• s’attirer les foudres (de quelqu’un)

    000000000000000000000000000000000000000000000foudre

     « S’attirer les foudres (de quelqu’un)  » S’attirer des reproches, une condamnation

    Si vous lisez ces lignes, c’est probablement que vous n’avez jamais pris une décharge de foudre sur la tête, car très rares sont ceux qui y survivent.

    Pour nous, la foudre est une manifestation naturelle, une décharge électrique extrêmement intense qui se produit par temps d’orage soit entre deux nuages, soit entre un nuage et le sol.
    Mais il y a à peine quelques siècles, cette ‘petite’ décharge était considérée comme la manifestation de la colère divine (il ne faut pas oublier, en remontant plus loin encore dans le temps, que Jupiter ou Zeus était traditionnellement représenté tenant un ou plusieurs foudres, faisceaux enflammés qui lui servaient d’armes).

    Or, en général, c’est une faute qui provoque la colère de l’autre. C’est ainsi que « les foudres », au pluriel, ont été assimilés à de sévères reproches, à une condamnation (« s’attirer les foudres de l’Église », par exemple) et que l’expression est apparue à la fin du XVIe siècle.

     

    Extrait de Expressio

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Ce n’est pas pour des prunes


    C’est comme si l’on disait : Ce n’est pas pour rien

     

    Il y a ici une allusion aux prunes, qui sont des fruits à très bon marché, par cela même qu’elles sont excessivement communes. De là le mot prune a servi de base à ce proverbe et se trouve au nombre des termes qu’on employait pour indiquer une appréciation très minime de la valeur d’un objet. Il y a une expression proverbiale analogue qui fait le pendant de celle-ci : Ce n’est pas pour des nèfles, signifiant la même chose, parce que les nèfles sont aussi fort communes.

    On peut citer comme origine de ce proverbe le fait suivant, extrait de la Correspondance d’Orient (tome Vl) : « Les prunes de Damas ont une grande célébrité. En 1148, nos croisés étant retournés à Jérusalem après avoir vainement assiégé Damas, furent accusés d’avoir fait le voyage de Damas pour des prunes. » On trouve dans Molière ce vers qu’il fait dire à Sganarelle : « Si je suis affligé, ce n’est pas pour des prunes », c’est-à-dire, ce n’est pas pour rien.

    On cite à ce propos une petite anecdote sur laquelle quelques personnes s’appuient pour en déduire l’origine de ce proverbe : « On avait fait présent au docteur Martin Gandin, doyen de la Sorbonne, de quelques boîtes de bonnes prunes de Gênes qu’il serra dans son cabinet. Une fois, par mégarde, il laissa la clé sur sa porte et des écoliers, ses pensionnaires, en entrant dans ce cabinet, firent main basse sur une demi-douzaine de ces boîtes. Le Dr Grandin, ne pouvant accuser personne de ce larcin que ses écoliers, fit grand bruit et voulut les chasser immédiatement, lorsque l’un deux se jeta à ses genoux en disant : Hé ! monsieur, si vous nous traitez de la sorte, on dira que vous nous avez chassés pour des prunes. A ces mots le docteur ne put s’empêcher de rire et pardonna. »

    http://www.france-pittoresque.com

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Chercher la petite bête

    Être tatillon, critique à l’excès

    Chercher la petite bête

    Cette locution proverbiale s’applique à toute recherche relative aux motifs cachés d’une affaire ou à la garde d’un secret. On s’en sert aussi pour qualifier des hommes méticuleux à l’excès ; elle est aussi applicable aux critiques qui perdent leur temps dans les simples détails d’une phrase, au lieu de s’occuper de choses plus importantes.

    Voici l’origine que l’on peut donner à cette expression. « Un ancien acteur du théâtre des Variétés, appelé Brunet, absorbé par l’étude de son rôle, cherchait à produire sur la scène un effet de niaiserie. On le voyait sans cesse marmottant entre ses dents et, quand un camarade lui demandait à quoi il songeait, il répondait invariablement : Je cherche la petite bête. 

    »http://www.france-pittoresque.com

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Jeter une pierre dans le jardin de quelqu’un

    Jeter une pierre dans le jardin de quelqu’un

    L’accuser ou le faire soupçonner d’un acte ou d’une parole dont il peut être innocent, mais dont, dans tous les cas, sa réputation doit souffrir

    Cette comparaison entre un jardin et le caractère d’une personne tend à indiquer une intention de nuire, soit par des paroles malveillantes dites ostensiblement ou à mots couverts. On raconte à ce sujet l’anecdote suivante :

    « L’abbé de Beauvais, prédicateur du XVIIIe siècle, n’épargnait pas dans ses sermons de dures vérités au roi et aux seigneurs de la cour. Un jour qu’il avait tonné contre les vieillards vicieux, Louis XV en parut affecté ainsi que le duc de Richelieu. Le roi dit alors à celui-ci : « Il me semble que le prédicateur a jeté bien des pierres dans votre jardin ! – Oui, sire, répond le duc, et avec une telle force que je crois qu’il est tombé quelques-unes de ces pierres dans le parc de Versailles. »

    http://www.france-pittoresque.com

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Se faire montrer du doigt

    Se faire montrer du doigt

    ’est se faire désigner au public comme un individu mal famé que les passants se montrent au doigt

    Chez les Anciens la même façon de parler avait un tout autre sens. Ainsi, chez les Grecs, l’orateur Démosthène se félicitait d’être l’objet d’une pareille démonstration.

    Chez les Latins, leur poète Horace remerciait en ces termes son protecteur de ce que les citoyens, grâce à lui, se l’indiquaient ainsi les uns aux autres et il disait :

    Totum muneris hoc tui est
    Quod monstror digito praetereuntium.

    ce qui signifie : C’est bien là un effet de ta faveur que les passants me montrent au doigt.

    Alors le mouvement de l’index était pris en bonne part ; mais, si ce doigt était accompagné d’un autre, la signification du geste changeait totalement, c’était celle du mépris. Dans l’ouvrage de l’historien Joinville (XIIIe siècle), on trouve ces mots : Montrer a le doy(doigt).

    http://www.france-pittoresque.com/

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique