• BONSOIR..........Tristan Corbière (1845-1875)

    BONSOIR

    BONSOIR..........  

    Et vous viendrez alors, imbécile caillette,
    Taper dans ce miroir clignant qui se paillette
    D’un éclis d’or, accroc de l’astre jaune, éteint.
    Vous verrez un bijou dans cet éclat de tain.
     
    Vous viendrez à cet homme, à son reflet mièvre
    Sans chaleur... Mais, au jour qu’il dardait la fièvre,
    Vous n’avez rien senti, vous qui — midi passé —
    Tombez dans ce rayon tombant qu’il a laissé.
     
    Lui ne vous connaît plus, Vous, l’Ombre déjà vue,
    Vous qu’il avait couchée en son ciel toute nue,
    Quand il était un Dieu !... Tout cela — n’en faut plus. —
     
    Croyez — Mais lui n’a plus ce mirage qui leurre.
    Pleurez — Mais il n’a plus cette corde qui pleure.
    Ses chants... — C’était d’un autre ; il ne les a pas lus.
     

    « Le vent des steppes du nord ............. par CochonfuciusÀ UN POÈTE AVEUGLE........Victor Hugo (1802-1885) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    1
    Mardi 30 Janvier à 09:45

    Leoromulus et Remusleo

    ---------------------------------

    Ils furent en conflit pour la prise d’un lièvre ;

    Était-ce dans le Var, était-ce dans la Nièvre ?

    L’antagonisme ancien ne s’est jamais éteint,

    Car ils se sont maudits en grec et en latin.

     

    Or, ces deux sont des lions, pas des bestioles mièvres,

    Ils se sont combattus dans l’ardeur et la fièvre,

    La bataille dura du soir jusqu’au matin,

    Sans qu’on en vît surgir d’avantage certain

     

    . Le sang coulait à flots, la mort était en vue,

    Leur corps était meurtri et leur âme était nue ;

    Ils s’enfuirent tous deux, qui sait à quel désert.

     

    Et depuis ce temps-là, chacun des deux se leurre,

    Croyant que l’autre lion sur sa défaite pleure ;

    Au mitan du jardin triomphe un serpent vert.

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :