• Conte du pope
    et de son ouvrier Ballot

    (extrait)

     

    Traduit par Ivan Mignot


    Conte du pope et de son ouvrier Ballot

    Il était un pope
    Sot comme une taupe.
    Il s'en alla chercher
    Diverses denrées au marché.
    A sa rencontre Ballot
    Vient flânant comme un badaud.
    "Pourquoi t'es-tu levé si tôt, mon père?
    Quelle bonne affaire comptes-tu faire?" 
    Le pope lui répond:
    "Je cherche un ouvrier
    Qui soit palefrenier, cuisinier, menuisier,
    Mais où pourrai-je trouver
    Un tel serviteur bon marché?"
    Ballot lui dit: "Je te servirai bien
    Avec zèle, avec entrain,
    Trois pichenettes sur ta tête te prendrai l'an
    Mais de bouillie j'irai me régalant."
    Le pope s'inquiète
    Il se gratte la tête.
    Car il y a chiquenaude et chiquenaude.
    Mais il a foi dans le hasard dont le Russe s'accommode
    Et il dit à Ballot: "D'accord,
    Il ne nous en coûtera pas trop d'or.
    Tu vivras donc sous mon toit,
    Tu y seras zélé et adroit."
    Ballot chez le pope travaille,
    Dort sur la paille,
    Mange comme quatre,
    Trime, se met en quatre;
    Dès l'aube il accourt,
    Attelle les chevaux, laboure,
    Allume le four, cuisine, fait bouillir,
    Casse les oeufs, les fait cuire.
    La femme du pope dit de Ballot: c'est le meilleur.
    Il lui fait fondre le coeur.
    Le fils du pope le traite comme un parent,
    Il fait la bouillie, s'occupe des enfants.
    Seul le pope n'aime pas Ballot,
    Jamais ne lui dit un bon mot.
    Pense souvent à l'échéance
    Car le temps passe, le terme avance.
    Le pope a perdu sommeil et appétit
    Il voit déjà son crâne anéanti.
    Il se confie à sa femme:
    "Que faire maintenant, mon âme?"
    Les femmes ont l'esprit avisé
    Et savent bien comment ruser.
    Elle lui dit: "Je connais un moyen
    Pour réduire cet ennui à rien:
    Demande à Ballot une chose qui ne peut être,
    Qu'il l'exécute à la lettre.
    Ainsi ta tête échappera au châtiment
    Et Ballot partira sans paiement."
    Le pope se sentit soulagé...

    Conte du pope et de son ouvrier Ballot

    Version russe intégrale     Version espéranto intégrale

    ****************************

    Сказка о попе
    и о работнике его Балде

    ***

    Conte du pope et de son ouvrier Ballot

    Жил-был поп,
    Толоконный лоб. 
    Пошел поп по базару
    Посмотреть кой-какого товару.
    Навстречу ему Балда
    Идет, сам не зная куда.
    "Что, батька, так рано поднялся?
    Чего ты взыскался?"
    Поп ему в ответ: "Нужен мне работник:
    Повар, конюх и плотник.
    А где найти мне такого
    Служителя не слишком дорогого?"
    Балда говорит: "Буду служить тебе славно,
    Усердно и очень исправно,
    В год за три щелка тебе по лбу,
    Есть же мне давай вареную полбу."
    Призадумался поп,
    Стал себе почесывать лоб.
    Щелк щелку ведь розь.
    Да понадеялся он на русский авось.
    Поп говорит Балде: "Ладно.
    Не будет нам обоим накладно.
    Поживи-ка на моем подворье,
    Окажи свое усердие и проворье."
    Живет Балда в поповом доме,
    Спит себе на соломе,
    Ест за четверых,
    Работает за семерых;
    До светла все у него пляшет.
    Лошадь запряжет, полосу вспашет,
    Печь затопит, все заготовит, закупит,
    Яичко испечет да сам и облупит.
    Попадья Балдой не нахвалится,
    Поповна о Балде лишь и печалится,
    Попенок зовет его тятей:
    Кашу заварит, нянчится с дитятей.
    Только поп один Балду не любит,
    Никогда его не приголубит.
    О расплате думает частенько:
    Время идет, и срок уж близенько.
    Поп ни ест, ни пьет, ночи не спит:
    Лоб у него заране трещит.
    Вот он попадье признается:
    "Так и так: что делать остается?"
    Ум у бабы догадлив,
    На всякие хитрости повадлив.
    Попадья говорит: "Знаю средство,
    Как удалить от нас такое бедство:
    Закажи Балде службу, чтоб стало ему невмочь;
    А требуй, чтоб он ее исполнил точь-в-точь.
    Тем ты и лоб от расправы избавишь
    И Балду-то без расплаты отправишь."
    Стало на сердце попа веселее,
    Начал он глядеть на Балду посмелее.
    Вот он кричит: "Поди-ка сюда,
    Верный мой работник Балда.
    Слушай: платить обязались черти
    Мне оброк но самой моей смерти;
    Лучшего б не надобно дохода,
    Да есть на них недоимки за три года.
    Как наешься ты своей полбы,
    Собери-ка с чертей оброк мне полный."
    Балда, с попом понапрасну не споря,
    Пошел, сел у берега моря;
    Там он стал веревку крутить
    Да конец ее в море мочить.
    Вот из моря вылез старый Бес:
    - Зачем ты. Балда, к нам залез?
    - Да вот веревкой хочу море морщить
    Да вас, проклятое племя, корчить.
    Беса старого взяла тут унылость.
    - Скажи, за что такая немилость?
    - Как за что? Вы не плотите оброка,
    Не помните положенного срока;
    Вот ужо будет нам потеха,
    Вам, собакам, великая помеха.
    - Балдушка, погоди ты морщить море.
    Оброк сполна ты получишь вскоре.
    Погоди, вышлю к тебе внука."
    Балда мыслит: "Этого провести не штука!"
    Вынырнул подосланный бесенок,
    Замяукал он, как голодный котенок:
    "Здравствуй, Балда-мужичок;
    Какой тебе надобен оброк?
    Об оброке век мы не слыхали,
    Не было чертям такой печали.
    Ну, так и быть -- возьми, да с уговору,
    С общего нашего приговору -
    Чтобы впредь не было никому горя:
    Кто скорее из нас обежит около моря,
    Тот и бери себе полный оброк,
    Между тем там приготовят мешок."
    Засмеялся Балда лукаво:
    "Что ты это выдумал, право?
    Где тебе тягаться со мною,
    Со мною, с самим Балдою?
    Экого послали супостата!
    Подожди-ка моего меньшего брата."
    Пошел Балда в ближний лесок,
    Поймал двух зайков да в мешок.
    К морю опять он приходит,
    У моря бесенка находит.
    Держит Балда за уши одного зайку:
    "Попляши-тка ты под нашу балалайку;
    Ты, бесенок, еще молоденек,
    Со мною тягаться слабенек;
    Это было б лишь времени трата.
    Обгони-ка сперва моего брата.
    Раз, два, три! догоняй-ка."
    Пустились бесенок и зайка:
    Бесенок по берегу морскому,
    А зайка в лесок до дому.
    Вот, море кругом обежавши,
    Высунув язык, мордку поднявши,
    Прибежал бесенок задыхаясь,
    Весь мокрешенек, лапкой утираясь,
    Мысля: дело с Балдою сладит.
    Глядь -- а Балда братца гладит,
    Приговаривая: "Братец мой любимый,
    Устал, бедняжка! отдохни, родимый."
    Бесенок оторопел,
    Хвостик поджал, совсем присмирел,
    На братца поглядывает боком.
    "Погоди,-- говорит,-- схожу за оброком."
    Пошел к деду, говорит: "Беда!
    Обогнал меня меньшой Балда!"
    Старый Бес стал тут думать думу.
    А Балда наделал такого шуму,
    Что все море смутилось
    И волнами так и расходилось.
    Вылез бесенок: "Полно, мужичок,
    Вышлем тебе весь оброк --
    Только слушай. Видишь ты палку эту?
    Выбери себе любимую мету.
    Кто далее палку бросит,
    Тот пускай и оброк уносит.
    Что ж? боишься вывихнуть ручки?
    Чего ты ждешь?" -- "Да жду вон этой тучки:
    Зашвырну туда твою палку,
    Да и начну с вами, чертями, свалку."
    Испугался бесенок да к деду,
    Рассказывать про Балдову победу,
    А Балда над морем опять шумит
    Да чертям веревкой грозит.
    Вылез опять бесенок: "Что ты хлопочешь?
    Будет тебе оброк, коли захочешь..."
    - "Нет,-- говорит Балда,-
    Теперь моя череда,
    Условия сам назначу,
    Задам тебе, враженок, задачу.
    Посмотрим, какова у тебе сила.
    Видишь: там сивая кобыла?
    Кобылу подыми-тка ты,
    Да неси ее полверсты;
    Снесешь кобылу, оброк уж твой;
    Не снесешь кобылы, ан будет он мой."
    Бедненький бес
    Под кобылу подлез,
    Понатужился,
    Понапружился,
    Приподнял кобылу, два шага шагнул.
    На третьем упал, ножки протянул.
    А Балда ему: "Глупый ты бес,
    Куда ж ты за нами полез?
    И руками-то снести не смог,
    А я, смотри, снесу промеж ног."
    Сел Балда на кобылку верхом
    Да версту проскакал, так что пыль столбом.
    Испугался бесенок и к деду
    Пошел рассказывать про такую победу.
    Черти стали в кружок,
    Делать нечего -- собрали полный оброк
    Да на Балду взвалили мешок.
    Идет Балда, покрякивает,
    А поп, завидя Балду, вскакивает,
    За попадью прячется,
    Со страху корячится.
    Балда его тут отыскал,
    Отдал оброк, платы требовать стал.
    Бедный поп
    Подставил лоб:
    С первого щелка
    Прыгнул поп до потолка;
    Со второго щелка
    Лишился поп языка,
    А с третьего щелка
    Вышибло ум у старика.
    А Балда приговаривал с укоризной:
    "Не гонялся бы ты, поп, за дешевизной."

    Conte du pope et de son ouvrier Ballot

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  
    Contes russes
     

    Les oies-cygnes


    Il était une fois un vieux et une vieille. Ils avaient une fille et un petit garçon.
    - Fillette, fillette! - disait la mère. - Nous partons travailler, nous te rap-porterons de la brioche, te ferons une robe, t'achèterons un fichu; sois sage, veille sur ton frérot, ne quitte pas le clos.
    Les parents partis, elle oublie leurs recommandations; laissant son frérot dans l'herbette, sous la fenêtre, elle se sauve dans la rue, joue, s'amuse. Des oies-cygnes qui passaient se saisissent du garçonnet et l'emportent sur leurs ailes.

    Les oies-cygnes

    La fillette revient... plus de frérot! Affolée, elle court dé-ci, dé-là: person-ne! Elle l'appelle, pleure, se lamente, redoutant la colère des parents... le frère n'a pas répondu! Elle débouche en rase campagne; les oies-cygnes, entrevues un instant, disparaissent par-delà les bois. Ils ont une mauvaise réputation, ces oiseaux malfaisants, ravisseurs d'enfants; la fillette a deviné que ce sont eux qui ont enlevé son frérot et se lance à leur poursuite.

    Elle court, elle court et voit un poêle sur son chemin.

    - Poêle, poêle, dis-moi où les oies-cygnes se sont enfuies?

    - Mange mon pâté de seigle, et je te le dirai.

    - Peuh, chez mon père on dédaigne même les pâtés de froment!

    Le poêle n'a rien dit. Elle court plus loin et voit un pommier sur son chemin.

    - Pommier, pommier, dis-moi où les oies-cygnes se sont enfuies?

    - Mange une de mes pommes sauvages, et je te le dirai.

    - Peuh, chez mon père on dédaigne même les pommes de jardin!

    Elle court plus loin et voit une rivière de lait aux rives de kissiel.

    - Rivière de lait, rives de kissiel, où les oies-cygnes se sont-elles enfuies?

    - Mange de mon simple kissiel arrosée de lait, et je te le dirai.

    - Peuh, chez mon père on dédaigne même la crème fraîche.

    Elle aurait longuement battu prés et bois si, par chance, elle n'avait ren-contré un hérisson; elle est tentée de le bousculer, mais craint de se piquer et lui demande:

    - Hérisson, hérisson, n'as-tu pas vu où les oies se sont enfuies?

    - Par là! -dit-il, montrant la direction.

    Elle court et voit une cabane sur pattes de poulet, qui tourne, qui vire. Baba-Yaga la sorcière est dedans, face osseuse, jambe glaiseuse; le petit garçon, assis sur un banc, joue avec des pommes d'or.

    Les oies-cygnes

    Sa soeur s'approche en tapinois, le saisit et l'emporte; et les oies-cygnes la poursuivent à tire-d'aile; elles vont la rattraper, les scélérates. Que faire? La rivière de lait coule entre ses rives de kissiel.

    - Rivière chérie, cache-moi!

    - Mange de mon kissiel.

    Rien à faire, la fillette en mange. La rivière la cache sous sa rive, les oies la dépassent. La fillette sort de sa cachette, remercie et court plus loin avec son frérot; mais les oies ont fait demi-tour et arrivent sur elle. Que faire? Malheur! En voici le pommier.

    - Pommier, cher pommier, cache-moi!

    - Mange une de mes pommes sauvages!

    Elle s'empresse de la manger. Le pommier l'enveloppe de sa ramure, la couvre de son feuillage; les oies passent. Elle sort de sa cachette, se remet à courir avec son frérot; mais les oies l'ont aperçue et la poursuivent; elles l'ont presque rejointe, la battent de leurs ailes, il s'en faut de peu qu'elles lui arrachent son frérot! Par bonheur, le poêle est là, sur le chemin.

    - Monsieur le poêle, cache-moi!

    - Goûte à mon pâté de seigle!

    Elle l'engloutit aussitôt et se glisse à l'intérieur du poêle. Les oies volent, volent, cacardent, cacardent et repartent bredouilles. Et la fillette rentre à la maison en hâte, juste avant ses parents, heureusement.

    Les oies-cygnes

    Mythes

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L'intrépide soldat de plomb

    L'intrépide soldat de plomb ..................Hans Christian Andersen

    Il y avait une fois vingt-cinq soldats de plomb, tous frères, car ils étaient nés d’une vieille cuiller de plomb. L’arme au bras, l’œil fixe, l’uniforme rouge et bleu, quelle fière mine ils avaient tous ! La première chose qu’ils entendirent en ce monde, quand fut enlevé le couvercle de la boîte qui les renfermait, ce fut ce cri : « Des soldats de plomb ! » que poussait un petit garçon en battant des mains. On les lui avait donnés en cadeau pour sa fête, et il s’amusait à les ranger sur la table. Tous les soldats se ressemblaient parfaitement, à l’exception d’un seul, qui n’avait qu’une jambe : on l’avait jeté dans le moule le dernier, et il ne restait pas assez de plomb. Cependant il se tenait aussi ferme sur cette jambe que les autres sur deux, et c’est lui précisément qu’il nous importe de connaître.

    Sur la table où étaient rangés nos soldats, il se trouvait beaucoup d’autres joujoux ; mais ce qu’il y avait de plus curieux, c’était un charmant château de papier. À travers les petites fenêtres, on pouvait voir jusque dans les salons. Au dehors se dressaient de petits arbres autour d’un petit miroir imitant un petit lac ; des cygnes en cire y nageaient et s’y reflétaient. Tout cela était bien gentil ; mais ce qu’il y avait de bien plus gentil encore, c’était une petite demoiselle debout à la porte ouverte du château. Elle aussi était de papier ; mais elle portait un jupon de linon transparent et très-léger, et au-dessus de l’épaule, en guise d’écharpe, un petit ruban bleu, étroit, au milieu duquel étincelait une paillette aussi grande que sa figure. La petite demoiselle tenait ses deux bras étendus, car c’était une danseuse, et elle levait une jambe si haut dans l’air, que le petit soldat de plomb ne put la découvrir, et s’imagina que la demoiselle n’avait comme lui qu’une jambe.

    « Voilà une femme qui me conviendrait, pensa-t-il, mais elle est trop grande dame. Elle habite un château, moi une boîte, en compagnie de vingt-quatre camarades, et je n’y trouverais pas même une place pour elle. Cependant il faut que je fasse sa connaissance. »

    Et, ce disant, il s’étendit derrière une tabatière. Là, il pouvait à son aise regarder l’élégante petite dame, qui toujours se tenait sur une jambe, sans perdre l’équilibre.

    Le soir, tous les autres soldats furent remis dans leur boîte, et les gens de la maison allèrent se coucher. Aussitôt les joujoux commencèrent à s’amuser tout seuls : d’abord ils jouèrent à colin-maillard, puis ils se firent la guerre, enfin ils donnèrent un bal. Les soldats de plomb s’agitaient dans leur boîte, car ils auraient bien voulu en être ; mais comment soulever le couvercle ? Le casse-noisette fit des culbutes, et le crayon traça mille folies sur son ardoise. Le bruit devint si fort que le serin se réveilla et se mit à chanter. Les seuls qui ne bougeassent pas étaient le soldat de plomb et la petite danseuse. Elle se tenait toujours sur la pointe du pied, les bras étendus ; lui intrépidement sur son unique jambe, et sans cesser de l’épier.

    Minuit sonna, et crac ! voilà le couvercle de la tabatière qui saute ; mais, au lieu de tabac, il y avait un petit sorcier noir. C’était un jouet à surprise.

    — Soldat de plomb, dit le sorcier, tâche de porter ailleurs tes regards !

    Mais le soldat fit semblant de ne pas entendre.

    — Attends jusqu’à demain, et tu verras ! reprit le sorcier.

    Le lendemain, lorsque les enfants furent levés, ils placèrent le soldat de plomb sur la fenêtre ; mais tout à coup, enlevé par le sorcier ou par le vent, il s’envola du troisième étage, et tomba la tête la première sur le pavé. Quelle terrible chute ! Il se trouva la jambe en l’air, tout son corps portant son shako, et la baïonnette enfoncée entre deux pavés.

    La servante et le petit garçon descendirent pour le chercher, mais ils faillirent l’écraser sans le voir. Si le soldat eût crié : « Prenez garde ! » ils l’auraient bien trouvé ; mais il jugea que ce serait déshonorer l’uniforme.

    La pluie commença à tomber, les gouttes se suivirent bientôt sans intervalle ; ce fut alors un vrai déluge. Après l’orage, deux gamins vinrent à passer :

    — Ohé ! dit l’un, par ici ! Voilà un soldat de plomb, faisons-le naviguer. 

    Ils construisirent un bateau avec un vieux journal, mirent dedans le soldat de plomb, et lui firent descendre le ruisseau. Les deux gamins couraient à côté et battaient des mains. Quels flots, grand Dieu ! dans ce ruisseau ! Que le courant y était fort ! Mais aussi il avait plu à verse. Le bateau de papier était étrangement balloté, mais, malgré tout ce fracas, le soldat de plomb restait impassible, le regard fixe et l’arme au bras.

    Tout à coup le bateau fut poussé dans un petit canal où il faisait aussi noir que dans la boîte aux soldats.

    « Où vais-je maintenant ? pensa-t-il. Oui, oui, c’est le sorcier qui me fait tout ce mal. Cependant si la petite demoiselle était dans le bateau avec moi, l’obscurité fût-elle deux fois plus profonde, cela ne me ferait rien. »

    Bientôt un gros rat d’eau se présenta ; c’était un habitant du canal :

    — Voyons ton passe-port, ton passe-port !

    Mais le soldat de plomb garda le silence et serra son fusil. La barque continua sa route, et le rat la poursuivit. Ouf ! il grinçait des dents, et criait aux pailles et aux petits bâtons : 
    — Arrêtez-le, arrêtez-le ! il n’a pas payé son droit de passage, il n’a pas montré son passe-port. »

    Mais le courant devenait plus fort, toujours plus fort; déjà le soldat apercevait le jour, mais il entendait en même temps un murmure capable d’effrayer l’homme le plus intrépide. Il y avait au bout du canal une chute d’eau, aussi dangereuse pour lui que l’est pour nous une cataracte. Il en était déjà si près qu’il ne pouvait plus s’arrêter. La barque s’y lança : le pauvre soldat s’y tenait aussi roide que possible, et personne n’eût osé dire qu’il clignait seulement des yeux. La barque, après avoir tournoyé plusieurs fois sur elle-même, s’était remplie d’eau ; elle allait s’engloutir. L’eau montait jusqu’au cou du soldat, la barque s’enfonçait de plus en plus. Le papier se déplia, et l’eau se referma tout à coup sur la tête de notre homme. Alors il pensa à la gentille petite danseuse qu’il ne reverrait jamais, et crut entendre une voix qui chantait :

    — Soldat, le péril est grand ; voici la mort qui t’attend !

    Le papier se déchira, et le soldat passa au travers. Au même instant il fut dévoré par un grand poisson.

    C’est alors qu’il faisait noir pour le malheureux ! C’était pis encore que dans le canal. Et puis comme il y était serré ! Mais toujours intrépide, le soldat de plomb s’étendit de tout son long, l’arme au bras.

    Le poisson s’agitait en tous sens et faisait d’affreux mouvements ; enfin il s’arrêta, et un éclair parut le transpercer. Le jour se laissa voir, et quelqu’un s’écria : « Un soldat de plomb ! » Le poisson avait été pris, exposé au marché, vendu, porté dans la cuisine, et la cuisinière l’avait ouvert avec un grand couteau. Elle prit avec deux doigts le soldat de plomb par le milieu du corps, et l’apporta dans la chambre, où tout le monde voulut contempler cet homme remarquable qui avait voyagé dans le ventre d’un poisson. Cependant le soldat n’en était pas fier. On le plaça sur la table, et là – comme il arrive parfois des choses bizarres dans le monde ! – il se trouva dans la même chambre d’où il était tombé par la fenêtre. Il reconnut les enfants et les jouets qui étaient sur la table, le charmant château avec la gentille petite danseuse ; elle tenait toujours une jambe en l’air, elle aussi était intrépide. Le soldat de plomb fut tellement touché qu’il aurait voulu pleurer du plomb, mais cela n’était pas convenable. Il la regarda, elle le regarda aussi, mais ils ne se dirent pas un mot.

    Tout à coup un petit garçon le prit, et le jeta au feu sans la moindre raison ; c’était sans doute le sorcier de la tabatière qui en était la cause.

    Le soldat de plomb était là debout, éclairé d’une vive lumière, éprouvant une chaleur horrible. Toutes ses couleurs avaient disparu ; personne ne pouvait dire si c’étaient les suites du voyage ou le chagrin. Il regardait toujours la petite demoiselle, et elle aussi le regardait. Il se sentait fondre ; mais, toujours intrépide, il tenait l’arme au bras. Soudain s’ouvrit une porte, le vent enleva la danseuse, et, pareille à une sylphide, elle vola sur le feu près du soldat, et disparut en flammes. Le soldat de plomb était devenu une petite masse.

    Le lendemain, lorsque la servante vint enlever les cendres, elle trouva un objet qui avait la forme d’un petit cœur de plomb ; tout ce qui était resté de la danseuse, c’était une paillette, que le feu avait rendue toute noire.



    (Traduction par David Soldi)

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Hansel et Gretel

    Hansel et Gretel .................Jacob et Wilhelm (frères) Grimm

    Dans une grande forêt vivaient un pauvre bûcheron, son épouse et ses deux enfants ; le garçon s’appelait Hansel et la jeune fille Gretel. Il avait peu à manger et à partager, et lorsque les prix s’envolèrent dans le pays, il ne put plus ramener le pain quotidien. Alors qu’il faisait sa prière du soir en cherchant une solution à ses problèmes, il soupira et parla à sa femme : 
    — Qu’allons nous devenir ? Comment pourrions-nous nourrir nos pauvres enfants alors que nous n’avons pour nous-mêmes plus rien ?
    — Sais-tu quoi mon époux ? répondit la femme. Nous conduirons tôt demain les enfants dans la forêt, là où elle est la plus dense. Nous y ferons du feu et nous donnerons à chacun un morceau de pain, et puis nous irons travailler en les laissant seuls. Ils ne trouveront plus le chemin de la maison et nous en serons débarrassés.
    — Non femme, dit l’homme, je ne ferai jamais cela ; comment pourrais-je supporter de laisser mes enfants seuls dans la forêt ! Les bêtes sauvages les dévoreraient aussitôt.
    — Oh fou ! dit-elle. Alors, nous devrions tous les quatre mourir de faim, tu n’aurais plus qu’à nous façonner nos cercueils. 
    Et elle ne le laissa plus tranquille jusqu’à ce qu’il se décidât.
    — Mais les pauvres enfants me manqueront aussi, dit l’homme. 
    Cependant les deux enfants, qui ne s’étaient pas endormis, du fait de leur manque de nourriture, avaient entendu ce que leur belle-mère racontait à leur père. Gretel pleurait des larmes amères et dit à Hansen : 
    — Que nous advient-il ?
    — Calme-toi Gretel, dit Hansen, ne t’inquiète pas, je vais nous en tirer.
    Et alors que les parents dormaient, il se leva, enfila sa camisole, ouvrit la sous-porte puis se faufila dehors. La lune brillait de tous ses rayons, et les graviers qui jonchaient le devant de la maison scintillaient comme une multitude de . Hansen se pencha et en enfouit dans ses poches autant qu’elles pouvaient en contenir jusqu’à en déborder. Puis il rentra et dit à Gretel : 
    — Sois rassurée ma chère sœur et endors-toi en paix, Dieu ne nous laissera pas tomber.
    Puis il s’allongea dans son lit.

    Lorsque le jour , juste quand le soleil fut levé, la femme vint réveiller les enfants :
    — Levez vous, fainéants, nous devons aller en forêt chercher du bois.
    Puis elle leur donna à chacun un morceau de pain et ajouta :
    — Vous avez ainsi de quoi manger pour le déjeuner, mais ne le mangez pas avant car vous n’aurez plus rien après.
    Gretel prit le pain dans sa blouse car Hansen avait les cailloux dans ses poches. Puis ils se mirent en route pour la forêt. Lorsqu’ils eurent fait un bout de chemin, Hansen s’arrêta et regarda vers la maison, puis il après quelques pas il recommençait à nouveau. Le père dit alors : 
    — Hansen, que regardes-tu là bas et pourquoi restes-tu en arrière, fais attention et n’oublie pas tes jambes !
    — Ah mon père, dit Hansen, je regarde mon chat blanc qui est assis en haut sur le toit et qui veut me dire adieu.
    La femme déclara : 
    — Idiot, ce n’est pas ton chat, c’est le soleil qui brille sur la cheminée. 
    Hansen ne regardait pas le chat mais jetait à chaque fois un caillou blanc de sa poche...

    Une fois arrivé au milieu de la forêt, le père dit : 
    — Allez les enfants, ramassez du bois, je vais vous faire un feu pour ne pas que vous ayez froid.
    Hansen et Gretel ramenèrent quelques fagots, de quoi en faire un joli tas. On mit le feu au tas et quand les flammes s’élevèrent, la femme déclara : 
    — Mettez-vous près du feu les enfants, reposez-vous, nous allons dans la forêt couper du bois. Lorsque nous en aurons fini, nous reviendrons vous chercher.

    Hansen et Gretel s’assirent près du feu et lorsque midi fut venu, ils mangèrent chacun un petit morceau de pain. Et parce qu’ils entendaient les coups de la cognée, ils pensaient que leur père était proche. Mais ce n’était pas les coups de la cognée, c’était une branche qu’il avait attaché à un arbre mort et que le vent balançait de ci, de là. Comme ils étaient assis depuis un long moment, le sommeil leur vint et ils s’endormirent. Lorsqu’ils s’éveillèrent, le crépuscule était déjà bien avancé. Gretel se mit à pleurer et dit :
    — Comment allons-nous sortir du bois maintenant ?
    Hansen la consola :
    — Attends un peu que la lune se lève, nous retrouverons enfin notre chemin. 
    Et quand la lune fut bien levée, Hansen prit sa sœur par la main et suivit les cailloux blancs qu’il avait semés. Ils scintillaient comme des Batzen fraîchement frappés et leur montraient le chemin. Ils marchèrent toute la nuit et arrivèrent à  devant la maison de leur père. Ils frappèrent à la porte, la femme ouvrit et lorsqu’elle s’aperçut que c’était Hansen et Gretel, elle leur dit : 
    — Méchants enfants, pourquoi avez dormi aussi longtemps dans la forêt ? Nous avons cru que vous ne vouliez plus revenir à la maison. 
    Mais le père se réjouissait car il s’en voulait de les avoir laissés seuls.

    Peu de temps après, la misère s’était de nouveau répandue dans toute la contrée. Les enfants entendaient de nouveau comment la mère, la nuit dans son lit, parlait à son mari : 
    — Tout est de nouveau précaire, nous n’avons plus qu’une demi miche de pain. Toute chanson a une fin. Nous devons nous séparer des enfants, nous devons les emmener plus loin dans la forêt afin qu’ils ne puissent plus retrouver le chemin du retour ; nous n’avons plus le choix. 
    L’homme se sentit bouleversé et il pensa : « Ce serait mieux que tu partages les dernières bouchées avec tes enfants. » Mais la femme ne prêtait aucune attention à ses paroles, elle fit tout pour qu’il change d’idée. Elle lui fit des reproches. Qui dit oui une fois doit le dire deux fois, et s’il s’est rendu une fois, il se rendra à nouveau.

    Tandis que les parents dormaient, Hansen se leva de nouveau, et voulut sortir pour ramasser des graviers comme la fois précédente mais la femme avait fermé la porte à clé et Hansen ne put sortir. Il rassura sa sœur et lui dit : 
    — Ne pleure pas Gretel, dors tranquillement, le Bon Dieu nous viendra en aide !

    Tôt le matin, la femme vint tirer les enfants du lit. Ils reçurent leur morceau de pain qui était encore plus petit que la fois précédente. En cheminant, Hansen le brisait dans sa poche, s’arrêtait et jetait une miette sur le sol. 
    — Hansen ! Pourquoi t’arrêtes-tu et regardes-tu autour de toi ? l’interpellait le père, avance !
    — Je regarde ma colombe qui se tient sur le toit et me fait au revoir, répondit Hansen.
    — Idiot, dit la femme, ce n’est pas ta colombe, c’est le soleil qui se lève et qui brille sur la cheminée.
    Mais Hansen continuait à jeter ses miettes sur le chemin.

    La femme emmena les enfants encore plus profondément dans la forêt, plus profond qu’elle ne fut jamais allée dans sa vie. Là ils firent un feu encore plus fort et la mère dit :
    — Restez ici les enfants, et si vous êtes un peu fatigués, vous pouvez dormir un peu. Nous allons dans la forêt couper du bois, et ce soir, lorsque nous en aurons fini, nous viendrons vous reprendre.
    Vers midi, Gretel partagea son pain avec Hansen qui avait éparpillé le sien sur le chemin. Puis ils s’endormirent. Le soir vint mais personne ne vint reprendre les pauvres enfants. Ils se réveillèrent au beau milieu de la nuit, Hansen rassura sa sœur et lui dit : 
    — Attends Gretel, jusqu’à ce que la lune se lève, nous verrons les miettes de pain que j’ai semées, elles nous montreront le chemin de la maison.
    Lorsque la lune fut haute, ils se levèrent, mais ils ne trouvèrent aucune miette de pain, car les milliers d’oiseaux qui voletaient dans les bois et les prés les avaient picorées. Hansen dit à Gretel : 
    — Nous retrouverons notre chemin.
    Mais ils ne le retrouvèrent pas. Ils marchèrent toute la nuit et le jour entier encore, du matin au soir, mais ils ne trouvèrent jamais la sortie de la forêt et étaient si affamés car ils n’avaient rien de mieux que les quelques baies qu’ils trouvaient de ci, de là. Comme ils étaient trop fatigués et que leurs jambes refusaient de les porter plus loin, ils s’allongèrent sous un arbre et s’endormirent. C’était déjà le troisième jour qu’ils avaient quitté la maison de leur père. Ils se remirent en marche mais ils s’enfoncèrent encore plus dans la forêt et si plus aucune aide ne leur venait, ils s’affaibliraient. Lorsque midi vint, ils virent un bel oiseau blanc perché sur une haute branche et qui lançait de si belles  qu’ils restèrent à l’écouter. Lorsqu’il eut fini, il étendit ses ailes et se mit à voleter autour d’eux, ils le suivirent jusqu’à ce qu’ils arrivent à un cabanon sur le toit duquel il  et lorsqu’ils s’approchèrent, ils virent que le cabanon était fait de pain, que le toit était fait de gâteaux, les fenêtres de sucre transparent. 
    — Voilà où nous pouvons nous installer, dit Hansen, et avoir un repas béni. Je veux bien manger un morceau de toit, Gretel, tu peux manger la fenêtre, c’est sucré.
    Hansen se hissa sur le toit et ramena un peu du faîtage pour le goûter, tandis que Gretel se tenait près de la fenêtre et la grignotait. Alors retentit une petite voix et qui venait du cabanon.

    — Grignotti, grignotti, qui grignote ma maison ?

    Les enfants répondirent : 
    — Le vent, le vent, la brise légère.

    Et ils mangeaient sans s’arrêter, sans se laisser distraire. Hansen, à qui le toit plaisait beaucoup, en prit un bon morceau, Gretel brisa un morceau rond de la fenêtre, s’assit et s’en rassasia.

    Soudain la porte s’ouvrit et une très vieille femme apparut appuyée sur une canne. Hansen et Gretel en furent tellement effrayés qu’ils en laissèrent tomber ce qu’ils avaient dans les mains. La vieille femme  et s’exclama : 
    — Hé ! mes enfants, qui vous a emmené ici ? Entrez et restez chez moi, il ne vous arrivera rien.
    Elle les attrapa tous les deux par la main et les entraîna dans sa maison. Un bon repas y était dressé : lait, crêpes avec du sucre, pommes et noisettes. Enfin un bon lit les attendait, tout drapé de blanc. Hansen et Gretel y plongèrent en rêvant qu’ils étaient au Ciel...

    La vieille s’était faite amicale, en fait, c’était une méchante sorcière qui avait tendu un piège aux enfants en construisant une maisonnette en pain, uniquement pour attirer les enfants. Une fois sous son pouvoir, elle les tuera, les cuira et les mangera comme pour un jour de fête.

    Les sorcières ont des yeux rouges et ne peuvent pas voir loin, mais elles ont un odorat très fin comme les animaux et ne remarquent pas quand un être humain approche. Lorsque Hansen et Gretel se sont approchés d’elle, elle avait souri méchamment et avait dit mielleusement : 
    — Je les tiens, ils ne doivent pas m’échapper !
    Le lendemain matin, à peine les enfants réveillés, elle se leva aussitôt, et tout en les regardant tranquillement avec leurs joues bien rouges, elle se murmura à elle-même : 
    — Cela fera un bon déjeuner.
    Puis elle saisit Hansen de ses mains raides et l’enferma dans une pièce derrière une porte à barreaux. Il pouvait crier autant qu’il le voulait mais c’était inutile. Puis elle alla vers Gretel et la réveilla en hurlant : 
    — Debout, feignasse, va chercher de l’eau et fait cuire quelque chose de bon pour ton frère, il est assis dehors dans l’étable et doit prendre du poids. Quand il sera bien gras, je pourrai le manger.
    Gretel se mit à pleurer amèrement ; mais tout cela était inutile, elle devait faire ce que la méchante sorcière lui avait ordonné.

    La meilleure cuisine fut alors cuite pour Hansen, tandis que pour Gretel on ne servait que les carapaces d’écrevisses. Chaque matin, la vieille se pressait jusqu’à l’étable et criait :
    — Hansen, passe ta main par les barreaux que je vois si tu es bien gras. Hansen lui glissait alors un vieil os et la vieille qui n’y voyait presque plus, pensait que c’était la main de Hansen et s’étonnait de ce qu’il ne voulait pas engraisser. Quatre semaines passèrent, Hansen était toujours aussi maigre, la vieille à bout de patience ne voulut plus attendre.
    — Gretel ! allez ouste ! appela-t-elle. Va chercher de l’eau ! Que Hansen soit gras ou qu’il soit maigre, demain je le tue et je le cuis.
    La pauvre Gretel pleurait toutes les larmes de son corps en allant chercher de l’eau, il fallait voir comment elles roulaient sur ses joues. 
    — Mon Dieu, aide-nous donc ! supplia-t-elle. Si au moins les bêtes sauvages nous avaient dévorés, on serait mort ensemble !
    — Épargne-nous tes sanglots, dit la vieille, ça ne sert à rien.

    Le lendemain matin, Gretel sortit remplir le seau, le suspendit dans la cheminée et alluma le feu. 
    — Nous allons d’abord faire du pain, dit la vieille. J'ai déjà chauffé le four et pétri la pâte. 
    Elle poussa la pauvre Gretel vers le four duquel les flammes déjà sortaient. 
    — Penche-toi et vois si c’est suffisamment chaud afin que nous puissions y enfourner le pain.
    Puis lorsque Gretel fut assez proche, elle voulut ouvrir le four pour la faire rôtir dedans et ensuite la dévorer. Mais Gretel devinant ses intentions dit : 
    — Je ne sais pas comment faire pour entrer dedans !
    — Oie stupide, dit la vieille. La porte est assez grande, ne vois-tu pas que même moi je peux y passer, affirma-t-elle en rampant et en passant la tête dans le four. 
    Alors Gretel lui donna un bon coup si bien qu’elle bascula dedans puis elle referma la porte en fer et tira le verrou. 
    — Hou ! hou ! hurla-t-elle horriblement. 
    Gretel partit en courant tandis que l’horrible sorcière brûlait abominablement.

    Elle courut tout droit vers Hansen, lui ouvrit l’étable et lui cria : 
    — Hansen, nous sommes libres, la vieille sorcière est morte !
    Hansen bondit comme un oiseau de sa cage lorsqu’on lui ouvre la porte. Comme ils se sont réjouis en tombant dans les bras l’un de l’autre et comme ils ont sauté de joie et se sont embrassés ! Ils se dirigèrent vers la maison de la sorcière puisqu’ils n’avaient plus à la craindre. Dans tous les recoins ils trouvèrent des perles et des pierres précieuses.
    — C’est bien plus beau que des cailloux, déclara Hansen en remplissant ses poches de ce qui pouvait bien y entrer. 
    Puis Gretel dit :
    — Je veux aussi rapporter quelque chose à la maison, et elle remplit aussi son tablier.
    — Partons maintenant, ordonna Hansen. Sortons de cette forêt maléfique.
    Mais après deux heures de marche, ils arrivèrent près d’une rivière. 
    — Nous ne pouvons pas traverser, affirma Hansen, je ne vois ni passerelle ni pont.
    — Il ne passe aucun bateau non plus, renchérit Gretel, mais je vois un canard blanc, si je le lui demande il nous aidera à traverser.
    Et elle appela :
    — Canard, canard attentionné 
    Gretel et Hansen n’ont 
    Ni passerelle, ni pont 
    Sur ton dos fais-nous passer.

    Le canard approcha et Hansen s’installa sur son dos et pria sa sœur de le rejoindre s’asseoir près de lui. 
    — Non, répondit Gretel. Ce sera trop lourd pour le canard, il doit nous faire passer l’un après l’autre.
    Le bon volatile s’acquitta bravement de sa tâche. Lorsqu’ils furent passés et qu’ils eurent fait un bout de chemin, la forêt se fit de plus en plus familière et soudain, ils aperçurent la maison de leur père. Ils se mirent alors à courir, se précipitèrent à l’intérieur, et sautèrent au cou de leur père. Depuis qu’il avait abandonné ses enfants dans la forêt, l’homme n’avait plus eu de joie, sa femme était morte.

    Gretel secoua son tablier pour en faire tomber les perles et les gemmes qui se répandirent dans la cuisine, pendant que Hansen en jetait poignée après poignée de ses poches. Tous les soucis avaient enfin pris fin et ils purent vivre avec bonheur ensemble.

    Une histoire est finie, là court une souris, qui l’attrape doit s’en faire une grande cape fourrée.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  - La Princesse Au Petit Pois...Hans Christian Andersen

    Il était une fois un prince qui voulait épouser une princesse, mais une vraie princesse. Il fit le tour de la Terre pour en trouver une mais il y avait toujours quelque chose qui clochait ; des princesses, il n'en manquait pas, mais étaient-elles de vraies princesses ? C'était difficile à apprécier ; toujours une chose ou l'autre ne lui semblait pas parfaite. Il rentra chez lui tout triste, il aurait tant voulu rencontrer une véritable princesse.

    Un soir, par un temps affreux, éclairs et tonnerre, cascades de pluie que c'en était effrayant, on frappa à la porte de la ville et le vieux roi lui-même alla ouvrir. C'était une princesse qui était là, dehors. Mais grands dieux ! de quoi avait-elle l'air dans cette pluie, par ce temps ! L'eau coulait de ses cheveux et de ses vêtements, entrait par la pointe de ses chaussures et ressortait par le talon… et elle prétendait être une véritable princesse !
     
    « Nous allons bien voir ça », pensait la vieille reine, mais elle ne dit rien. Elle alla dans la chambre à coucher, retira toute la literie et mit un petit pois au fond du lit ; elle prit ensuite vingt matelas qu'elle empila sur le petit pois et, par-dessus, elle mit encore vingt édredons en plumes d'eider. C'est là-dessus que la princesse devait coucher cette nuit-là. Au matin, on lui demanda comment elle avait dormi.
    « Affreusement mal, répondit-elle, je n'ai presque pas fermé l'œil de la nuit. Dieu sait ce qu'il y avait dans ce lit. J'étais couchée sur quelque chose de si dur que j'en ai des bleus et des noirs sur tout le corps ! C'est terrible ! »
    La Princesse au petit pois - illustration 1
    Alors ils reconnurent que c'était une vraie princesse puisque, à travers les vingt matelas et les vingt édredons en plumes d'eider, elle avait senti le petit pois. Une peau aussi sensible ne pouvait être que celle d'une authentique princesse.
    Le prince la prit donc pour femme, sûr maintenant d'avoir trouvé une vraie princesse, et le petit pois fut exposé dans le cabinet des trésors d'art, où l'on peut encore le voir si personne ne l'a emporté. Et ceci est une vraie histoire.
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Conte Du Vietnam Le Chat - Par Thu Trinh-Bouvier -

     Contes & Légendes D'Asie, Culture Du Vietnam

    **********

    Conte Du Vietnam Le Chat - Par Thu Trinh-Bouvier -    Contes & Légendes D'Asie, Culture Du Vietnam

    Le chat  -  Il était une fois un mandarin qui possédait un chat et l’aimait énormément. Il en était si fier, il le trouvait si extraordinaire qu’il décida de le nommer “Ciel”. Mon chat est si précieux et unique que le nom «Chat» ne lui convient pas. Il n’y a que le ciel qui soit à sa mesure, puisque rien n’est comparable au ciel. Or, un jour, un ami lui dit...

    - Permettez-moi de vous faire remarquer qu’il a une chose plus puissante que le ciel, ce sont les nuages, puisque les nuages peuvent envahir le ciel.

    - Vous avez raison, répondit le mandarin. Et je vous remercie de cette remarque pleine de sens. Je vais désormais nommer mon chat “Nuage”.

    - Quelque temps après, un autre mandarin vint prendre le thé à la maison.

    - Comment, s’écria-t-il, vous appelez “Nuage” ce magnifique animal ? Mais il existe une chose bien plus forte que les nuages : c’est le vent qui les chasse.

    - Dès lors, son maître nomma “Vent” le bel animal.
    - Une semaine ne s’était pas écoulée que le maire de la ville, invité chez le mandarin, aperçut le précieux animal.

    - “Vent”, dit-il, c’est un nom bien indigne. Le vent trouve facilement son maître puisqu’un mur peut l’arrêter.

    - En effet, répondit le propriétaire du chat. Désormais, mon animal s’appellera “Mur”.

    - Un peu plus tard, un étudiant qui travaillait chez le mandarin fit remarquer respectueusement au seigneur qu’une souris était capable de vaincre le mur.

    - Cher maître, si je puis me permettre, il semble bien qu’une simple souris peut venir à bout de n’importe quel mur. Elle le mine en perçant des trous. Aussi petite soit-elle, elle est capable de grande chose puisqu’elle l’affaiblit et le détruit petit à petit.

    - C’est vrai, reconnut le mandarin. Je vais donc appeler mon magnifique chat “Souris”.

    - Vint alors à passer le petit garçon du jardinier.
    - “Souris” ! s’écria-t-il en éclatant de rire. Mais il y a quelqu’un de bien plus puissant que la souris, c’est le chat qui l’attrape et la mange !

    - Le mandarin comprit alors sa vanité.
    - Désormais, il nomma l’animal tout simplement : “ Chat ”.

    Republished by Blog Post Promoter

    Ce chat fait semblant d'être mort pour éviter... par PauseCafein

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Conte noir de Noël – 

    **********

    Une étoile grande comme une soucoupe volante
    S’est immobilisée au-dessus de la ville.
    Comme l’année dernière,
    Comme l’année d’avant
    Et les autres années encore,
    Jésus est né dans une cave,
    La cave réfrigérée du restaurant
    Près des Grands Magasins.
    Il a vécu là quelques jours,
    Avec sa mère toujours vierge
    Et son père toujours charpentier au chômage,
    Au milieu des cartons de champagne,
    Des boites de foie gras et du caviar.
    Alors, on a illuminé la rue avec des guirlandes chinoises,
    On a décoré les vitrines avec des poupées hindoues,
    On a embauché des père Noël algériens
    Parce qu’ils étaient blancs et pas chers.
    Les boutiques et les banques sont restées ouvertes
    Des nuits entières
    Pour nous permettre d’acheter, de consommer
    Des choses inutiles produites ailleurs.
    L’Armée du salut a chanté, faux comme d’habitude,
    Pour servir un beau repas à ses pauvres.
    Des bergers charitables ont apporté de la soupe
    A Joseph et à Marie
    Qui ne pouvaient quitter leur bébé transi.
    Trois princes d’Arabie sont arrivés avec du pétrole,
    Des dollars et mille choses encore.
    Mais il était trop tard,
    Le petit bébé n’a pas résisté au froid
    Et à l’indifférence,
    Il est mort dans sa cave.
    Ses parents ont été reconduits dans leur pays d’origine.
    Jésus a disparu jusqu’à l’année prochaine.

    Martial Havel

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La chouette et le hibou

    La chouette et le hibou..................

    La nuit vint à s’étendre sur la forêt ;un hibou de grande envergure s’éveilla et étira ses grandes ailes en scrutant le ciel de ses yeux jaunes..

    Il était temps de s’éveiller et de se mettre à chasser,
    mais il avait la flemme et venait à peine de quitter sa famille.

    Je me sens bien seul, se disait-il, il faudra bientôt que je fonde famille et que je m’enquière de trouver épouse.
    Allons courage, ne soyons pas timide !

    Il se mit à hululer pour lancer un appel en espérant trouver une future compagne et pouvoir ainsi fonder famille pour avoir quelques beaux rejetons.

    Soudain à son appel, lui arriva une réponse, un cri plus aigu que le sien et moins puissant. il tourna la tête de tous côtés pour enfin apercevoir celle qui lui avait répondu.

    Avec ses grands yeux, il put la distinguer. Elle était à deux arbres de lui, debout sur une branche et le regardait avec admiration.

    Lui, n’avait jamais vu d’hibou de cette sorte. Plus petite, elle avait un visage rond et deux grands yeux ronds et jaune d’or
    qui lui dévoraient le visage.

    Belle comme une nuit claire et lumineuse, pensa t’il et il prit son envol pour aller se poser à ses côtés.

    La lune reflétait son ombre sur le sol. En deux trois coups d’ailes,le voilà arrivé.

    Oh que vous êtes beau et majestueux, lui dit-elle ; 
    c’est la première fois que je vois quelqu’un comme vous.

    Et vous, lui répondit-il avec emphase, quelle joli petit visage rond, et ces beaux yeux qui vous mangent la face.
    Voulez-vous devenir mienne ? Oh que oui, j’aimerais bien
    devenir la compagne d’un beau seigneur tel que vous,
    au moins je me sentirais protégée.

    Allez, venez, dit le hibou, je vais vous présenter à mes parents, Ils m’ont forcé à quitter le nid,
    prétendant que j’avais l’âge d’indépendance.

    Et voilà, que tous deux, ils prirent leur envol jusqu’au nid familial de notre jeune hibou, se sentant joyeux et plein d’allégresse en pensant qu’un jour, ils allaient vivre ensemble.

    A leur arrivée, ils furent bien surpris de voir le regard étonné des deux parents de notre hibou.

    Après avoir fait les présentations, maître hibou s’esclaffa bruyamment. Vous ne pouvez vivre ensemble, finit-il par dire, c’est impossible, car bien qu’ayons des mœurs et habitudes communs, vous n’êtes pas de la même espèce.

    Tu es hibou et elle est chouette. Vous reproduire est impossible.Si vous vivez ensemble, jamais vous n’aurez d’enfant.

    Quel choc, ce fut pour nos deux tourtereaux d’apprendre cette différence essentielle. S’aimer est une chose, mais il n’est pas toujours possible de supprimer toutes les incompatibilités.

    Il s’en allèrent donc chacun de leur côté, tout en restant amis
    et finirent un jour par trouver chaussure à leur pied et fonder chacun une famille.

    Titre et illustration : Nath La Muse
    Texte : Eric de La Brume
    Le 8 juillet 2018

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • l'homme perdu

    l'homme perdu

     

    Chapitre I: L'accident

    l'homme perdu................

    Il marchait sur la route, Le visage à l’air hagard. Il sortait d’un bois, Avait le regard  vide.
    Il venait de sortir d’un long sommeil et s’était retrouvé étendu dans un fossé le long d’une route
    La tête vide comme  quelqu’un venant de naître

    Il marchait sans but, se retrouvant sans passé. C’était un homme perdu déambulant le long d’une route, avançant comme un automate.

    Il s’était réveillé sans souvenir, La tête vide, se sentant léger et aérien
    Mais une angoisse lui tordait l’estomac. C’était un homme perdu..
    Sur la route, il croisa des gens qui ne semblaient pas le voir
    Une large plaie au front était béante, mais il ne ressentait aucune douleur

     
    C’était un homme perdu, sa mémoire s’était envolée.
    De sa vie, il ne savait plus rien, Il avançait sur la route, sans but.

    Tout d’un coup, il entendit un bruit. Il approchait d’une plage, devait se trouver près de la côte
    Il entendait les vagues lécher le sable. Il approcha, la côte était déserte.
    C’était le petit matin, le jour venait à peine de poindre laissant apparaître un ciel ouateux.

    Sur un rocher, il s’assit, face à la mer regardant les vagues déferler sur le sable
    Essayant de ressasser ses souvenirs, Il se sentait léger.

    Pourtant, il devait avoir bien vécu, Il se regarda, il ne semblait ni jeune ni vieux
    Un homme entre deux âges  qui devait avoir  encore belle allure.

    Le jour, petit à petit se levait, Le soleil se levait à l’horizon
    Dispersant les nuages  pour se mettre à briller de tous ses éclats.

    Des gens passaient maintenant sur la plage.  Ils ne semblaient pas l’apercevoir alors qu’il était bien visible assis sur son rocher regardant la mer qui s’effarouchait.

    Il passa la main sur le front, sentit cette plaie béante. Le sang ne coulait plus
    Mais ses vêtements en étaient tâchés

    Soudain, il comprit ! Cette plaie dont le sang ne coulait plus,
    ces gens qui passaient sans le voir; il devait avoir eu un accident.
    Sa mémoire petit à petit  resurgit alors du fond des brumes.
    Il revit sa violente dispute à la maison, son départ précipité.

    Il se vit prendre la voiture, démarrer en trombe, déraper dans un virage
    Le choc fatal se produisit. Éjecté  de la voiture, il atterrit dans un fossé !
    Un choc sous le crâne qui lui fit quitter ce monde.

    Petit à petit, la brume qui lui restait dans le cerveau se dissipa.
    Il avait quitté ce bas monde, mais n’avait pas pu atteindre l’au-delà.
    Il se trouvait entre les deux, comme une ombre se trouvant entre les deux, obligé de rester pour expier ses fautes.

    Il n’était pourtant ni pire ni meilleur qu’un autre, avait commis des fautes
    comme beaucoup pouvaient en commettre et se demandait pourquoi c’était à lui que ça arrivait.

    Plus loin, de l’endroit d’où il était parti, on venait de retrouver la voiture emboutie, le corps étendu et maculé de sang, une plaie béante sur le front.

    Dans son énervement, il était parti en trombe, avait mal emprunté un virage et sa voiture avait  heurté un arbre sur la route.  Il était mort sur le coup..

    Tout lui revenait en mémoire maintenant, cela avait été si rapide.

    C'était une sensation étrange,il se sentait léger aérien mais comme dissous dans l'espace. Il décida de se rendre sur les lieux de l'accident, de retourner voir cet endroit d'où il était passé de vie à trépas.

     

    Chapitre II: Le pays des ombres

    Sur le chemin du retour, alors que la nuit tombait, empruntant un chemin de terre pour arriver plus vite, il sentit soudain le sol trembler sous ces pieds, il s'effondrait et s’entrouvrait.

    Il fut alors entraîné dans une chute interminable et finit par atterrir dans une espèce de couloir sombre et humide.

    la peur et l'angoisse commença par l'étreindre.  L'endroit semblait être une partie de grotte souterraine.  L'air était confiné et très humide.  Pendant tout un temps, il resta plongé dans le noir. L'angoisse et la peur le faisait trembler de tout son être.

    Après quelques instants, il finit par s'habituer à l'obscurité et se calma petit à petit.  Que lui arrivait-il donc de si grave ?  Qu'avait-il bien pu faire pour en arriver là ?

    Soudain une lumière diffuse apparût, glauque. Une forme couleur bleu nuit s'approchait et vint vers lui: Que fais-tu là, malheureux mortel, comment es-tu arrivé dans mon royaume/

    l'homme perdu................

    Ne vois-tu pas que ton heure n'est pas encore arrivée.  Qui t'a envoyé ici, dan sle pays des ombres, des sans loi et des pénitents ?

    Je ne sais pas répondit-il d'un air apeuré.  Tout ce dont je e rappelle c'est que je roulais et ai eu un accident.

    Je m'appelle Umbratilus dit alor la forme rougeoyante et je suis le maître du peuple des ombres, de ceux qui doivent réparer leur vie et n'ont pas encore droit à la félicité.

    Toi, tu n'as pas encore ta place ici et je vais te montrer ce qui risque d'arriver si jamais un jour, pour la deuxième fois tu reviens ici.  Suis-moi!

    Et voilà qu'il se mit à suivre Umbratilus dans un dédale de couloirs.  Des formes étranges presque indescriptibles peuplaient l'endroit.

    Des formes humaines et d'autres qu'il n'avait jamais vues  nulle part. Des gens décédés parfois depuis plusieurs siècles ettous se croisaient sans sembler se voir.

    Pendant ce temps, à la surface de la terre, les secours s'activaient.  Une ambulance venait d'arriver.  On ramassa délicatement le corps ensenglanté, étendu dans le fossé et on le déposa sur une civière.

    l'ambulance, s'élançaen trombe sur  l'autoroute pour rejoindre l'hopital le plus proche.  L'homme semblait  mort et on lui  recouvrit le visage.

    Pourtaant, il lui restait encore un souffle de vie,imperceptible. Pendant ce temps,dans les entrailles de la terre, son chemin puis il se retourna vers André,car c'était le nom de l'homme.

    Je ne pense pas que ton temps est là et ta vie n'a pas été assez mauvaise  pour venir nous rejoindre. Tu pourras dans quelques temps revenirà la vie mais avant cela,je vais te montrer le monde des ténèbres

    .Jamais de toutes sa vie, André n'avait vu ça.  Si un jour on lui avait demandé de le décrire , il en aurait été incapable.

     

     (à suivre)

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique