• CONTRE UNE VIEILLE..............Isaac de Benserade (1612-1691)..

    CONTRE UNE VIEILLE

    CONTRE UNE VIEILLE

    Quoi ! vous vous mariez, douce et tendre mignonne,
                        Et ne l’avez encore été !
    Je ne vois rien pourtant dessus votre personne
                        Qui ne prêche la chasteté.
     
    Pour de l’âge, on sait bien que vous n’en manquez guère,
                        Et, votre visage est garant,
    Que ce qu’on fait pour vous se pouvait fort bien faire
                        Du règne de Henri-le-Grand.
     
    Vous éloignant d’ici, les bontés de la Reine
                        Ont purgé ce noble séjour ;
    De même qu’un torrent, votre sortie entraîne
                        Toute l’ordure de la Cour.
     
    Celui qui vous épouse, en témoignant sa flamme,
                        N’établit pas mal son renom :
    Qui s’est bien pu résoudre à vous prendre pour femme
                        Ira bien aux coups de canon.
     
    Comme vous n’êtes plus qu’une vieille relique,
                        L’objet de la compassion,
    Dès qu’on dit que sur vous un Sacrement s’applique,
                        On pense à l’Extrême-Onction.
     
    Qui se lie avec vous espère un prompt veuvage ;
                        Et sans doute ce pauvre Amant
    Prétend que le contrat de votre Mariage
                        Passe pour votre Testament.
     
    Vous seriez bien sa Mère, et la Foi conjugale
                        Est mal placée entre vous deux ;
    L’inceste est en effet une chose si sale,
                        Que le portrait en est hideux.
     
    Les plus intempérés de votre bonne grâce
                        Ne bailleraient pas un teston ;
    Et l’on peut faire état qu’on est à la besace
                        Quand on vous touche le téton.
     
    Souffrez ce petit mot, sans traiter de Satire
                        Un style si franc et si doux :
    Vous êtes en un point où l’on ne peut médire,
                        Quelque mal qu’on parle de vous.
     

    « Beau sein déjà presque rempli, ........Isaac de Benserade (1612-1691)..Ami, j’ai quitté vos fêtes. .........Victor .Hugo (1802-1885) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :