• EN PASSANT EN CHEMIN DE FER.............Louisa Siefert (1845-1877)..

    EN PASSANT EN CHEMIN DE FER

    EN PASSANT EN CHEMIN DE FER

    Discrets, furtifs et solitaires,
    Où menez-vous, petits chemins ?
    Vous qu’on voit, pleins de frais mystères,
    Vous cachant aux regards humains.
     
    Où menez-vous, petits chemins
    Tapissés de fleurs et de mousse ?
    Vous cachant aux regards humains,
    Que votre ombre doit être douce !
     
    Tapissés de fleurs et de mousse,
    Abrités du froid et du vent,
    Que votre ombre doit être douce
    À celui qui s’en va rêvant !
     
    Abrités du froid et du vent,
    Le voyageur vous voit et passe.
    À celui qui s’en va rêvant,
    Peut-être ouvririez-vous l’espace ?
     
    Le voyageur vous voit et passe,
    Il se retourne en soupirant :
    Peut-être ouvririez-vous l’espace
    À son cœur malade et souffrant ?
     
    Il se retourne en soupirant,
    Emporté plus loin dans la vie.
    À son cœur malade et souffrant
    Votre silence fait envie.
     
    Emporté plus loin dans la vie,
    Le voyageur reviendra-t-il ?
    Votre silence fait envie,
    Ô chers petits chemins d’avril !
     
    Le voyageur reviendra-t-il
    Fouler l’herbe que l’agneau broute,
    Ô chers petits chemins d’avril !
    Qui l’attend au bout de sa route ?
     
    Fouler l’herbe que l’agneau broute,
    Au moins, ç’aurait été la paix.
    Qui l’attend au bout de sa route ?
    Pourquoi fuit-il l’ombrage épais ?
     
    Au moins, ç’aurait été la paix,
    La fraîcheur sauvage et champêtre.
    Pourquoi fuit-il l’ombrage épais ?
    Le bonheur était là, peut-être.
     
    La fraîcheur sauvage et champêtre,
    Loin de tous les regards humains,
    Le bonheur était là, peut-être,
    Dans un de ces petits chemins.
     
    Loin de tous les regards humains,
    Mes rêves cachent leurs mystères,
    Dans un de ces petits chemins
    Discrets, furtifs et solitaires !
     

    « Quand Margot et Ninon, ............Louisa Siefert (1845-1877)CITERNE TARIE...........Jules Laforgue (1860-1887). »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :