, au nom de
    Dieu, pitié !

    Ne vous fâchez pas de ce que je vais vous dire.

    Une femme de mœurs légères

    cherche longtemps à se faire prier

    pour se faire apprécier afin qu'on ne puisse pas penser

    qu'elle use et abuse du plaisir d'amour.

    Mais une dame aux pensées pures,

    pleine de mérite et d'intelligence,

    si elle trouve un homme à sa convenance

    ne se montrera pas trop cruelle.

    Bien au contraire, elle l'aimera et en retirera de la joie.

    Avant que personne ne le sache ou l'apprenne,

    ils auront tiré bien du profit de leur amour.

    Belle dame, mettons un terme à cette discussion ! »

    La dame comprend qu'il dit vrai

    et elle lui accorde aussitôt

    son amour et il lui donne un baiser.

    Guigemar est heureux à présent.

    Ils couchent ensemble et se parlent ;

    ils échangent des baisers et s'enlacent.

    Ils n'ont plus qu'à s'occuper maintenant de la suite,

    de tout ce que les amants ont coutume de faire.
    Pendant un an et demi, il me semble,

    Guigemar vécut avec son amie.

    Leur vie fut remplie de délices.

    Mais
    Fortune ' qui sait toujours rappeler sa présence

    fait tourner sa roue en peu de temps ;

    elle élève l'un et rabaisse l'autre.

    Tel est le sort qui attendait les amants

    car ils finissent par être découverts !

    Un matin d'été, la dame était couchée près du jeune homme.
    Elle lui baisait la bouche et le visage ; puis elle lui dit : «
    Cher et doux ami, mon cœur me dit que je vais vous perdre.
    On nous suivra et on va nous découvrir.
    Si vous mourez, je veux mourir aussi, et si vous pouvez me quitter, vous trouverez un autre amour et moi je resterai en proie à ma douleur.


    Dame, dit-il, ne parlez pas de la sorte !
    Que je n'éprouve plus jamais joie ni paix

    si jamais je me tourne vers une autre femme !
    N'ayez aucune crainte à ce propos!


    Ami, donnez-moi un gage !
    Remettez-moi votre tunique.
    Avec le pan de dessous,

    je ferai un nœud.

    Je vous donne la permission, où que ce soit,

    d'aimer celle qui défera ce nœud

    et qui saura le défaire. »

    Il lui donne la tunique et prête serment.

    La dame y fait le nœud de telle manière

    qu'une femme serait incapable de le défaire

    sans employer de ciseaux ou un couteau.

    Puis elle lui rend la tunique.

    Il l'accepte mais à condition

    de recevoir également d'elle un gage :

    il consistait à porter la ceinture

    dont il ceignait à nu sa peau

    et qui lui serrait les flancs.

    Celui qui pourra ouvrir la boucle

    sans briser ni découper la ceinture,

    il la prie de l'aimer.

    Puis il l'embrasse et les choses en restent là.

    Le jour même, ils furent aperçus, découverts et pris sur le fait par un chambellan soupçonneux envoyé par son maître.
    Il voulait parler à la dame mais ne parvint pas à entrer dans la chambre.
    Il les aperçut par une fenêtre.
    Il alla trouver son maître et lui rapporta tout.
    Quand son maître l'eut écouté, il éprouva le plus grand trouble de sa vie.
    Il convoqua trois de ses proches et se rendit aussitôt dans la chambre.
    Il en fait défoncer la porte et trouve le chevalier à l'intérieur.
    Sous l'emprise de sa grande colère, il donne l'ordre de le tuer.
    Guigemar se leva et n'eut même pas peur.
    Il saisit une grosse perche de sapin sur laquelle on suspendait les vêtements puis il les attendit.
    Il comptait bien leur faire du mal.
    Avant de les laisser s'approcher, il les aurait tous mis à mal.
    Le seigneur le regarda et lui demanda qui il était, d'où il venait et comment il était entré là.
    Guigemar lui raconte comment il est arrivé et comment la dame l'a gardé à ses côtés.

    Il lui parle de la prophétie

    de la biche blessée,

    du navire et de sa plaie.

    Maintenant, il était entièrement sous le pouvoir du seigneur des lieux.

    Ce dernier lui répond qu'il ne croit pas son histoire.

    Si c'était la vérité

    et s'il pouvait retrouver le navire,

    il rejetterait
    Guigemar à la mer.

    Et si
    Guigemar en réchappait, il en serait désolé !

    Il préférerait plutôt le voir noyé.

    Une fois que le seigneur lui eut donné des garanties,

    ils trouvèrent le navire et y placèrent
    Guigemar.

    Le navire s'en retourna vers son pays.

    Il naviguait bien, sans tarder.

    Le chevalier soupirait et pleurait.

    Il ne cessait de regretter la dame

    et priait le
    Dieu tout-puissant

    de lui accorder une prompte mort

    et de ne jamais parvenir à bon port

    s'il ne peut retrouver son amie

    qu'il aime bien plus que sa vie.

    Tandis qu'il s'adonne à sa douleur,

    le navire arrive au port

    où il l'avait trouvé la première fois.

    C'était tout près de son pays.

    Guigemar débarque le plus vite possible.

    Un jeune homme qu'il avait formé

    et qui recherchait un chevalier

    tenait un destrier par la bride.

    Le jeune homme se retourna,

    le reconnut et l'appela.

    En voyant son maître, il mit pied à terre

    pour lui remettre le cheval.

    Ils partent ensemble et tous les amis de
    Guigemar

    sont heureux de le revoir.

    Il fut très fêté dans son pays

    mais il restait toujours muet et soucieux.

    On voulait qu'il prît femme

    mais il refusa cette éventualité.

    Ni la richesse ni l'amour

    ne lui feront prendre femme

    sauf si l'une d'elles peut déplier

    sa tunique sans la déchirer.

    La nouvelle se répand dans toute la
    Bretagne.

    Il n'y a dame ni jeune fille

    qui n'aille tenter l'épreuve

    mais aucune ne peut déplier la chemise.

    Je veux vous parler de la dame que
    Guigemar aime tant.
    Sur le conseil d'un de ses barons, le mari l'a emprisonnée dans une tour de marbre gris.
    Elle souffre le jour et la nuit encore plus.
    Personne au monde ne pourrait évoquer la grande peine et le martyre, la peine et la douleur que la dame souffre dans la tour.
    Elle y resta deux ans et même plus, je crois, sans jamais goûter joie ni plaisir.
    Elle ne cesse de regretter son ami : «Guigemar, seigneur, c'est pour mon malheur

    que je vous ai rencontré !
    Je préférerais mourir tout de suite plutôt que de souffrir longtemps encore.
    Ami, si je peux m'échapper,

    j'irai me noyer là où vous avez été livré

    à la mer. »
    Elle se leva

    et, toute hébétée, s'approcha de la porte.

    Elle ne trouva ni clé ni serrure

    et se risqua au-dehors ;

    il n'y avait personne pour lui faire obstacle.

    Elle arrive au port et trouve le navire.

    Il était amarré au rocher

    près duquel elle voulait se noyer.

    Quand elle voit le navire, elle y pénètre

    mais il lui vient à l'esprit

    que son ami s'est noyé là.

    Alors, elle ne peut plus tenir sur ses jambes.

    Si elle avait pu parvenir au bastingage,

    elle se serait laissée tomber dans l'eau.

    Elle souffre un tourment et une peine immenses.

    Le navire s'en va et l'emporte rapidement.

    Elle arriva dans un port de
    Bretagne,

    au pied d'un magnifique château fort.

    Le seigneur à qui appartenait ce château

    s'appelait
    Mériadoc.

    Il était en guerre contre son voisin.

    Mériadoc s'était levé de bon matin

    parce qu'il voulait envoyer ses hommes

    ravager la terre de son ennemi.

    Il se tenait devant une fenêtre

    et il vit le navire arriver.

    Il descendit l'escalier,

    appela son chambellan

    et ils se dirigèrent en hâte vers le navire.

    Ils montèrent à bord à l'aide de l'échelle

    et trouvèrent à l'intérieur la dame,

    belle comme une fée.

    Il s'empara d'elle en la saisissant par le manteau

    et l'emmena avec lui dans son château.

    Il était heureux de sa trouvaille

    car elle était extrêmement belle.

    Quel que soit celui qui a pu la mettre dans le

    navire, il comprend bien qu'elle est de haute naissance.

    Jamais il ne voua à une femme l'amour qu'il vouait à celle-ci.
    Mériadoc avait une sœur qui n'était pas encore

    mariée.
    Il lui confia la dame et l'emmena dans sa très belle chambre.
    On la servit et on l'honora beaucoup.
    Mériadoc lui procura de riches vêtements et de

    belles parures mais la dame restait toujours morne et soucieuse.
    Il va souvent lui parler car il l'aime de tout son cœur.
    Il la sollicite mais elle n'en a cure.
    Elle lui montre plutôt la ceinture : jamais elle n'aimera un homme sauf celui qui saura l'ouvrir sans la briser.
    Après l'avoir écouté, il lui répond avec colère : «
    Il y a aussi dans ce pays un chevalier de grande valeur.
    Il refuse de prendre femme à cause d'une tunique dont le pan droit est noué.
    Il est impossible de le dénouer sinon avec des ciseaux ou un couteau.
    C'est vous, je pense, qui avez fait ce nœud ! »
    A ces mots, la dame soupira.
    Elle manqua de s'évanouir.

    Il la reçoit dans ses bras

    et tranche les lacets de sa tunique.

    Il voulait ouvrir la ceinture

    mais il ne put en venir à bout !

    Par la suite, il soumit à cette épreuve

    tous les chevaliers du pays.

    Les choses en restèrent là fort longtemps jusqu'au jour où
    Mériadoc organisa un tournoi ' pour affronter son ennemi.
    Il envoya chercher des chevaliers qu'il garda à

    ses côtés.
    Il savait parfaitement que
    Guigemar viendrait et il lui demanda, en échange de services rendus comme ami et compagnon, de ne pas lui faire défaut en cette circonstance et de venir à son aide.
    Guigemar s'y rendit en bel équipage.
    Il emmena avec lui plus de cent chevaliers.
    Mériadoc le logea dans son donjon avec de grands honneurs.
    Il prie sa sœur de venir à sa rencontre et lui fait dire par deux chevaliers de se parer et de venir au-devant de
    Guigemar en emmenant la dame qu'il aime tant.
    Sa sœur lui obéit.
    Somptueusement vêtues, elles arrivent dans la grande salle en se tenant

    par la main.
    La dame était soucieuse et pâle.
    Elle entend le nom de
    Guigemar.
    Elle ne peut plus se soutenir.
    Si la demoiselle ne l'avait pas retenue, elle serait tombée par terre.

    Le chevalier se leva devant elles.

    Il vit la dame et regarda

    son visage et son air.

    Il recula quelque peu et dit :

    «Est-ce bien ma douce amie,

    mon espérance, mon cœur, ma vie,

    ma belle dame qui m'a aimé ?

    D'où vient-elle?
    Qui l'a amenée ici?

    Mais je suis fou !

    Je sais bien que ce n'est pas elle.

    Les femmes se ressemblent beaucoup.

    Ma pensée divague pour un rien.

    Pourtant, comme elle ressemble

    à celle pour qui mon cœur soupire et tremble !

    Je lui parlerai volontiers. »

    Alors le chevalier s'avance,

    il lui donne un baiser et s'assoit à côté d'elle.

    Il ne dit pas un seul autre mot,

    excepté qu'il lui demande de s'asseoir.

    Mériadoc les observa

    et leur air le gêna fort.

    Il interpelle
    Guigemar en souriant :

    «
    Seigneur, dit-il en parlant de sa sœur, si vous

    vouliez bien, cette jeune fille tenterait bien de dénouer votre tunique pour voir si elle a une chance de réussir. »
    Guigemar lui répondit : «
    Je veux bien. »
    Et il appela un chambellan qui avait la garde de la tunique.
    Il lui ordonna de l'apporter.
    On la confia à la sœur de
    Mériadoc qui ne réussit pas à la dénouer.

    Quant à la dame, elle reconnut parfaitement le

    nœud mais son cœur était au supplice car elle tenterait volontiers l'épreuve si elle le pouvait ou si elle l'osait.
    Mériadoc s'en était rendu compte ; il en fut affligé au possible. «
    Dame, dit-il, essayez donc de défaire ce nœud ! » À cette invitation, elle saisit le pan de la tunique et le dénoua facilement.
    Le chevalier s'en émerveille.
    Il la reconnaît bien mais pourtant il ne peut croire que c'est vraiment elle.
    Il lui parle en ces termes : «
    Amie, douce amie, est-ce bien vous ?
    Dites-moi la vérité !
    Laissez-moi voir sur vous la ceinture que je vous ai mise ! »
    Il touche alors ses flancs et trouve la ceinture : «
    Belle amie, quel hasard de vous retrouver ici !
    Qui vous a amenée jusqu'ici?»
    Elle lui raconta alors la souffrance, les grandes peines et la tristesse qu'elle ressentit dans la prison où elle était et comment il lui arriva de pouvoir s'échapper.

    Elle voulait se noyer mais elle trouva le navire ; elle y entra et arriva dans ce port où le chevalier l'a retenue.
    Il lui a témoigné de grands égards

    mais n'a cessé de requérir son amour.
    Maintenant sa joie est revenue : «
    Ami, emmenez la femme de votre cœur ! »
    Guigemar se leva : «Seigneurs, dit-il, écoutez-moi.
    Je viens de reconnaître ici l'amie que je pensais avoir perdue.
    Je prie et j'implore
    Mériadoc de me la rendre, par pitié !
    Je deviendrai son homme lige.
    Je le servirai pendant deux ou trois ans avec cent chevaliers et même plus ! »
    Mais
    Mériadoc répondit : «
    Guigemar, cher ami, je ne suis pas démuni ni acculé par une guerre quelconque au point que vous deviez me faire cette requête.
    Je l'ai trouvée, je la garderai, et je la défendrai contre vous ! »
    A ces mots,
    Guigemar presse ses hommes de monter à cheval.
    Il quitte les lieux en défiant
    Mériadoc.
    Il est surtout désolé d'abandonner son amie.
    Guigemar emmène avec lui tous les chevaliers qui étaient venus dans la ville pour participer au tournoi.
    Chacun l'assure de son aide : ils iront avec lui, où qu'il aille.
    Honte à celui qui lui fera défaut !
    La nuit, ils arrivent au château du seigneur en guerre contre
    Mériadoc.
    Le seigneur les hébergea en se réjouissant beaucoup de l'aide de
    Guigemar.

    Il comprit que la guerre était finie.

    Le lendemain, de bon matin, ils se levèrent

    et s'équipèrent dans leurs logis.

    Ils quittèrent bruyamment la ville

    sous la conduite de
    Guigemar.

    Ils arrivèrent au château de
    Mériadoc et donnèrent l'assaut.

    Mais c'était un château fortifié et ils échouèrent.

    Guigemar fit alors le siège de la ville.

    Il n'était pas disposé à le lever avant de l'avoir prise.

    Comme le nombre de ses amis et de ses hommes croissait sans cesse,

    il put réduire les assiégés à la famine.

    Il prit et détruisit le château

    et tua le seigneur qui s'y trouvait.

    Tout joyeux, il emmena son amie

    et il fut enfin au bout de ses peines.
    Du conte que vous venez d'entendre

    on a composé ' le lai de
    Guigemar

    qu'on joue sur la harpe et la rote.

    Sa musique est douce à entendre.

     
    « Équitan ................ Marie de France 1160-1210 A Gabriel Vicaire ........................ Paul Verlaine 1844 -1896. »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :