• BIFUR...........Franc-Nohain (1872-1934).

    BIFUR

    BIFUR

    Par une nuit, triste nuit sans astres ni lune,
    Je partirai, portant sur moi toute ma fortune,
    Et la gare sera quelqu’une.
     
    Vois-tu l’implacable bifur ?
     
    Je veux aller loin, très loin, et loin plus encore,
    Et que mon absence édulcore
    L’amertume des mandragores.
     
    Je vois l’implacable bifur.
     
    Oh ! qui me délivrera de ce doute ;
    Oh ! qui me montrera la route
    Dont nul rancœur ne nous déboute ?
     
    Partout l’implacable bifur.
     
    C’est le perpétuel recommencement des locomotives,
    On part, on va, on vient, et, quand on arrive,
    On trouve que ce n’était guère la peine, en définitive.
     
    Toujours l’implacable bifur.
     
    Haute-Loire, Charente-Inférieure, Nièvre, Cantal, Orne,
    Départements, Départements, comme c’est morne !
    Alors quoi ? asseyons-nous et pleurons sur quelque borne.
     
    Le voilà bien, l’implacable bifur.
     

    « « (-SUR LE CHEMIN DES SOUVENIRS-CHRYSANGEppsx »LES POULES EN VOYAGE............Franc-Nohain (1872-1934) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :