• « Dieu qui peut sauver cet homme d’une mort certaine »

    « Dieu qui peut sauver cet homme d’une mort certaine »

    ***********

    C’était la veille de Noël 1875. Ira D.Sankey remontait la rivière Delaware en bateau à vapeur. C’était une nuit calme et étoilée et beaucoup de passagers étaient sur le pont.

    Mr Sankey fut invité à chanter. Il était dans son intention de chanter une chanson de Noël, mais il se sentit poussé presque contre sa volonté à chanter « Saviour like a shepherd lead us » (Sauveur, comme un berger guide-nous) Il se fit un calme profond. Les paroles et la mélodie qui émanaient de l’âme du chanteur  flottaient  sur  le pont et la rivière tranquille. Chacun à bord fut profondément touché. Quand la chanson fut terminée, un homme au visage buriné par le soleil s’approcha de Mr Sankey et dit :

    — Avez-vous jamais servi dans l’armée fédérale ?

    — Oui, répondit Mr Sankey, du printemps 1860 jusqu’à la fin de la guerre.

    — Vous souvenez-vous si vous étiez de garde un soir de pleine lune 1862 ?

    — Oui, répondit Mr Sankey, de plus en plus surpris.  

    — Moi aussi, dit l’étranger, mais je servais dans l’armée confédérée. Quand  je  vous  ai  vu  vous tenir  à votre poste, je me suis dit, ce gars-là ne va pas sortir d’ici vivant. J’ai épaulé mon arme et visé lentement. Je me tenais dans l’ombre, complètement dissimulé, alors que la lumière de la lune était sur vous.

    A cet instant, comme il y a quelques minutes, vous avez levé les yeux vers le ciel et vous avez commencé à chanter. La musique et spécialement les chansons ont toujours eu un effet merveilleux sur moi, et j’ai ôté mon doigt de la gâchette.

    — Laissons-le  finir sa chanson, me dis-je, je le tuerai après ; il est ma victime quoi qu’il arrive et ma balle ne peut pas le manquer. Mais la chanson que vous chantiez était la même que vous avez chanté ce soir. Je pouvais entendre les paroles parfaitement :

    — Nous sommes à toi, mon Dieu, tu es le gardien de nos âmes…

    Quand vous avez fini votre chanson, il était impossible de vous viser à nouveau.

    — Le Dieu qui peut sauver cet homme d’une mort certaine, doit certainement être grand et puissant, pensais-je ! Depuis ce jour, j’ai travaillé ici et là, mais quand je vous ai vu vous tenir là et prier comme l’autre fois, je vous ai reconnu. Mon cœur fut blessé alors par votre chanson. Maintenant, s’il vous plait, aidez-moi à trouver la réponse aux questions qui me troublent l’esprit.

    Profondément ému, M. Sankey prit dans ses bras l’homme qui pendant la guerre avait été son ennemi. Et cette nuit-là cet homme découvrit et accepta le bon berger comme son sauveur.

    « Petites histoires insolites et inspirantes (Part 17)Petites histoires insolites et inspirantes (Part 18) histoire vraie »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :