• L’AIGLE ET LE ROITELET

    Aigle%203

     Un jour il y eut une grande dispute entre l’aigle et le roitelet.

    Vous direz que la dispute était étrange et devait être inégale, car entre un oiseau aussi puissant et aussi terrible que l’aigle et un tout petit roitelet de rien du tout, on pourrait penser que la lutte serait vite terminée !!

    Voici quel était l’objet de leur contestation. Ils avaient parié à qui volerait le plus haut.

    Tous les oiseaux du royaume d’Oisellerie devaient assister au tournoi.

    Le vainqueur devait être proclamé ROI.

    Vous pensez si l’aigle se mit à rire en se présentant pour lutter avec le roitelet.

    Mais le roitelet, lui, ne riait pas, il était même tout à fait sérieux.

    On donne donc le signal :

    1 … 2 … 3 …

    Les deux rivaux partent ensemble, mais chacun d’une façon différente.

    L’aigle s’envole en faisant de grands cercles suivant sa coutume. Quand au roitelet, il monte tout droit dans les airs.

    Lorsque l’aigle arrive à sa hauteur, le petit roitelet qui sent la fatigue se faire sentir, et qui va être distancé par l’aigle, se pose tout bonnement sur son dos.

    Les plumes de l’aigle sont si épaisses et sa peau si dure, et de plus, le roitelet est si petit, si petit, si léger, que l’aigle ne sent rien du tout.

    L’aigle continue à voler, de toutes ses forces et de plus en plus haut. Il atteint des hauteurs inaccessibles, si bien qu’il finit lui aussi à ressentir la fatigue.

    Alors il crie :

    – Ah ! ça ! où es-tu petit roitelet ? Je pense que tu es à trois mille pieds au dessous de moi, et que tu renonces à la lutte ??

    – Mais non, mais non, mon ami répond le roitelet, je suis juste au dessus de toi !!!

    Et c’étai la vérité …

    L’aigle, trop las pour continuer, s’avoue donc vaincu et cède pour une année sa couronne au roitelet, qui de ce fait devient …

    …. le plus petit roi que le royaume d’Oisellerie n’ait jamais eu .

    roitelet

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La Fable Du Porc-Épic !

    La Fable Du Porc-Épic !

    C'était l'hiver le plus froid jamais vu.
    De nombreux animaux étaient morts en raison du froid.
    Les porcs-épics, se rendant compte de la situation
    avaient décidé de se regrouper.

    De cette façon ils se couvraient et se protégeaient eux-mêmes!

    Mais les piquants des porcs-épics de chacun
    blessaient leurs compagnons les plus proches
    même s'ils se donnaient beaucoup de chaleur les uns aux autres.

    Après un certain temps, ils ont décidé de prendre leur distance l'un de l'autre et ils ont commencé à mourir, seuls et congelés.

    Alors, ils devaient faire un choix :
    accepter les piquants de leurs compagnons ou disparaître de la terre.
    Sagement, ils ont décidé de revenir en arrière pour vivre ensemble.

    De cette façon, ils ont appris à vivre avec les petites blessures
    causées par l'étroite relation avec leurs compagnons
    mais la partie la plus importante était la chaleur qui venait des autres.
    De cette façon, ils ont pu survivre.

    La meilleure relation n'est pas celle qui rassemble les gens parfaits,
    mais le mieux est quand chacun apprend à vivre
    avec les imperfections des autres et on peut y découvrir et admirer
    les bonnes qualités des autres personnes.

    La morale de l'histoire :
    « Apprendre à aimer les piquants dans notre vie. »

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • LES CHATS DE LA ROMIEU

    À La Romieu dans le Gers, la légende raconte qu'au Moyen-Âge, alors que la famine sévissait, tous les chats avaient été mangés pour le plus grand bonheur des rats qui s'en prirent à la récolte suivante.

          

    Pourtant, Angéline , qui adorait les chats, réussit à en abriter quelques-uns clandestinement et alors que les rats s'en donnaient à coeur joie aux grand désespoir des villageois, elle proposa à ceux-ci d'apporter l'aide de ses protégés.

                                                                

    C' est ainsi que le village fut sauvé par les chats d' Angéline qui débarrassèrent les greniers des rats voraces, évitant ainsi une nouvelle famine.

    La légende dit aussi que le visage d'Angéline, au fil des ans, ressembla de plus en plus à un chat et que ses oreilles se transformèrent en oreilles de chat.

    C'est en écoutant une grand-mère raconter à ses petits enfants la légende des chats d'Angéline,qu'un sculpteur Orléanais aujourd'hui décédé, Maurice SERREAU, eut l'idée de la faire revivre en déposant des sculptures de chats autour de la place.

    LES CHATS DE LA ROMIEU...............

     

    Présentation de salix44

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • LE RÉSÉDA DU CURÉ

    *************

    J’ai connu jadis, dans un village du Bocage, un saint homme de curé qui se refusait toute sensualité, pratiquait le renoncement avec allégresse et ne connaissait de joie que celle du sacrifice. Il cultivait dans son jardin des arbres fruitiers, des légumes et des plantes médicinales. Mais, craignant la beauté jusque dans les fleurs, il ne voulait ni roses ni jasmin. Il se permettait seulement l’innocente vanité de quelques pieds de réséda, dont la tige tortueuse, si humblement fleurie, n’attirait point son regard quand il lisait son bréviaire entre ses carrés de choux, sous le ciel du bon Dieu. Le saint homme se défiait si peu de son réséda  que, bien souvent, en passant, il en cueillait un brin et le respirait longtemps. Cette plante ne demande qu’à croître. Une branche coupée en fait renaître quatre. Si bien que, le diable aidant, le réséda du curé en vint à couvrir un vaste carré du jardin. Il débordait sur l’allée et tirait au passage par sa soutane le bon prêtre qui, distrait par cette plante folle, s’arrêtait vingt fois l’heure de lire ou de prier. Du printemps à l’automne, le presbytère fut tout embaumé de réséda.

    Voyez ce que c’est que de nous, et combien nous sommes fragiles ! On a raison de dire qu’une inclination naturelle nous porte tous au péché. L’homme de Dieu avait su garder ses yeux ; mais il avait laissé ses narines sans défense, et voilà que le démon le tenait par le nez. Ce saint respirait maintenant l’odeur du réséda avec sensualité et concupiscence, c’est-à-dire avec ce mauvais instinct qui nous fait désirer la jouissance des biens sensibles et nous induit en toutes sortes de tentations. Il goûtait dès lors avec moins d’ardeur les odeurs du ciel et les parfums de Marie ; sa sainteté en était diminuée, et il serait peut-être tombé dans la mollesse, son âme serait devenue peu à peu  semblable à ces âmes tièdes que le ciel vomit, sans un secours qui lui vint à point. Jadis, dans la Thébaïde, un ange vola à un ermite la coupe d’or par laquelle le saint homme tenait encore aux vanités de ce monde. Pareille grâce fut faite au curé du Bocage. Une poule blanche gratta tant et si bien la terre au pied du réséda, qu’elle le fit tout mourir. On ignore d’où venait cet oiseau. Pour moi, j’incline à croire que l’ange qui déroba, dans le désert, la coupe de l’ermite se changea en poule blanche pour détruire l’obstacle qui barrait au bon prêtre le chemin de la perfection.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • FABLE DU BUCHERON ET DU BOULANGER

     

    Il était une fois un bucheron et un boulanger. Chaque jour le bucheron vendait ses fagots au boulanger pour 4 sous et le boulanger vendait en retour au bucheron du pain pour 4 sous aussi. Vint un grand incendie qui détruisit la forêt où travaillait le bucheron. Le bucheron devait dorénavant marcher jusqu’à la forêt voisine et surtout en rapporter le bois sur ses épaules. Face à cette nouvelle difficulté, le bucheron rapportait dorénavant moitié moins de fagots. Le bucheron et le boulanger se concertèrent bien ennuyés car le bucheron n’avait plus assez de fagots à vendre pour acheter son pain. Le boulanger, lui, perdait un client et en était fort gêné aussi. Que faire se demandèrent-ils ? 

    • Il faut que tu achètes mon bois plus cher lui dit le bucheron, sans quoi je n’aurais plus assez à manger.
    • Impossible lui répond le boulanger, je n’aurai plus de quoi acheter ma farine.
    • Alors fabriquons ensemble une charrette pour aller chercher ton bois ou trouvons un remplacement : peut-être pouvons-nous cuire le pain avec un feu de tourbe.

    Alors qu’ils se concertaient vint un économiste. Il donna 4 sous au bucheron qui s’en trouva soulagé. Le bucheron pu alors acheter son pain au boulanger. Le boulanger, lui, se retrouvant avec 8 sous au lieu de 4 se trouvait bien plus riche et fort embêté de manquer de bois accepta alors d’acheter son bois plus cher. Finalement, au lieu d’avoir fabriqué leur charrette ou trouvé une alternative au bois, le boulanger et le bûcheron, plus riches de 4 sous se retrouvent en fait plus pauvres d’un fagot par jour et dans la situation même qu’ils souhaitaient éviter. Le surplus de monnaie, en donnant l’illusion de richesse à court terme bloque les investissements nécessaires pour ajuster offre et demande au lieu même de favoriser ces investissements comme il est communément admis.

    Cette fable légère

    Elle est bien sûr simpliste mais construite à partir des travaux sur la dynamique monétaire de l’économiste français Maurice Allais, elle illustre comment l’inflation rend plus pauvre en donnant d’abord l’illusion d’être plus riche. Elle explique aussi en partie pourquoi les efforts gigantesques consentis par les les État et banques centrales depuis 2008 pour relancer l’économie se sont avérés contre-productifs.

    Olivier Perrin

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  Un Conte De Sagesse Qui Aidera Petits & Grands 

    A Retrouver Confiance En Eux & À Ne Plus Se Comparer.

    ***********

     Un Conte De Sagesse Qui Aidera Petits & Grands

    Il y avait un jour un roi qui avait planté près de son château toutes sortes d’arbres, de plantes et de fleurs.

    Son Jardin Était D’une Grande Beauté.

    Chaque jour, il s’y promenait. C’était pour lui une joie et une détente.

    Un Jour, Il Dut Partir En Voyage...

    À son retour, il s’empressa d’aller marcher dans le jardin. Il fut désolé en constatant que les plantes et les arbres étaient en train de se dessécher. Il s’adressa au pin, autrefois majestueux et plein de vie, et lui demanda ce qui s’était passé.


    Le Pin Lui Répondit... 

     » J’ai regardé le pommier et je me suis dit que jamais je ne produirais les bons fruits qu’il porte. Je me suis découragé et j’ai commencé à sécher. »

    Le Roi Alla Trouver Le Pommier Qui Lui Aussi Se Desséchait. Il L’interrogea& Celui-Ci Dit...

     » En regardant la rose et en sentant son parfum, je me suis dit que jamais je ne serais aussi beau et agréable et je me suis mis à sécher. »

    Comme la rose elle-même était en train de dépérir, il alla lui parler et elle lui dit..

    « Comme c’est dommage que je n’ai pas l’âge de l’érable qui est là-bas et que mes feuilles ne se colorent pas à l’automne. Dans ces conditions, à quoi bon vivre et faire des fleurs ? Je me suis donc mise à dessécher. »

    Poursuivant son exploration, le roi aperçut une magnifique petite fleur. Elle était toute épanouie. Il lui demanda comment cela se faisait qu’elle soit si vivante.

    « J’ai failli me dessécher car au début je me désolais. Jamais je n’aurai la majesté d’un pin qui garde sa verdure toute l’année ; ni le raffinement et le parfum de la rose. J’ai commencé à mourir, mais j’ai réfléchi et je me suis dit...

    « Si le roi, qui est riche, puissant et sage, et qui a organisé ce jardin, avait voulu quelque chose d’autre à ma place, il l’aurait planté.

    Si donc il m’a planté, c’est qu’il me voulait moi, telle que je suis » et à partir de ce moment là, j’ai décidé d’être la plus belle possible. »

     Auteur Inconnu

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • CHANSON MUSIQUE RACONTES MOI L'HISTOIRE DE   L'ENFANT AU TAMBOUR

     

    CHANSON MUSIQUE RACONTES MOI L'HISTOIRE DE   L'ENFANT AU TAMBOUR

    nous avons tous chantonné ou chanté des  chansons et musiques célèbres
    selon les époques dans notre vie.
    nous avons applaudi les compositeurs et interprêtes.

    mais connaissons nous l'histoire qui a déclanché cette musique,cettemélodie,cette chanson.

    ALORS S'EN PLUS ATTENDRE ...

    The Little Drummer Boy (Le Petit Enfant au tambour), originellement Carol Of The Drum (Chant du tambour), est un chant de Noël composé par Katherine Kennicott Davis (en) en 1941 d'après une source traditionnelle tchèque. Il est enregistré pour la première fois en 1951 par les Trapp Family Singers  , puis popularisé par un enregistrement de 1958 de la chorale d'Harry Simeone . Il a fait l'objet de plus de deux cents traductions et interprétations et est connu dans les pays francophones sous le titre L'Enfant au tambour.Cette chanson est reprise par les Jackson's sur leur album "Christmas Album" en 1970.

    Les paroles racontent comment un jeune garçon, transporté devant la scène de la Nativité par les Rois mages, n'ayant pas de cadeau pour l'Enfant Jésus, lui joue de son tambour avec l'approbation de Marie.

    The Little Drummer Boy a été adapté en français sous le nom L'Enfant autambour en deux versions :La plus connue, dont le texte est signé de Georges Coulonges, est celle qui,
    d'abord interprétée en 1960 par Les Barclay, aussitôt reprise par les PetitsChanteurs à la croix de bois, est popularisée par Nana Mouskouri en 1965 etreprise ultérieurement par Jairo, Roch Voisine ou encore Eva Avila.

    Il existe une toute autre version, avec un texte sans rapport avec celui deGeorges Coulonges, interprétée par Sacha Distel en 1967 dans un album intitulé Noël.

    http://www.picgifs.com/graphics/c/christmas-children/graphics-christmas-children-493215.gif

     

    CHANSON MUSIQUE RACONTES MOI L'HISTOIRE DE   L'ENFANT AU TAMBOUR

    CHANSON MUSIQUE RACONTES MOI L'HISTOIRE DE   L'ENFANT AU TAMBOUR

    PAROLES

    Sur la route,
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Petit tambour s'en va.
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Il sent son coeur qui bat
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Au rythme de ses pas
    Pa-ram-pam-pam-pam-ram-pam-pam-pam ram-pam-pam-pam
    Ô petit enfant,
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Où vas-tu ?

    Hier mon père
    Pa-ram-pam-pam-pam
    A suivi le tambour
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Le tambour des soldats
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Alors je vais au ciel
    Pa-ram-pam-pam-pam-ram-pam-pam-pam ram-pam-pam-pam


    Là je veux donner pour son retour
    Mon tambour

    Tous les anges
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Ont pris leurs beaux tambours
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Et on dit à l'enfant
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Ton père est de retour
    Pa-ram-pam-pam-pam-ram-pam-pam-pam ram-pam-pam-pam
    Et l'enfant s'éveille
    Pa-ram-pam-pam-pam
    Sur son tambour
    Sur son tambour
    Sur son tambour
    Sur son tambour

    Nana Mouskouri - L´enfant au tambour 

    http://p7.storage.canalblog.com/77/73/833312/92116629_o.gif

    http://www.picgifs.com/graphics/c/christmas-house/graphics-christmas-house-638985.gif

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • LA PETITE HISTOIRE DES LETTRES AU PÈRE NOËL

    LA PETITE HISTOIRE DES LETTRES AU PÈRE NOËL

    À l’instar de la décoration du sapin, de la préparation du repas et de la découverte des cadeaux, la lettre au père Noël fait partie des traditions incontournables des fêtes de fin d’année. Peu importe votre âge, vous vous êtes certainement déjà appliqué à rédiger une jolie lettre avant de l’envoyer au gros monsieur en rouge, espérant secrètement une réponse de sa part. Si comme nous, vous avez cessé de participer au folklore et doutez de l’existence du Père Noël, vous vous êtes sûrement déjà demandé où vont aller toutes ces lettres qui lui étaient adressées ? Pour y répondre, revenons sur l’histoire de ces missives de fin d’année.

    operation-santa

    L’envoi de lettre au Père Noël n’a rien de nouveau : popularisée en Franceavec l’arrivée du vieux monsieur à la barbe blanche dans la seconde moitié du XXe siècle, la coutume s’est installée rapidement dans tous les foyers du pays. L’écriture du courrier se fait méticuleusement dans l’optique de vanter ses bonnes actions, de dévoiler ses souhaits et, éventuellement, d’obtenir une réponse. C’est auxÉtats-Unis que les plus jeunes ont, pour la première fois, eu une réponse « officielle » de Santa Claus : en 1912, le Maître général des postes américain décide d’autoriser ses employés à répondre aux enfants et à remplacer le Père Noël dans cette importante tâche. En peu de temps, c’est toute une organisation qui se met en place sous le nom de code « Opération Santa » pour répondre au mieux et au plus vite aux petites têtes blondes.

    Le Père Noël pose problème

    Les enfants français ont dû attendre un peu plus longtemps pour recevoir la missive du personnage : pour comprendre l’importance d’une telle lettre, il nous faut revenir sur son histoire, intimement liée à celle des PTT (Postes Télégraphes et Téléphones) et aux fameuses réponses du Père Noël. De nombreuses recherches ont été effectuées sur le sujet dont une étude présentée lors d’une conférence à l’Université de Poitiers. C’est après la Seconde Guerre mondiale que de nombreuses lettres destinées au célèbre bonhomme nordique ont fait une entrée remarquée dans les bureaux de postes français.

    Venus de métropole, de Dakar, de Guinée ou encore de Madagascar, ces courriers n’étaient pas affranchis et indiquaient des adresses toutes plus fantaisistes les unes que les autres : « Rue des nuage », « Rue du Pôle Nord », « 1 Rue du Ciel étoilé », « Avenue des Rennes »… Bien évidemment, sans timbre ou adresse réelle, ces lettres ne pouvaient pas être acheminées et, en trop grand nombre, devenaient un véritable problème pour les employés de l’administration en charge des postes. En effet, ouvrir un courier à la place de son destinataire est une violation du secret de la correspondance et une telle action est réprimée par le code pénal et par les règles appliquées par les PTT. Une telle lettre doit obligatoirement être redirigée vers le dépôt central des rebuts situé dans l’Hotel Central de Paris, en place depuis 1771.

    Le père Noël est hors-la-loi

    Magdeleine-Homo

    La question des lettres au père Noël aurait pu rester négligeable si le nombre de courriers n’était pas devenu de plus en plus important avec les années. En 1959, la revue éditée par le ministère des PTT annonce dans son bulletin que près de 4 000 lettres au Père Noël ont été reçues, donnant une place toute particulière à ces courriers. Si les bureaux parisiens sont préoccupés par cette nouvelle tendance, ceux du reste de la France le sont tout autant et certains postiers, attristés par le sort réservé à ces correspondances, prennent les devants en répondant aux enfants de leurs régions.

    En rédigeant ces lettres, les employés violaient la loi et les règles de l’administration au risque de perdre leur travail : c’est la raison pour laquelle ils préféraient rester dans l’anonymat. L’une d’entre eux, Magdeleine Homo, avait depuis longtemps décidé d’agir seule en répondant systématiquement, discrètement et soigneusement aux lettres rédigées par les enfants de son village. Devant l’importance du travail, elle finira par demander de l’aide et l’autorisation de ses supérieurs pour continuer l’envoi des réponses sous le nom du père Noël. L’histoire raconte que c’est le ministre lui-même qui lui donna sa bénédiction.

    secretariat-pere-noel-france-3

    Un secrétariat pour le père Noël

    Durant les quatre années suivant l’approbation du gouvernement, elle remplira sa tâche : elle recevra l’aide des maîtres d’école et des parents de son village dans la personnalisation des réponses avant de d’intégrer le centre de rebuts de la PTT en 1962. Dorénavant, ce dernier serait le seul habilité et autorisé à remplir cette mission et à répondre aux enfants. Magdeleine Homo décèdera l’année suivante sans avoir pu assister à la mise en place complète du nouveau système de réponse mais certainement après avoir fait rêvé des centaines d’enfants. Cinq ans après son installation à Paris, le service du Père Noël est envoyé à Libourne, en Gironde : le maire de la commune et ami Jacques Marette ( Ministre des PTT) travaillait jusque là au déménagement des services de rebuts de la poste vers sa ville. Une fois le changement effectué, le « secrétariat » n’a pas eu d’autre choix que de suivre le mouvement, utilisant la force de travail des employés des PTT pour répondre aux lettres reçues. Il faudra attendre 1969 pour que la première secrétaire « officielle » du Père Noël soit engagée et 1970 pour que la branche du dépôt central des rebuts dédié aux lettres de Noël devienne officiellement le Secrétariat du père Noël.

    lettre-pere-noel-1

    La toute première carte-réponse du secrétariat fut illustrée par René Chag et rédigée par la psychanalyste Françoise Dolto (sœur du ministre Marette). On pouvait y lire le texte suivant : « Mon enfant chéri, ta gentille lettre m’a fait beaucoup de plaisir. Je t’envoie mon portrait. Tu vois que le facteur m’a trouvé, il est très malin. J’ai reçu beaucoup de commandes. Je ne sais pas si je pourrai t’apporter ce que tu m’as demandé. J’essaierai, mais je suis très vieux et quelquefois je me trompe. Il faut me pardonner. Sois sage, travaille bien. Je t’embrasse fort. Le Père Noël. »

    Aujourd’hui, de nombreux lieux sont dédiés à la reception, la lecture et la rédaction de réponses à ces lettres dans le monde, et certains bureaux vont plus loin en envoyant des cadeaux aux enfants dans le besoin. Pour réaliser un tel travail, les employés des bureaux de poste sont aidés de bénévoles et différentes entreprises réalisent des opérations similaires : L’USPS (United States Postal Service) promet une réponse du père Noël tout droit venue du pôle Nord, avec un tampon « officiel ». On retrouve la même chose auprès de la Royal Mail (Royaume Uni), du Canada Post (qui a créé un code postal spécial : H0H H0H), ou encore du Brésil. Sachez qu’en France, le traitement de la lettre est gratuit et qu’il faut simplement prendre soin de noter son adresse au dos de l’enveloppe envoyée pour recevoir une réponse signée du monsieur à la barbe blanche.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  " Halloween "

       Peinture de Robert Duncan 

    halloween

    la citrouille et ses superstitions !

    La citrouille comme toutes les courges,

    est un symbole de prospérité de chance et de fécondité ! 

     

    D'antan, il  était recommander de glisser quelques graines de citrouille

    dans le porte monnaie pour s'assurer la prospérité.

     

    -De même, il était courant de confectionner un petit sac de couleur or et

    d'y mettre 4 grains de citrouille et une pièce de monnaie et de glisser le tout sous le lit ...

    Chance assurée parait-il !

     

     On lui a attribué de nombreux bienfaits :

    Les pépins de citrouille écrasés débarrasseraient des vers intestinaux mélangés à  de l'huile.

    -Ils auraient aussi la réputation d'enlever les taches de rousseur.

    Dans les régions du centre, il est dit que seul le semeur qui a une grosse tête ou celui qui a un gros derrière a de chance d'obtenir des citrouilles de belles tailles ... eh oui !

    Dans les régions de l'Ouest, ils prennent la précaution de semer les citrouilles le Vendredi saint : c'est parait-il le jour le plus favorable pour obtenir un légume énorme !

    Encore plus curieux, en Suisse, c'est celui qui débite le plus de mensonges qui aura les plus belles citrouilles.

     

     " Halloween " est remise à  la mode après de nombreux siècles d'oubli.

     

     Certains sont pour ...  d'autres contre ...

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique