• Dans le vieux salon qui s’aigrit ........Georges Rodenbach (1855-1898)

    Dans le vieux salon qui s’aigrit ........

    Dans le vieux salon qui s’aigrit
    À cause du soir taciturne,
    Les lampes ont inauguré leurs clairs de lune
    Parmi des crêpes gris.
     
    Phares ! Archipel d’or !
    Petites îles de lumière
    Dans le salon qui se dédore ;
    Fraîches roses-trémières !

    Le vieux salon était comme un veuf,
    Accablé par l’ombre unie au silence ;
    On dirait maintenant qu’il se recommence
    Avec un cœur neuf.
     

    « SÉRÉNADE DU TAMBOUR..............(folklore) ***.LES CLOCHES..........Georges Rodenbach (1855-1898) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :