• ÉLÉGIE PREMIÈRE..........Francis Jammes (1868-1938)

    ÉLÉGIE PREMIÈRE

    ÉLÉGIE PREMIÈRE

                  À Albert Samain.


    Mon cher Samain, c’est à toi que j’écris encore.
    C’est la première fois que j’envoie à la mort
    ces lignes que t’apportera, demain, au Ciel,
    quelque vieux serviteur d’un hameau éternel.
    Souris-moi pour que je ne pleure pas. Dis-moi :
    « Je ne suis pas si malade que tu le crois. »
    Ouvre ma porte encore, ami. Passe mon seuil
    et dis-moi en entrant : « Pourquoi es-tu en deuil ? »
    Viens encore. C’est Orthez où tu es. Bonheur est là.
    Pose donc ton chapeau sur la chaise qui est là.
    Tu as soif ? Voici de l’eau de puits bleue et du vin.
    Ma mère va descendre et te dire : « Samain... »
    et ma chienne appuyer son museau sur ta main.
     
    Je parle. Tu souris d’un sérieux sourire.
    Le temps n’existe pas. Et tu me laisses dire.
    Le soir vient. Nous marchons dans la lumière jaune
    qui fait les fins du jour ressembler à l’Automne.
    Et nous longeons le gave. Une colombe rauque
    gémit tout doucement dans un peuplier glauque.
    Je bavarde. Tu souris encore. Bonheur se tait.
    Voici que nous rentrons sur les pauvres pavés,
    voici la route obscure au déclin de l’Été,
    voici l’ombre à genoux près des belles-de-nuit
    qui ornent les seuils noirs où la fumée bleuit.
     
    Ta mort ne change rien. L’ombre que tu aimais,
    où tu vivais, où tu souffrais, où tu chantais,
    c’est nous qui la quittons et c’est toi qui la gardes.
    Ta lumière naquit de cette obscurité
    qui nous pousse à genoux par ces beaux soirs d’Été
    où, flairant Dieu qui passe et fait vivre les blés,
    sous les liserons noirs aboient les chiens de garde.
     
    Je ne regrette pas ta mort. D’autres mettront
    le laurier qui convient aux rides de ton front.
    Moi, j’aurais peur de te blesser, te connaissant.
    Il ne faut pas cacher aux enfants de seize ans
    qui suivront ton cercueil en pleurant sur ta lyre
    la gloire de ceux-là qui meurent le front libre.
     
    Je ne regrette pas ta mort. Ta vie est là.
    Comme la voix du vent qui berce les lilas
    ne meurt point, mais revient après bien des années
    dans les mêmes lilas qu’on avait cru fanés,
    tes chants, mon cher Samain, reviendront pour bercer
    les enfants que déjà mûrissent nos pensées.
     
    Sur ta tombe, pareil à quelque pâtre antique
    dont pleure le troupeau sur la pauvre colline,
    je chercherais en vain ce que je peux porter.
    Le sel serait mangé par l’agneau des ravines
    et le vin serait bu par ceux qui t’ont pillé.
     
    Je songe à toi. Le jour baisse comme ce jour
    où je te vis dans mon vieux salon de campagne.
    Je songe à toi. Je songe aux montagnes natales.
    Je songe à ce Versailles où tu me promenas,
    où nous disions des vers, tristes et pas à pas.
    Je songe à ton ami et je songe à ta mère.
    Je songe à ces moutons qui, au bord du lac bleu,
    en attendant la mort bêlaient sur leurs clarines.
    Je songe à toi. Je songe au vide pur des cieux.
    Je songe à l’eau sans fin, à la clarté des feux.
    Je songe à la rosée qui brille sur les vignes.
    Je songe à toi. Je songe à moi. Je songe à Dieu.
     

    « « Aguas_Termales_de_Beppu_JAPON.ppsx »ÉLÉGIE SEIZIÈME...........Francis Jammes (1868-1938) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :