• CONTRE LALAGÉE..........Constant Dubos (1768-1845).

    CONTRE LALAGÉE

    Unus de toto peccaverat orbe comarum
        Anulus, incerta non bene fixus acu.
    Hoc facinus Lalage speculo, quo viderat, ulta est,
        Et cecidit saevis icta Plecusa comis.
    Desine iam, Lalage, tristes ornare capillos,
        Tangat et insanum nulla puella caput.
    Hoc salamandra notet vel saeva novacula nudet,
        Ut digna speculo fiat imago tua.
    MARTIAL, II, 66.


              Sur trente boucles de cheveux
    Qu’assembla sur sa tête un soin industrieux,
              Une seule s’est dérangée
    Faute d’épingle. Aussitôt Lalagée
              Saisit le miroir indiscret
              Qui vient de trahir le forfait :
    Elle en frappe Plécuse, et sa main furieuse,
    Dans son sang qui ruisselle étend la malheureuse.
    Barbare ! laisse là tes cheveux désormais,
              Et que nulle femme, jamais,
    Ne prenne soin d’orner une tête en démence ;
    Puisse la salamandre ou le tranchant rasoir
    Te payer dignement de tant d’extravagance,
    Et te rendre le front plus nu que ton miroir !
     

    « CONTRE NAEVIA..........Constant Dubos (1768-1845).L’ÉTÉ...........Jean-François de Saint-Lambert (1716-1803) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :