• DOSSIER Les sociétés secrètes d'hier et d'aujourd'hui .... suite ...Stéphane Malphettes,

    Espagne

    Fondée en 1928

    Membres supposés : Christine Boutin, Claude Bébéar, Louis Schweitzer



    Le Vatican mène depuis plusieurs années une vaste campagne de communication autour de l'Opus Dei; précisément depuis la sortie du Da Vinci Code de Dan Brown qui égratigne l'organisation taxée de secte et usant de châtiments corporels. Fondé en 1928 par saint Josémaria Escriva de Balaguer, prêtre espagnol, l'Opus Dei est "une prélature personnelle de l'Eglise catholique". Elle compte actuellement 85 000 membres à travers le monde. Ce titre, accordé par le Vatican, permet à l'organisation mener une mission propre : la sienne est de servir Dieu dans le travail et la vie quotidienne. Ses membres sont des laïcs et des prêtres qui exercent chacun une activité professionnelle mais qui ont fait vœu de pauvreté, de chasteté et d'abstinence. Ils s'astreignent à deux heures de pratique spirituelle quotidienne car l'Opus est centrée sur l'enseignement religieux. Les membres reversent par ailleurs une partie de leurs revenus à l'ordre. Lerecrutement, supposé sélectif et sur invitation, est en réalité davantage ouvert depuis quelques années.

     Pourquoi l'Opus Dei fait-il débat ?

    Reconnu par le pape Pie XII en 1950 et "prélature personnelle" par la volonté de Jean-Paul II en 1982, l'Opus Dei est toutefois sous l'emprise du secret. Il estinterdit aux membres de révéler leur appartenancesans l'avis de la hiérarchie. Son mode de fonctionnement, opaque, est remis en cause. Certains de ses détracteurs y voient une Eglise dans l'Eglise, une autorité parallèle au Vatican. Autoritaire et quasi clandestine, elle encouragerait les pénitences, desmortifications corporelles avec notamment la flagellation hebdomadaire. Elle pratiquerait aussi la manipulation mentale. La richesse supposée de l'organisme, qui possède son siège à New-York, une quinzaine d'universités ainsi que des hôpitaux et écoles, fait polémique. En 2006, une enquête du Times l'évaluait à 2,8 milliards de dollars. Bien au-delà de ses principes de suivre le message du Christ, l'Opus Dei aurait comme but ultime de placer le plus possible de ses adeptes au cœur du pouvoir politique et économique mondial. Les soupçons de domination mondiale sont régulièrement alimentée par la formation de gouvernement conservateurs que l'Opus est censé contrôler. Certains citent comme exemple la Pologne des frères Kaczynski.

     

    Allemagne

    Fondée au XVIIe siècle


    La Rose-Croix est une association mystique qui trouve son origine en Allemagne vers 1614. Mouvement à la fois philosophique et religieux, il s'appuie sur plusieurs manifestes publiés la même année dont le Fama Fraternitatis qui raconte la vie du fondateur de l'ordre, un allemand dont le nom est toujours inconnu. Selon la Rose-Croix, ses enseignements remontent à l'ancienne Egypte et à ses écoles des Mystères qui mêlaient ésotérisme et mysticisme. Ses membres sont appelés les rosicruciens. Son symbole est une croix dorée avec une rose rouge en son centre. Plusieurs courants existent comme l'Ancien et Mystique Ordre de la Rose-Croix, la Rose Croix d'Or ou encore The Rosicrucian Fellowship.


    Devenir membre de la Rose-Croix

    Aujourd'hui, la Rose-Croix compte 250 000 membres dans le monde dont 25 000 en France selon l'organisation. Ses détracteurs la considèrent comme une secte, ce que le mouvement nie vigoureusement. En effet, l'ordre se définit comme un mouvement philosophique non religieux, non sectaire et apolitique. En 2001, il a publié la « Positio Fraternitatis Rosae-Crucis », que des historiens de l'ésotérisme considèrent comme le quatrième Manifeste rosicrucien. La véracité des manifestes à l'origine de sa fondation ainsi que ses enseignements en douze degrés sont toutefois remis en cause par certains universitaires et scientifiques. De plus, tout un chacun peut en devenir membre dès lors qu'il possède 18 ans révolus et qu'il en manifeste le désir.

     

    France

    Fondé en 1832

    Membres supposés : Arlette Charbot, Maurice Lévy, Louis Gallois, Michel Field entre autres


    Le Siècle n'est pas une société secrète à proprement parler mais un club très sélectif. Fondé le 2 septembre 1944 par le Français Georges Bérard-Quélin, il est unclub de réflexion des élites françaises et possède les statuts d'une association. Selon l'article 1er de son règlement, il a pour but de "rapprocher des personnalités politiques, des hauts fonctionnaires, de industriels, des financiers [...]". Il s'illustre par ses dîners, chaque dernier mercredi du moisà l'Automobile club de France de Paris, qui sont l'objet de débats et de discussions. Tout ce qui est dit pendant les rencontres reste confidentiel. Chaque recrue doitêtre cooptée par deux membres et la candidature est validée par le Conseil d'administration après plusieurs mois d'activité.

     Les dîners du Siècle

    En 2011, l'association Le Siècle possède 751 membres qui versent chacun une cotisation. L'excédent financier sert au soutien financier de plusieurs associations caritatives. Sa présidente actuelle est Nicole Notat. Mais le club est critiqué par certaines personnalités politiques et certains médias qui y dénoncent une possible collusion entre dirigeants.

     

     Pays-Bas

    Fondé en 1954

     Membre célèbre : David Rockfeller


    Le Groupe de Bilderberg est un club de réflexion des grands de ce monde. Chaque année, ses 140 membres se réunissent pour un week-end de discussions appelé "conférence annuelle". Fondé en mai 1954 à l'hôtel Bildeberg d'Oosterbreek aux Pays-Bas, le groupe éponyme réunit à la fois des hommes d'affaires, des personnalités politiques, artistiques et intellectuelles. Les rencontres sont des discussions sur l'économie et des problématiques contemporaines.
    Le caractère secret des débats ainsi que des identités de ses membres fait l'objet de critiques. La théorie d'un complot et d'une conspiration des élites mondialesressurgit régulièrement. Les nouveaux membres sont invités à participer et ne peuvent solliciter l'adhésion.

     

    Etats-Unis

    Fondée en 1843

     Membre célèbre : Sigmund Freud


    Le B'nai B'rith est une organisation juive dont le fonctionnement peut s'apparenter à une société secrète. Qualifiée parfois de secte ou loge franc-maçonne par ses détracteurs, le B'nai B'rith, qui veut dire en hébreu "fils de l'Alliance", a été fondée à New York le 13 octobre 1843 par l'Allemand Henry Jones et 11 immigrants juifs. Les buts de l'organisation sont l'enseignement du judaïsme, la défense et l'unité du peuple juif. Organisée en loges, elle milite ainsi contre l'antisémitisme et en faveur des Droits de l'homme depuis les années 1870 et l'expansion du sentiment anti-juif. Son siège social est installé à Washington.

    Le B'nai B'rith aujourd'hui

    Le B'nai B'rith est présent dans plus de 50 pays, dont la France, et compte 100 000 membres. Ceux-ci appartiennent le plus souvent au monde des affaires et à la classe politique. Cette organisation religieuse possède des dizaines de bâtiments et notamment des maisons de retraites pour ses membres âgés. Sa branche jeunesse, créée en 2001, s'appelle le B'nai B'rith Youth Organization.

     

    Plusieurs autres organisations plus ou moins secrètes existent. En voici quelques unes.

     La Kabbale : cette organisation mêle ésotérisme et judaïsme. Née au Moyen Âge, la tradition de la kabbale vise à accéder à Dieu sans intermédiaire par la voie de la connaissance. Depuis 2004, l'organisation occupe le devant de la scène avec la conversion de plusieurspersonnalités médiatiques comme la chanteuse américaine Madonna. Depuis, elle est souvent estampillée "sectes des stars" par ses détracteurs.

    Le Council on Foreign Relations ou Conseil des Relations Etrangères : ce club de réflexion américain, fondé en 1921, débat d'économie, de diplomatie et de politique. Il comprend actuellement 5000 membres. Il attire la critique parce que de nombreux participants occupent des postes hauts placés et que l'organisation aurait une grande influence sur les relations diplomatiques mondiales. 

     La Mysogyny Society : nulle trace officielle n'existe de cette mystérieuse société secrète. Fondée au Canada, elle serait exclusivement composée d'hommes d'affaires qui lutteraient contre les femmes en entreprises.

     

    Allemagne

     Fondé en 1776


    Groupe fondé le 1er mai 1776 par l'ancien jésuite Adam Weishaupt et par le baron Adolph von Knigge, ce groupe s'est d'abord appelé "Perfectibles". Proche de la franc-maçonnerie, cette société avait pour but d'adhérer à un code strict de moralité, dans le but de créer une société apte à résister aux forces du mal. Une mission a priori consensuelle, si elle ne s'était opposée à la visée d'une organisation bien plus grande et à l'époque toute puissante, celle de l'Eglise catholique, notamment bavaroise. Cette dernière ne voyait en effet pas d'un bon œil le rationalisme de Weishaupt, qui prétendait que les religions devaient être balayées en même temps que les notions de mariage et de propriété... Déclarés séditieux, les Illuminati auraient disparu en 1784. Une organisation bien éphémère qui n'aurait jamais atteint que 2 000 membres, parmi lesquels peut-être Goethe et Herder.

     Les Illuminati existent-ils toujours ?

    Rendus célèbres par Dan Brown dans son roman "Anges et démons", les Illuminati (en latin, "Ceux qui sont éclairés") font aujourd'hui l'objet de nombreuses spéculations du grand public. Le nom "Illuminati" a été porté par de nombreux groupes n'ayant pas forcément de rapport entre eux. Le plus connu était celui des "Illuminati" de Bavière

    Les Illluminati ont toujours eu une image ténébreuseen raison, notamment, des écrits de leurs opposants. Au XVIIIe siècle, courait la rumeur d'une vaste conspiration regroupant Jacobins, Templiers, Rosicruciens et Illuminati. Ces organisations auraient alors voulu remplacer toutes les religions par un humanismegénéral et les gouvernements des nations par un gouvernement mondial unique. Au XXe siècle, certains auteurs ont affirmé que cet ordre existait encore. Côté fiction, Dan Brown parle des visées expansionnistes du groupe aux Etats Unis dans les termes suivants : "Les Illuminati procédèrent par infiltration et aidèrent des banques, des universités et des industries pour financer leur but ultime : la création d'un seul Etat mondial unifié - une sorte de Nouvel Ordre mondial séculier". D'autres parlent de procédés criminels, chantage, assassinat, contrôle des banques, corruption, infiltration de secteurs stratégiques... Une vaste conspiration mondiale, une entreprise de corruption vers l'incroyance.  

     

    Allemagne

    Fondée en 1918


    A l'origine, la Société Thulé était un groupe d'études ethnologiques particulièrement intéressé par l'Antiquité et la mythologie nordiques. Raciste, elle a été l'une des sources du nazisme. Fondé en 1918, il tirait son nom de l'île la plus septentrionale d'Europe, lieu mythique pour les anciens Grecs et Romains, dont on pense qu'il correspond à la Scandinavie. Certains membres de ce groupe pensaient que Thulé était ce qui subsistait d'uncontinent aujourd'hui disparu, appelé Hyperborée, et que ce continent était le berceau de la race aryenne. Fondée par Rudolf von Sebottendorf, ancien membre de "l'ordre des Germains", société créée par une poignée d'occultistes allemands antisémites, la Société Thulé a rapidement grandi dans le contexte de l'Allemagne d'après-guerre, plongée dans la crise et marquée par le "Diktat" de Versailles. Antisémite, antirépublicaine, raciste, cette société comptait parmi ses sympathisants Hitler, et parmi ses membres Rudolf Hess (secrétaire particulier de Hitler), Alfred Rosenberg (futur ministre du Reich pour les territoires occupés de l'Est), ou encore Dietrich Eckhart (mentor de Hitler).

    A la naissance du nazisme

    Si la Société Thulé a disparu dans les années 1930, parallèlement à la montée du parti nazi, ses idées ont été largement reprises par la suite. Le régime nazi s'est en effet largement inspiré de l'idéologie de la Société Thulé. Himmler y aurait puisé son fantasme d'unesociété allemande blonde aux yeux bleus, à l'image des anciens héros germaniques. Chef des SS, il participa aussi bien à la solution finale qu'à une autre opération moins connue, celle du "Lebensborn". Il s'agissait d'un lieu où les femmes allemandes au physique conforme aux idéaux du nazisme pouvaient "rencontrer" des soldats SS. Parallèlement, des enfants blonds aux yeux bleus étaient enlevés dans les pays de l'Est pour être élevés par des familles allemandes.

     

     Allemagne

    Fondé en 1945


    Le groupe Odessa (Organisation der ehemaligen SS-Angehörigen, "Organisation des anciens membres SS") aurait été fondé à la fin de la Seconde guerre mondialepar des officiers SS, parmi lesquels Martin Bormann (secrétaire particulier de Rudolf Hess puis de Hitler) et Heinrich Himmler.

    Pendant longtemps, son existence a fait couler beaucoup d'encre sans être parfaitement prouvée. Si Simon Wiesenthal, célèbre chasseur de nazis, fut convaincu de l'existence du réseau Odessa dès le procès de Nuremberg (1945-1946), ce ne fut pas le cas de nombreux exégètes. En publiant dans les années 1970 "Odessa", roman sur d'anciens nazis de haut rang s'entraidant les uns les autres après la Seconde Guerre mondiale, l'écrivain Frederic Forsyth pensait faire une œuvre de fiction s'appuyant sur quelques faits historiques avérés. Il n'imaginait pas à quel point son livre était proche de la réalité. Il semblerait en effet que les hauts gradés SS se soient attelés à la fabrication de faux papiers dès avril 1945, parvenant ensuite à fuire pour l'Espagne et surtout l'Amérique latine (notamment l'Argentine de Peron, président du 4 juin 1946 au 21 septembre 1955 et du 12 octobre 1973 au 1er juillet 1974).

    Quelques acteurs du réseau Odessa

      Charles Lesca : né en Argentine, très familier des gradés nazis, il a longtemps vécu à Paris. De là, il a supervisé un réseau envoyant les officiers SS en Argentine. 

     Le président Peron : le président d'Argentine a accueilli des anciens nazis. En 1943, alors colonel de l'armée, il a conclu un accord secret avec Hitler prévoyant une protection illimitée pour les officiers nazis sur le territoire argentin contre un accès aux réseaux de communication des services secrets allemands pour l'armée argentine.

      La DAIE : la délégation européenne pour l'immigration en Argentine était en réalité un organisme fabriquant des faux papiers à destination des nazis voulant rejoindre l'Amérique du sud.

       Certains membres de l'Eglise : l'évêque Alois Hudal, l'archevêque Giuseppe Siri de Gênes auraient participé à ces opérations. Entre 1946 et 1952, le pape Pie XII aurait également envoyé de nombreuses suppliques aux juges de Nuremberg pour empêcher la condamnation à mort de nombreux dignitaires nazis.

       Ils ont fui en Amérique latine grâce à l'opération Odessa :
    Adolf Eichmann
    (responsable de la logistique de la Solution finale), Josef Mengele ("l'ange de la mort" qui a réalisé de monstreuses expérimentations sur des prisonniers d'Auschwitz), Erich Priebke (ancien capitaine SS), Aribert Heim (médecin SS sur le camp de concentration de Buchenwald), Paul Schaeffer (ex-caporal nazi et dignitaire sous le régime d'Augusto Pinochet)...

     

    Chine

     Fondée au XVIIIe siècle


    Fondée au XVIIe siècle, l'organisation des Tong avait pour but originel de combattre la dynastie des Ts'ingalors en place et de restaurer celle des Ming. Pendant longtemps, le groupe Tong se compose de "Chinois sans liens de parenté mais unis pour se porter mutuellement assistance, cette alliance comportant des cérémonies secrètes et des serments". Nulle visée criminelle donc. Au XIXe siècle se produit une forte vague d'immigration chinoise vers les Etats-Unis : les Tong suivent. Ils ont alors pour objectif de servir le noyau social chinois, d'assurer leur sécurité et de protéger leurs intérêts. Des objectifs officiels qui cachent mal les activités illicites des Tong, entre jeux illicites, drogue, racket et prostitution.

    Les guerres Tong

    Une chose manque aux arrivants dans leur nouvelle patrie : les femmes. Les Tong en profitent pour ouvrir denombreux bordels, où l'on peut passer la nuit avec des prostituées, souvent des jeunes femmes vendues par leurs familles ou kidnappées. Ces dernières, "importées" de Chine valent leur pesant d'or et font l'objet de guerres des gangs très violentes. Armés de hachettes, couteaux et fusils, les différentes factions des Tong se battent entre elles. Dans de nombreuses grandes villes américaines, Los Angeles, New York, San Francisco,éclatent des guerres Tong plus sanglantes les unes que les autres.

    Face à cette montée de la violence, le gouvernement américain fait voter le "Chinese Exclusion Act", loi restrictive sur l'immigration aux Etats-Unis, qui illustre la méfiance de la population américaine à l'égard des nouveaux arrivants chinois. Les lois restrictives se multiplient tout au long de la 1ère moitié du XXe siècle. A partir de 1943, la législation anti-chinoise s'adoucit et les sociétés Tong prospèrent à nouveau, souvent grâce au racket, trafics humains, enlèvements et chantages divers. L'organisation est aujourd'hui toujours très puissante.

     

    Suite au prochain numéro

     

     

     

    « DOSSIER Les sociétés secrètes d'hier et d'aujourd'hui ....Stéphane Malphettes,DOSSIER Les sociétés secrètes d'hier et d'aujourd'hui 3ème...Stéphane Malphettes, »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :