• Les Immenses Pouvoirs De La Gentillesse

    Par Crhristophe André

    **********

    Les Immenses Pouvoirs De La Gentillesse Par Crhristophe André

    Voici Comment Christophe André Définit La Gentillesse

    « C’est un don de douceur et d’attention fait à autrui.

    Je suis toujours épaté du regard condescendant ou méfiant qu’on porte parfois sur la gentillesse.

    On la soupçonne volontiers d’être l’expression d’un manque : si on est gentil..

    C’est qu’on ne peut pas faire autrement, c’est parce qu’on est faible;

    Si on était fort et puissant, plus besoin d’être gentil. Ou bien on s’imagine qu’elle cache quelque chose :

    La personne gentille attend forcément quelque chose en retour.

    Mais la gentillesse peut-être simplement un don, sans conditions et sans attentes !

    Les Immenses Pouvoirs De La Gentillesse Par Crhristophe André

    On donne, et puis on verra bien ; et on continue, même si on ne voit rien.

    Alors, on n’est pas gentil pour obtenir quelque chose, on est gentil parce que ça fait du bien, aux autres et à soi...

    Et que ça rend le monde plus agréable et plus vivable.

     (Source : et n’oublie pas d’être heureux)

    Enfonçons le clou sur ce concept qui associe le bonheur et la gentillesse avec Ilios Kotsou...

    « Les gens heureux sont plus gentils et l’inverse est aussi vrai. » nous apprend Ilios Kotsou...

    Dans cette chronique consacrée au pouvoir de la gentillesse. 

    C’est scientifiquement prouvé.

    A Retenir...

    Les Immenses Pouvoirs De La Gentillesse Par Crhristophe André

    • Les gens plus heureux sont plus gentils
    • Le fait d’être gentil nous rend plus heureux
    • Être témoin d’actes de gentillesse nous rend plus heureux
    • Être témoin d’actes de gentillesse nous incite à en faire aussi
    • Fréquenter des personnes gentilles rend donc plus heureux et nous encourage à agir dans le même sens
    • On est fondamentalement gentil depuis notre naissance
    • On confond souvent la gentillesse et le manque d’affirmation de soi
    • Le stress est un obstacle à la gentillesse
    • La gentillesse qui fonctionne est la gentillesse authentique et désintéressée
    • Mais ce n’est pas tout, la gentillesse séduit aussi !

    A en juger par le résultat de l’enquête sur les qualités...

    Qu’apprécient les femmes chez les hommes (dans cet article).

    Les Immenses Pouvoirs De La Gentillesse Par Crhristophe André

    La Science De La Gentillesse

    Sérotonine

    Les Immenses Pouvoirs De La Gentillesse Par Crhristophe André

    La gentillesse stimule la production de sérotonine qui sert de neurotransmetteur dans le système nerveux central.

    Elle diminue l’anxiété, favorise les cycles de sommeil...

    Elle diminue la douleur…

    La sérotonine d’une mère joue un rôle important dans le développement de l’embryon.

    Ocytocine

    Un niveau élevé d’Ocytocine favorise la gentillesse et la confiance en autrui.

    Source : wikipedia et youtube

    Le Gène De La Gentillesse 

    Des biologistes des universités américaines de Buffalo et d’Irvine ont identifié le gène de la gentillesse en étudiant la personnalité de 711 volontaires.

    Ceux qui possédaient de nombreux récepteurs sensibles à deux hormones du cerveau (ocytocine et vasopressine) étaient plus enclins...

      À accomplir des actions charitables, avaient un esprit civique plus marqué et aidaient plus volontiers leurs camarades

    Et Au-Delà Des Gènes 

    La génétique prédispose peut-être à la gentillesse mais ne nous leurrons pas....

    Il est surtout question de notre comportement quotidien et de notre volonté d’agir dans ce sens.

    Une chose est sûre, la gentillesse est un rapport gagnant/gagnant.

    Et la vraie gentillesse est totalement désintéressée !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Victor Hugo, l’homme au grand cœur !

    Victor Hugo se souvient d'Hélène d'Orléans

    22 décembre 1853, trois jours avant Noël, Victor Hugo se souvient d’une conversation familière que la duchesse Hélène d’Orléans avait eue avec lui, sur son fils, le comte de Paris qui n’avait alors que six ans. Le poète s’adresse à l’enfant qui vient d’avoir quinze ans. Mais les impressions qu’il décrit avaient bien été imprimées en lui à la Noël 1844.


    Quoique je sois de ceux qui se sont autrefois 
    Penchés sur ton berceau plein de ta jeune voix, 
    Tu commences, enfant, à ne plus me connaître…

    Le poème tout entier est en réalité consacré bien plus à Hélène d’Orléans, qu’à son fils. Le poète la représente comme une femme admirable, d’un esprit ferme, d’un grand courage, une sainte. 
     
    Oh! Fixe ton regard sur ses yeux adorés! 
    Ici-bas c'est ta mère, et là-haut c'est ton ange. 
    Cette femme a subi plus d'une épreuve étrange, 
    Enfant, c'est toi qui dois l'en consoler. Retiens
    Que, touchante à nos yeux, elle est sacrée aux tiens. 
    La nature la fit reine; et le sort martyre. 
    Qui la voit pleurer sent un charme qui l'attire. 
    Hélas! L’ombre d'hier assombrit aujourd'hui. 
    Elle accepte, stoïque et simple, l'âpre ennui, 
    L'isolement, l'affront dont un sot nous lapide,

    La haine des méchants, cette meule stupide 
    Qui broie un diamant ainsi qu'un grain  de mil, 
    Et toutes les douleurs, contrecoups de l'exil…
    Mais la pensée auguste habite son œil fier;
    Mais le malheur, qui, même en nous frappant, nous venge, 
    A mis des ailes d'aigle à ses épaules d'ange.
    Dieu, caché dans la nuit de cet être souffrant,
    Brille et fait resplendir son sourcil transparent,
    L'albâtre laisse voir la lumière immortelle,
    Son front luit!

            Toi, son fils, tressaille devant elle 
    Comme Gracchus enfant quand sa mère venait; 
    Car elle est la clarté de ton aube qui naît.

    Qu'importe que la foule ignore ou méconnaisse 
    J'ai vu ; moi, quand l'angoisse étreignait sa jeunesse, 
    Comment elle a souffert, comment elle a lutté, 
    Et j'ai dit dans mon cœur : Cette femme eût été 
    Archidamie à Sparte ou Cornélie à Rome.
    Enfant, ressemble-lui si tu veux être un homme ; 

    Et plus loin :


    Jamais, retiens cela, quoique tu sois petit,
    Dans un plus noble sein plus grand cœur ne battit!

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Ces photographes organisent des séances photo magiques de Noël pour les enfants dans les hôpitaux, car pour certains ça pourrait être leur dernier

     *********

    Depuis 2016, un organisme appelé « The Heart Project » se rend dans des hôpitaux où il photographie des enfants malades assis avec le père Noël. Tout a commencé dans un hôpital de Melbourne où des bénévoles ont pris des photos d’enfants et ont ajouté un décor magique. Le projet a rapidement pris de l’ampleur et cette année, ils se sont mondialisés en visitant des hôpitaux en Australie, en Nouvelle-Zélande, au Canada et au Royaume-Uni.

     

    Plus d’infos : The Heart Project

    « L’idée est née d’une conversation entre moi et Adam Cubito (cofondateur de Heart Project) en 2016. Nous savions que l’art photographique avait la capacité de transporter des enfants dans un autre monde et nous avons réalisé que ce serait un projet incroyable à mener dans un hôpital », a déclaré Karen Alsop, cofondatrice de Heart Project et créatrice de Story Art.

     

     

    « Les enfants adorent voir les images finales, ils sont pour la plupart totalement surpris. »

    «Karen a également déclaré que de nombreux parents lui avaient dit que c’était le premier portrait professionnel de leurs enfants

    . « Pour certains, ce sera la dernière photo de famille avant le décès de leur enfant. C’est une expérience émouvante pour notre équipe qui se rapproche de ces familles. »

    « Ce que nous faisons est vraiment précieux et nous ne le changerions pas pour rien au monde. »

     

     

    En 2018, les bénévoles ont déjà visité plus de 200 enfants.

    « Notre mission a toujours été de mettre un sourire sur le visage des familles qui vivent des moments difficiles à Noël en leur faisant échapper à la réalité, même si ce n’est que pour une seule journée, grâce au pouvoir de la photographie et de la retouche numérique. »

     

    Les internautes sont immédiatement tombés amoureux de cette initiative. Le projet illumine non seulement la journée de ces enfants, mais nous rappelle également de transmettre de la joie à ceux qui nous entourent.

    Voici quelques autres photos incroyables du projet de cette année

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Des gendarmes jouent les Pères Noël et offrent aux enfants malades des consoles...volées

    *********

    Les enfants malades du Centre hosptitalier de Corbeil-Essonnes (Essonne) vont recevoir de drôle de cadeaux pour Noël cette année. Des consoles volées et récupérées lors d'une perquisition vont ainsi leur être offertes par une brigade de gendarmerie. Ou quand les gendarmes jouent les receleurs pour la bonne cause.

    À moins de deux semaines de Noël, de généreux donateurs n’ont pas hésité à apporter bon nombre de cadeaux pour les enfants malades soignés au Centre hospitalier Sud Francilien de Corbeil-Essonnes. Au pied du beau sapin installé au quatrième étage du pôle A de l’établissement, qui abrite les services pédiatriques, plusieurs paquets sont ainsi entreposés et attendent d’être déballés.

     

    Et parmi la multitude de cadeaux se trouvent quatre consoles de jeu mais pas n’importe lesquelles. Ces dernières sont en effet des objets volés saisis lors d’une perquisitions et ont été généreusement offertes par des gendarmes.

     

    « Ces consoles devaient partir à la destruction »

     

    Ces Playstation 4 flambantes neuves, d’une valeur de 200 euros pièce, proviennent toutes d’un vol et ont été récupérées lors d’une opération de police menée chez un individu suspecté de recel. Ce dernier est ainsi accusé d’avoir tenté de revendre les marchandises volées sur un célèbre site internet de petites annonces et de vente en ligne.

     

    « Il s’agissait bien de consoles volées », a expliqué au Parisien Thomas, le maréchal des logis chef qui a eu l’idée d’en faire cadeau à l’hôpital. Aucune plainte n’ayant été déposée dans le cadre de cette affaire - ni par le fabricant Sony, qui ne s’était pas aperçu de la disparition des objets, ni par la plateforme de vente -, les gendarmes n’avaient donc pas l’obligation de les restituer. Ils ont alors décidé de les offrir aux enfants.

     

    « Ces consoles devaient partir à la destruction. Comme on est déjà venus avec des gardés à vue, j’ai pensé à l’hôpital et ils m’ont dit que ça les intéressait », a ainsi précisé le militaire.

     

    Une générosité bienvenue pour le Centre hospitalier qui organise un Noël tous les ans pour redonner un peu de baume au coeur à ces enfants, dont certains souffrent de pathologies graves.

     

    « Pour la première fois, nous allons faire du recel »

     

    Cette belle tradition a pourtant bien failli ne pas avoir lieu cette année, car le magasin de jouets qui avait l’habitude de fournir l’hôpital a fait faillite l’an dernier, prenant ainsi l’établissement de court. Mais c’était sans compter sur la générosité de plusieurs donateurs qui ont répondu favorablement à l’appel des personnels soignants.

     

    Ainsi, de grandes enseignes implantées localement, tels les magasins Carrefour et Ikea, ou encore une agence bancaire de la Société générale, se sont manifestées. Un élan auquel a donc participé la gendarmerie pour le plus grand bonheur des enfants mais aussi des médecins, qui soulignent l’importance de ce genre de distractions pour ces patients pas comme les autres.

     

    Quand les gendarmes jouent les Pères Noël et offrent aux enfants malades des consoles…volées. Crédit photo : Natanael Ginting / Shutterstock

    « Pour la première fois, nous allons faire du recel », s’est amusé Sébastien Rouget, le chef du service pédiatrique avant de poursuivre : « C’est important durant leur séjour ici. C’est aussi un moyen de faire diversion durant un acte douloureux. C’est une méthode antalgique reconnue ».

     

    « Ici, nous recevons des enfants qui préféreraient tous être ailleurs et gambader comme les autres (…) Alors la question des jouets est importante, mais nous n’avons pas le budget pour en acheter », a rappelé de son côté Thierry Schmidt, le directeur du Centre hospitalier.

     

    Mais que ce dernier se rassure, tant qu’il y aura des Pères Noël généreux, qui pour l’occasion ont troqué la soutane rouge pour l’uniforme bleue, la traditionnelle fête de l’hôpital continuera.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un sans-abri admis à l'hôpital est attendu par ses chiens à la porte de l'hôpital

    *******

    Cette semaine, l’infirmière Cris Mamprim et ses collègues de l’Hôpital régional Alto Vale du Brésil ont été témoins d’une scène très touchante que personne n’oubliera.

    Vers 3 heures du matin, César Gonçalves est entré à l’hôpital pour recevoir un traitement et des médicaments. Ce dernier est un sans-abri qui récolte des matériaux recyclables dans la rue pour survivre. Malgré sa vie solitaire, César a quatre amis chiens très fidèles prénommés Bébé, Nick, Menina et Tico.

    Un sans-abri admis à l'hôpital est attendu par ses chiens à la porte de l'hôpital

     

     

    Le sans-abri renonce souvent à sa nourriture pour que les chiens en sa compagnie restent bien nourris

    En dépit de bien matériel, la vie de César est riche en amitiés. Cette semaine, quand César s’est rendu à l’hôpital, le personnel a vu un groupe de fidèles compagnons canins qui attendaient avec impatience son retour en toute sécurité. « Les voir comme ça, attendre à la porte, montre à quel point ils sont soignés et aimés », décrit l’infirmière.

    Ces quatre chiens attendent la sortie de leur propriétaire. Crédit : Cris Mamprim

    Alors que le personnel obtenait les médicaments dont il avait besoin, César avait décidé d’inviter ses chiens à l’intérieur afin de ne pas les éloigner. Pendant ce temps, ils ont offert de la nourriture à César, qu’il l’a économisé pour en donner aux chiens plus tard. Le sans-abri a admis qu’il renonçait souvent à la nourriture pour que les chiens en sa compagnie restent bien nourris.

    Le moment privilégié a été capturé par le personnel de l’hôpital en question qui a décidé de le partager sur les réseaux sociaux, devenant viral et partagé des dizaines de milliers de fois.

    « Avec tant de mauvaises personnes par ici, je suis tombé aujourd’hui sur cette scène. À l’hôpital où je travaille, à 3 heures du matin, alors que son propriétaire était soigné, ses compagnons l’attendaient à la porte […]. Il a les meilleurs compagnons avec lui. Je ne sais pas à quoi ressemble sa vie, ni pourquoi il est dans la rue, mais j’admire le respect et l’amour qu’il a pour ses petits animaux. Si seulement tout le monde était comme ça », déclare Mamprim sur page Facebook.

    Le sans-abri renonce souvent a sa nourriture pour les donner à ses chiens. 

    Les chiens prouvent encore l’amour qu’ils éprouvent pour leur propriétaire, comme on a pu le voir récemment avec Madison, un berger anatolien, qui a survécu aux incendies ravageurs de Californie et qui a attendu pendant près d’un mois ses propriétaires au pied de leur maison dévastée.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Grands-mères

    Grands-mères...................(Ecrit par un enfant...)



    Une maîtresse a questionné un petit enfant de huit ans 
    et voici ce qu'il a dit des grands-mères:
    ''Une grand-mère, c'est une femme qui n'a pas eu d'enfants,
    c'est pour cela qu'elle aime les enfants des autres. 
    Les grands-mères n'ont rien à faire, 
    aussi elles vous emmènent en promenade,
    elles marchent sans écraser les chenilles. 
    Elles ne disent jamais: avance plus vite! 
    En général elles sont plutôt grosses, 
    mais pas trop pour attacher nos souliers. 
    Elles savent qu'on a toujours besoin d'un 
    second morceau de gâteau ou un plus gros. 
    Une vraie grand-mère ne frappe jamais en enfant, 
    elle se met en colère en riant. 
    Les grands-mères peuvent même enlever leurs dents. 
    Quand elles nous lisent des histoires elles ne sautent jamais un bout. 
    Les grands-mères ne sont pas aussi fragiles qu'elles le disent, 
    même si elles meurent plus souvent que nous. 
    Tout le monde devrait essayer d'avoir une grand-mère,
    surtout ceux qui n'ont pas de télé.''
    Moi, j'ai une télé mais j'aimerais bien avoir encore ma grand-mère.


    (Ecrit par un enfant...)

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Sully A Accompagné George H. W. Bush Jusqu'au Bout

    Sully A Accompagné George H. W. Bush Jusqu'au Bout

    Sully a acquis une renommée mondiale depuis la publication sur Twitter d'une photo du chien couché devant le cercueil de M. Bush recouvert d'un drapeau, avec la mention « Mission accomplie ».

    Photo Manuel Balce Ceneta, Associated Press

    Associated Press
    Washington

    On dit souvent que si vous voulez un ami à Washington, il faut adopter un chien.

    Le chien d'assistance Sully aura accompagné le président George H. W. Bush dans les derniers mois de sa vie.

    Le Labrador Retriever blond a rendu hommage à son maître mardi dans la rotonde du Capitole à Washington...

    Aux côtés de personnes en fauteuil roulant bénéficiant de la Loi sur les Américains avec un handicap signée par M. Bush en 1990.

    John Miller, président et chef de la direction de l'organisation VetDogs, a expliqué que la famille Bush avait contacté...

    Le Centre médical militaire américain Walter Reed après la mort en avril de Barbara Bush, qui a partagé la vie de George H. W. Bush pendant 73 ans.

    VetDogs a proposé à M. Bush d'adopter Sully, un chien choisi en partie pour son tempérament calme.

    « Après la mort de Mme Bush, une grande partie du travail de Sully a été de tenir compagnie de façon générale, a indiqué M. Miller lors d'un entretien téléphonique.

    Une des choses qui, à mon avis, était importantes pour le président était [lorsque] Sully reposait la tête sur [ses] genoux. »

    Sully est âgé de deux ans. Il a été nommé en mémoire du pilote de ligne retraité Chesley « Sully » Sullenberger III...

    Devenu célèbre pour avoir posé un avion de passagers endommagé sur le fleuve Hudson en 2009, sauvant ainsi tous les passagers.

    Sully a acquis une renommée mondiale depuis la publication sur Twitter d'une photo du chien...

    Couché devant le cercueil de M. Bush recouvert d'un drapeau, avec la mention « Mission accomplie ».

    Le chien est arrivé à Washington avec le cortège funèbre, lundi.

    Mardi matin, Sully a fait un passage remarqué dans la rotonde du Capitole.

    Il était tenu en laisse par Valerie Cramer, responsable du programme de chiens de service des VetDogs.

    Sully est retourné chez VetDogs à Smithtown, dans l'État de New York, où il est né et a été formé, selon M. Miller.

    Il suivra ensuite une formation à l'hôpital Walter Reed pour aider les anciens combattants qui reçoivent des soins.

    Sully travaillera avec deux chiens déjà en service à l'hôpital des anciens combattants, les « sergents » Dillon et Truman.

    Les chiens fournis par VetDogs sont offerts gratuitement aux anciens combattants américains qui en font la demande...

    Mais il peut en coûter plus de 50 000 $ US pour les élever, les entraîner et les placer, a indiqué M. Miller

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Histoires vraies N°117 - La conversion émouvante d’Anthony Hopkins et Justin Bieber

    Histoires vraies N°117 - La conversion émouvante d’Anthony Hopkins et Justin Bieber

    La conversion émouvante d’Anthony Hopkins

    J-P Mauro/Marzena Devoud | 08 novembre 2018

    La vie de cet immense acteur a changé le jour où une femme lui a posé cette question : « Et si tu faisais tout simplement confiance en Dieu ? »

    Découvrez la confession bouleversante d'Anthony Hopkins sur son alcoolisme et sa conversion spirituelle.

    Pour la plupart d’entre nous, penser à lui, c’est tout de suite voir surgir le visage effrayant d’Hannibal Lecter, personnage maléfique du thriller américain Le Silence des Agneaux.

    C’est ce rôle de tueur en série cannibale, pour lequel il a reçu l’Oscar du meilleur acteur en 1992, qui l’a porté au sommet de la gloire. Pourtant, derrière le célèbre acteur qui a souvent joué des rôles incarnant le mal, on peut découvrir un homme humble, animé par une réelle foi chrétienne.

    Invité récemment à prendre la parole au cours d’une conférence annuelle de la fondation Leadership, Excellence and Accelerating Your Potential (LEAP) qui réunit les jeunes talents du business américain, Anthony Hopkins a témoigné de ses convictions devant plus de 500 étudiants :

    « Si vous courez après l’argent, ça ne marchera pas. Si vous courez après le succès, ça ne marchera pas. Ce après quoi vous devez courir, c’est celui que vous voulez devenir. Et vivez comme si cela était déjà en train de se produire. Agissez comme si vous y étiez déjà arrivé, et les choses viendront d’elles-mêmes ! »

    Possédé par un démon intérieur

    Anthony Hopkins, n’a pas hésité, un peu plus tard lors de sa conférence à raconter certaines de ses expériences difficiles, notamment son combat contre l’alcoolisme qui, à un moment de sa vie, a fait de lui quelqu’un de « dégoûté, de brisé, en qui — selon ses propres mots — on ne pouvait plus faire confiance » L’univers du théâtre ne l’a pas aidé :

    « Au théâtre, on boit » a-t-il expliqué. « Même si cela ne m’a pas facilité la tâche, je travaillais en ayant très souvent la gueule de bois…»

    En 1975, alors qu’il est âgé de 37 ans, l’acteur d’origine galloise prend conscience du danger que l’alcool représente non seulement pour lui, mais pour toute sa famille. Il décide alors de participer aux réunions de l’association des Alcooliques Anonymes. Au cours d’une interview accordée à la chaîne CNN, relaté par le site Christian post, il évoque son addiction par des mots sans filtre :

    « C’était comme si j’étais possédé par un démon intérieur, une dépendance que je ne pouvais arrêter. Comme des millions d’autres personnes, je ne pouvais pas m’arrêter »

    Touché par la grâce

    Un jour, en pleine session des Alcooliques Anonymes, une femme lui pose la question qui va changer sa vie : « Et si tu faisais tout simplement confiance en Dieu ? »

    Cette question pourrait lui paraître trop simple, Anthony Hopkins pourrait la rejeter facilement, surtout qu’à l’époque, il ne vit pas du tout dans la foi. Est-il touché par la grâce ?

    C’est à ce moment que le désir de boire disparaît en lui pour, dit-il, « ne jamais revenir »

    Ce chemin de libération de l’alcool est accompagné d’un véritable retour à la foi. À l’occasion de la sortie du film Le Rite en 2011, où il joue le rôle d’un prêtre exorciste, Anthony Hopkins répond aux questions de l’hebdomadaire anglais Catholic Herald au sujet de l’athéisme.

    « Être athée, c’est comme si on vivait enfermé dans une cellule qui n’a pas de fenêtre. Je détesterais une telle vie, pas vous ? On les voit aujourd’hui à la télévision, vous le savez, tous ces esprits brillants qui sont des athées professionnels, ceux qui affirment haut et fort que croire en Dieu ou en une religion, c’est de la folie. OK !

    Que Dieu les bénisse quand-même pour dire des choses pareilles, j’espère seulement qu’ils sont heureux. Je me demande, au sujet de certains de ces athées : pourquoi protestent-ils tant que ça ? Comment peuvent-ils être aussi sûrs de ce qu’il y a dans l’au-delà ? Et qui suis-je pour rejeter les croyances de tant de grands philosophes et de martyrs depuis tant de siècles ? »

    Bientôt dans le rôle du pape Benoît XVI

    Considéré comme l’un des plus grands acteurs de sa génération, la carrière d’Anthony Hopkins s’étend sur près de soixante ans. Cette année encore, après avoir joué le premier rôle de la deuxième saison de la série Westworld, il va incarner le pape Benoît XVI dans un long métrage produit par Netflix. 

    Patrick :

    C’est étonnant la vie, et on ne peut pas juger une personne sur ses propres sentiments personnels. C’est pourquoi Dieu fait un jugement sur les personnes qui sont souvent opposées à celui des hommes.

    « Dieu regarde au cœur », car de lui sont les issues de la vie !

    Le cheminement vers la foi est quelque chose de mystérieux pour les hommes, mais « Dieu sonde les cœurs » Seul, lui, connaît le mystère des choses cachées !

    C’est une importante leçon que j’ai apprise depuis longtemps dans ma vie. L’apparence peut être vraiment trompeuse, et si nous basons notre jugement sur seulement ce que nous voyons et ressentons, nous allons faire de grosses erreurs de jugement !

    Je pense quand nous allons arriver au Ciel, de grosses surprises nous attendent.

    « Oh ! Mais je ne m’attendais pas à te voir ici ! »

    ___________________________________________________________________

    Justin Bieber veut laisser son mariage être guidé par Jésus

    Athénaïs Clicquot | 18 juillet 2018

    Justin Bieber, qui vient d'annoncer ses fiançailles sur Instagram, souhaite que son mariage soit guidé par l'Esprit saint.

    Le célèbre chanteur canadien n’est plus un cœur à prendre. La star mondiale, Justin Bieber, vient d’annoncer sur Instagram ses fiançailles avec la top modèle Hailey Baldwin. Et pour eux, pas question de prendre cet engagement à la légère. Fervents croyants, ils assurent vouloir laisser Jésus guider leur future vie à deux.

    Un couple animé par la même foi

    Le chanteur communique régulièrement sur sa foi. En 2016, il avait déclaré au micro de Radio Time : « Je prie quand je vais me coucher. Je prie dans la journée, quand j’ai un problème ou quand je veux le remercier pour tout ce qu’il a fait pour moi. Sans Dieu, je ne serais pas là où je suis ».

    Depuis sa conversion, Justin Bieber met un point d’honneur à mettre le Christ au centre de sa vie. Un désir que partage sa fiancée, Hailey Baldwin. Dans une interview donnée au magazine Teen Vogue, celle-ci avait déclaré que la foi était prépondérante dans sa vie :

    « Tout le monde ne va pas croire au Dieu en qui je crois, mais c’est quelque chose que je n’ai pas peur de partager avec les gens, parce que je sais de quelles manières cela m’inspire et affecte positivement ma vie […] C’est une grande partie de ma vie »

    Un mariage guidé par Dieu

    Depuis, les tourtereaux n’hésitent pas à afficher leur foi sur les réseaux, peu importe l’avis de leurs fans. Et il semble que cela ne les fasse pas fuir au regard du nombre de « like » sous leurs posts Instagram.

    Pour l’annonce de ses fiançailles, le post a récolté pas moins de 12 millions de like. En légende, Justin Bieber a réaffirmé sa volonté de laisser sa vie être guidé par Dieu et de mettre son mariage sous le regard bienveillant de l’Esprit saint :

    « […] Je promets de diriger notre famille avec honneur et intégrité en laissant Jésus guider par son Saint-Esprit dans tout ce que nous faisons et chaque décision que nous prenons. […] La chose pour laquelle je suis le plus excité est que mon petit frère et ma sœur puissent voir un autre mariage stable et sain et chercher la même chose ! Le « timing » de Dieu est littéralement parfait, nous nous sommes fiancés le septième jour du septième mois, le nombre sept est le nombre de perfection spirituelle. N’est-ce pas fou ? […] »

    À la fin de son post, le chanteur termine par cette belle citation biblique extraite du livre des Proverbes : « Il trouve le bonheur celui qui trouve femme : c’est une bienveillance du Seigneur ! » (Proverbes, 18, 22). 

    Patrick :

    Quel témoignage aux yeux du monde !

    ____________________________________________________________

    Justin Bieber arrêterait sa carrière pour « dédier sa vie au Christ »

    Kévin Boucaud-Victoire | 27 juillet 2017

    Le célèbre chanteur canadien a décidé d'annuler les 15 dernières dates de sa tournée mondiale. La raison ? Il aurait décidé de se consacrer entièrement au Christ, selon certaines sources.

    Justin Bieber aurait-il décidé de mettre sa carrière entre parenthèses pour « dédier sa vie au Christ » ? La rumeur enfle sur internet.

    Le 24 juillet dernier, le chanteur canadien a mis fin au « Purpose Wold Tour », tournée mondiale qui faisait écho à son dernier album, Purpose, sorti en 2015.

    Si la star de 23 ans a expliqué qu’il avait besoin de « [se] reposer, [se] relaxer », il semblerait que la vraie raison soit religieuse.

    C’est en tout cas ce qu’affirme le magazine TMZ, qui a récemment interviewé la star et qui tiendrait l’information d’un de membres de Hillsong Church, église new yorkaise que fréquente Justin Bieber, quand il n’est pas en tournée ou en tournage, et où il a été baptisé. Car, avec ses débordements devant et hors caméra, on oublie vite que le jeune homme, qui a eu plusieurs démêlés avec la justice, affirme depuis quelques temps prendre « Jésus pour modèle »

    S’il a passé son enfance dans des établissements catholiques, notamment la St Michael Catho­lic Secon­dary School de Strat­ford (Ontario) où il obtient son bac en 2012, c’est vers le protestantisme évangélique que Justin Bieber se tourne.

    Il est alors baptisé par le jeune pasteur pentecôtiste Carl Lentz, à Hillson Church. Une « nouvelle naissance » selon les mots de l’interprète de « What Do You Mean » et « Sorry ».

    Dès 2011, à tout juste 17 ans, il expliquait déjà au célèbre magazine Rolling Stone qu’« il ne croit pas en l’avortement », qu’il considère comme un meurtre, et que l’orientation sexuelle relève du « choix personnel »

    Des propos qui en avaient choqué plus d’un. En 2015, Bieber déclare au bimensuel Complexe qu’il veut « vivre comme Jésus », tout en nuançant qu’il ne désire pas « être Jésus ».

    Il promettait alors que son nom ne serait plus lié à aucun scandale. Mission ratée, puisqu’il est arrêté le 29 janvier dernier pour voie de fait suite à l’agression d’un chauffeur de limousine à Toronto.

    Justin Bieber pourrait « lancer sa propre église »

    Quoi qu’il en soit, le chanteur communique régulièrement sur sa foi. En février 2016, il explique au micro de Radio Time : « Je prie quand je vais me coucher. Je prie dans la journée, quand j’ai un problème ou quand je veux le remercier pour tout ce qu’il a fait pour moi. Sans Dieu, je ne serais pas là où je suis »

    Le 20 septembre de la même année, il interprète le célèbre chant de louange « I could sing for your love forever », comme le relate le site Info chrétienne, pendant son concert à l’AccorHotel Arena de Paris.

    Début juillet 2017, Justin Bieber s’est envolé pour Sydney, où se trouve le siège du regroupement international d’église Hillson Church. Il est accompagné du pasteur Lentz, dont il se serait énormément rapproché ces derniers mois, d’après TMZ.

    « Ma foi grandit de jour en jour. Ma foi est plus forte qu’il y a deux ans », explique alors le jeune homme lors d’une conférence qu’il donne à l’église australienne le 5 juillet.

    C’est dans ce contexte qu’il prend la décision d’annuler les 15 dernières dates du « Purpose Wold Tour ».

    Richard Wilkins, présentateur de Today Extra, affirme : « Tout me porte à croire que la vraie raison pour laquelle il arrête sa tour­née est son envie de se recon­nec­ter à sa foi. Il pour­rait même avoir l’in­ten­tion de lancer sa propre église ». Une dernière information que l’intéressé a toutefois nié.

    Patrick :

    Laissez-moi vous dire : Le Christ ne laisse pas indifférent, même dans ce monde athée et complexe d’aujourd’hui !

    Dans les médias, on veut vous faire croire que la foi en Dieu et Jésus est bien morte. Mais c’est complètement faux !

    Elle est plus vivante que jamais. De nombreuses personnalités se tournent vers elle ! Mais on ne veut surtout pas l’ébruiter, cela fait tache à notre belle société moderne.

    __________________________________________________________________

    Justin Bieber veut exposer sa foi dans son prochain album

    Louis du Bosnet | 27 mars 2018

    Son passé d’ado terrible bercé au rythme des scandales est-il définitivement derrière lui ? Justin Bieber travaille actuellement sur l’écriture de son cinquième album, qu’il devrait notamment consacrer à sa foi.

    « Justin recherche des chansons qui reflètent réellement où il en est dans sa vie d’un point de vue spirituel », a déclaré récemment l’un de ses proches au quotidien britannique The Sun.

    « Son regard sur les choses a complètement changé maintenant », a-t-il dit. Et d’ajouter : « Sur ce que j’ai écouté pour le moment, deux thèmes forts se distinguent : l’amour et la rédemption. Les fans de Bieber vont être surpris »

    Aucune autre information n’a filtré sur ce nouvel opus, dont la sortie chez les disquaires devrait survenir au début de l’année 2019.

    L’amour et la rédemption

    La quête de spiritualité occupe une place grandissante dans la vie du chanteur. Pour preuve, l’artiste n’avait pas hésité à mettre un terme, l’été dernier, à sa tournée internationale « Purpose World Tour » alors qu’il restait quatorze dates à honorer. Il a préféré se consacrer à sa foi.

    « Il a fondé cette décision sur la recherche de son âme spirituelle et sur sa propre vision du chemin de vie qu’il doit prendre », avait alors expliqué un proche de l’artiste au très bien informé site people TMZ.

    Depuis 2014, Justin Bieber s’affiche régulièrement au côté de Carl Lentz, un ex-junkie devenu pasteur pentecôtiste, à l’origine de la naissance de la Hillsong Church, église évangélique australienne, en 2010.

    Dans son dernier ouvrage « Own the Moment », Carl Lentz racontait le scénario baroque du baptême de Justin Bieber.

    « Nous avons fini par trouver un appartement à New-York, un de mes amis qui a une baignoire géante… [Nous] avons eu le baptême le plus cool et le plus étrange de tous les temps », écrit celui que fréquentent également d’autres célébrités nord-américaines comme Selena Gomez, réputée proche de Bieber, Vanessa Hudgens ou Kylie Jenner.  

    « Je prie tout le temps »

    La foi de Justin Bieber n’est pas une nouvelle en soi. « Je prie tout le temps. Deux ou trois fois par jour. Quand je me réveille, je remercie Dieu pour m’avoir mis à cette place et à la fin de la journée, je lis la Bible », affirmait-il dès 2010 au Guardian.

    Mais après qu’il se soit retrouvé au cœur d’une succession d’affaires (scandales sexuels, violences à l’encontre de fans, consommation de drogues), sa foi semble prendre, chaque année, une place un peu plus prépondérante dans son quotidien. Le signe d’une volonté manifeste de clore l’un des chapitres de sa vie pour en ouvrir un nouveau empreint de davantage de sagesse ?

    Patrick :

    Je crois sincèrement que son exemple et sa foi vont faire échos parmi la jeunesse du monde entier.

    Son exemple va aider beaucoup de jeunes à se tourner vers le monde spirituel et Jésus.

    Tellement de gens et de jeunes sont perdus et égarés dans ce monde insensé.

    La moindre petite bouffée d’air frais est reçue avec avidité !

    Quand on perd une chose précieuse, on perd beaucoup.

    Quand on perd un proche, on perd encore plus.

    Mais quand on perd la foi, on perd tout !

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Histoires vraies N°116 - La conversion bouleversante de Frédéric Chopin sur son lit de mort

    Histoires vraies N°116 - La conversion bouleversante de Frédéric Chopin sur son lit de mort

    (Chopin malade assis sous un baldaquin ; à côté de lui, Princesse Marcelina Czartoryska ; à droite, assis, l'ami de Chopin, Wojciech Grzymala ; derrière, Kwiatkowski ; à gauche, assise, la soeur de Chopin, Ludwika Jendrzejewicz, et derrière elle, le père Aleksander Jelowicki, le confesseur du compositeur.

    La conversion bouleversante de Frédéric Chopin sur son lit de mort

    Marzena Devoud | 24 octobre 2018

    Sans toi, mon cher ami, je serais mort comme un porc »

    C'est sur son lit de mort que Frédéric Chopin, 39 ans, fait cette déclaration étonnante à son confesseur. Quand on connaît la vie du grand compositeur, on peut se demander comment son ami à réussi à le convaincre de se confesser juste avant son agonie qui dura trois jours. Découvrez l'histoire d’une bouleversante conversion.

    La pratique religieuse de Frédéric Chopin prend fin au moment de son immigration de Pologne pour la France, le 2 novembre 1830. Ses nouveaux amis parisiens, pour la plupart, ne sont pas croyants. Rapidement, Chopin lui-même oublie la ferveur de son enfance.

    Sa nouvelle vie est entièrement absorbée par ses tourments artistiques et, quand il n’est pas en train de composer, par les mondanités. Ce jeune génie venu de loin est rapidement la coqueluche de tous les salons parisiens. Et la foi héritée de sa mère, très pieuse, s’évanouit quand Frédéric Chopin tombe amoureux de Delfina Potocka et surtout de George Sand, de son vrai nom Aurore Dudevant.

    Un ami de jeunesse

    Depuis son enfance, Chopin souffre d’une santé fragile. Il traverse les dernières années de sa vie très affaibli, notamment à cause d’infections pulmonaires de plus en plus graves et fréquentes. À cette période, ses amis décrivent son visage comme « pâle et transparent comme de l’albâtre ».

    Malgré les signes d’une fin qui s’approche, le compositeur ne retourne pas à la vie spirituelle. Un jour, il retrouve son ami de jeunesse, le père Aleksander Jelowicki, aumônier de la communauté de l’immigration polonaise à Paris. Frédéric se sent très proche d’Aleksander mais encore plus de son frère Edward, mort pendant la Révolution autrichienne, le 10 novembre 1848.

    Le père Aleksander, sachant que Chopin est en très mauvaise santé, tente plusieurs fois de le réconcilier avec Dieu. En vain. Finalement, le compositeur accepte uniquement de se confier « en ami »

    S’il raconte simplement sa vie, il refuse fermement le sacrement de la confession. Parfaitement conscient de la mort qui approche, Chopin est désolé pour sa mère, encore vivante, accablée de le voir mourir sans recevoir les derniers sacrements. Mais il explique à son ami qu’il ne peut pas, par honnêteté, les accepter : il n’y croit pas.

    Une petite ruse

    Dans la soirée du 12 octobre 1849, le médecin personnel du compositeur, le docteur Cruveilhier, informe le prêtre que Chopin risque de ne pas passer la nuit. Le père Aleksander se rend immédiatement chez son ami. Quand il entre dans sa chambre, le malade lui dit tout de suite : « Je vous aime vraiment, mais ne dites rien, allez dormir ».

    Le père repart et passe toute la nuit à prier. Le lendemain matin, le jour de la fête de son frère décédé, il célèbre la messe à son intention et en même temps il prie Dieu pour qu’il l’aide à gagner l’âme de Chopin.

    Il décide de visiter à nouveau son ami. Alors que le malade prend son petit déjeuner, le père Aleksander lui dit de façon détachée : « Vous savez que nous célébrons aujourd’hui la fête d’Edward que vous aimez tant… » Chopin est apparemment ému. Sans perdre un instant, le prêtre continue :

    « Le jour de sa fête, offrez-moi un cadeau, s’il vous plaît

    – Je vous offre ce que vous voulez

    – Donnez-moi votre âme. »

    Chopin comprend sa demande et lui dit oui. Il tente de s’assoir sur le lit. Le père Aleksander fait signe aux autres de quitter la chambre. Le prêtre tombe à genoux en priant Dieu de « prendre lui-même l’âme » de son ami. Il tient la croix et demande à Chopin :

    « Vous y croyez ?

    – Oui

    – Vous y croyez comme votre mère vous l’a appris ?

    – Oui, comme ma mère me l’a appris »

    La confession dure ensuite plusieurs heures sans interruption. Suivent les trois jours de son agonie. Quand il retrouve conscience, Chopin regarde ses proches autour de lui qui semblent pétrifiés de tristesse. Il demande au prêtre : « Mais que font-ils ? Pourquoi ne prient-ils pas ? »

    À la source du bonheur

    Dans ses dernières heures, Chopin tient la main du père Aleksander et lui demande de veiller sur lui. Il invoque Marie, Jésus et saint Joseph et exhorte les médecins de le laisser mourir :

    « Laissez-moi, il est temps de mourir. Dieu m’a pardonné et il m’appelle. Laissez-moi, je veux mourir »

    Il console ses amis en disant :

    « J’aime Dieu, je vous aime… Il est bon de mourir ainsi. Ne pleurez pas, chers amis. Je sens que je meurs. Priez avec moi. Adieu, au Ciel. Je suis à la source du bonheur »

    Frédéric Chopin meurt de la tuberculose dans la nuit du 17 octobre 1849 au 12 Place Vendôme à Paris. Entouré de ses amis, il tient une croix dans ses mains. Treize jours plus tard, de nombreux proches, amis et admirateurs lui disent au revoir au cimetière Père-Lachaise.

    Albert Grzymala, ami de l’artiste qui l’assiste dans ses dernières heures écrit à un proche : 

    « Jamais l’antiquité, même la plus stoïque, n’a laissé d’exemple d’une mort plus belle et d’une âme plus grande, plus chrétienne et plus pure »

    Patrick :

    Tout simplement magnifique ! Une belle âme est entrée dans le couloir de l’éternité !

    La popularité, la gloire, la célébrité, la notoriété, la renommée, tous sont des épines dans le flanc de ces artistes, et bien souvent, les entraînent sur le chemin de la perdition.

    La mort est le plus grand juge dans notre vie, le plus impitoyable aussi. Vous ne pouvez pas l’acheter, la soudoyer, la pervertir, le corrompre, etc. Quand c’est son heure, il se tient à la porte de notre vie et réclame son dû.

    Beaucoup on dit de la mort : s’il y a une justice sur cette Terre, c’est bien elle ! »

    Mais très souvent, une autre figure l’accompagne : notre conscience ! Et cette conscience devient plus active dans les derniers jours d’un mourant. Elle rassemble les éléments de sa vie et l’oblige à méditer dessus.

    Bien sûr, les non-croyants, les athées et les ennemis de la raison vont s’empresser, lors de conversations mondaines, de s’en moquer avec ironie :   c’est un acte désespéré d’un pauvre mourant refusant de mourir !

    Nous avons le choix, soit de maudire Dieu comme le brigand et meurtrier crucifié aux côtés du Christ, ou bien, comme l’autre brigand, de soumettre notre âme à sa volonté, en lui demandant sa miséricorde !

     ___________________________________________________________________

    L’incroyable conversion de la papesse de la mode devant le Saint-Suaire

    Magdalena Galek/Marzena Devoud | 27 juillet 2018

    En 2016, quelques mois avant sa mort, Franca Sozzani, rédactrice en chef de Vogue Italie et grande figure du monde de la mode, décide d’aller voir le Saint-Suaire. Une rencontre qui va changer sa vie.

    En 2016, à la sortie de la cathédrale de Turin où est exposée la sainte relique, Franca Sozzani demande à son fils, qui l’accompagne, de l’attendre encore un peu car elle veut se confesser. Surpris, il l’attend… trois heures !

    Ce jour là Franca se convertit. Elle retrouve la foi et rêve d’une seule chose : rencontrer le pape François pour lui demander d’où vient son incroyable force spirituelle. C’est ce qu’explique Francesco, réalisateur et auteur du documentaire sur sa mère « Franca : chaos et création »

    Incarnation de la mode italienne, sa silhouette longiligne et ses longs cheveux blonds bouclés sont célèbres aux abords des podiums de Paris, Londres, New York et Milan qu’elle fréquente depuis près de 40 ans.

    On la surnomme « la papesse de la mode ». Peut-être parce qu’elle porte un regard différent sur la mode. Franca Sozzani y voit autre chose qu’uniquement des vêtements.

    « Dans la mode, il ne s’agit pas des vêtements — confie-t-elle un jour — il s’agit de la vie »

    Née à Mantoue, diplômée en lettres et en philosophie de l’université de Milan, elle commence sa carrière à Vogue Bambini (Vogue Enfants) pour rejoindre Vogue Italie en 1987.

    Elle prend la tête de la rédaction un an plus tard. Amoureuse de la photographie, elle s’entoure de grands artistes non seulement parce qu’elle considère que la mode doit faire partie de l’art, mais aussi pour aborder des questions de société à travers des sessions de photo d’avant-garde.

    En prenant le risque de perdre son poste, Franca sort de la ligne éditoriale habituelle de Vogue avec courage. Elle tente d’attirer l’attention sur le problème de la violence envers les femmes, de l’anorexie des jeunes filles ou encore la folie des opérations de chirurgie esthétique.

    En 2008, elle consacre un numéro spécial à la beauté des femmes noires. Une première dans l’industrie de la mode.

     *******

    La conversion

    Le jour de sa venue à Turin, elle dit à son fils, étonné de la voir se confesser durant presque trois heures : « Parfois, dans la vie, tu veux regarder à l’intérieur de toi même ».

    Puis, elle ajoute : « Manzoni est entré une fois dans une église, cela lui a suffit pour se convertir ». (Manzoni est un écrivain italien du XIXe siècle, qui s’est converti au cours d’une visite de l’église Saint-Roch à Paris, ndlr).

    Quelque temps plus tard, Franca lui confie que ce fameux jour, elle a retrouvé la foi face au Saint-Suaire.

    La maladie

    C’est le début d’une lutte contre une maladie grave et d’un cheminement spirituel qu’elle entreprend avec une espérance qui ne la quittera pas jusqu’à la fin de ses jours.

    Lorsque Francisco demande à sa mère si elle a des rêves, Franca Sozzani lui avoue que oui : « Si je peux avoir encore des rêves, oui, j’en ai un : rencontrer le pape François et lui demander d’où vient son incroyable force et sa foi en Dieu »

    Le 22 décembre 2016, le cancer des poumons emporte Franca Sozzani à l’âge de 66 ans. Elle n’aura pas eu le temps de rencontrer le Pape mais ses derniers jours seront marqués par un profond retour à Dieu. Son enterrement se tiendra en famille à Portofino, la veille de Noël.

    Un mois plus tard, la semaine de la mode italienne se termine avec une messe en son hommage le 27 janvier. Celle-ci est célébrée dans le Duomo, la fameuse cathédrale de Milan, devant une foule de fashion lovers.

    Tout le gratin de la mode est présent, dont Anna Wintour, la rédactrice en chef de Vogue américain, les mannequins Kate Moss et Naomi Campbell, l’ex première dame Carla Bruni-Sarkozy, mais aussi des amis proches comme les créateurs Giorgio Armani et Valentino Garavani.

    Répondant à l’une des dernières volontés de Franca Sozzani son fils, Francesco, lit ce passage de la Bible : « Mieux vaut le jour de la mort plutôt que celui de la naissance » (Ecclésiaste 7 :1)

    Patrick :

    On a tous un chemin à parcourir sur cette Terre. Et bien que parfois nous puissions être accompagnés pour un temps, nous devons suivre son pèlerinage tout seul.

    Nous ne pouvons pas juste nous appuyer sur les autres tout le temps ; nous devons être responsables de la vie qui nous est donnée et les choix que nous faisons dans cette vie !

    Il semble qu’un grand nombre de ces artistes ont bu la coupe du succès et de la gloire, mais que leur âme soit plus desséchée que jamais (comme le célèbre poète anglais John Milton qui a dit lorsqu’il était devenu aveugle et mourant sur son lit : « J’ai bu toutes les coupes du plaisir, de la popularité, mais je meurs de soif »)

    C’est pour cette raison qu’une partie d’entre eux se tourne vers la spiritualité pour le salut de leur âme. Ils réalisent que toutes ces choses terrestres sont éphémères, un jour ici, demain parti !

    Ils réalisent que la vie est beaucoup plus que cela, et qu’elle ne s’arrête pas là lorsque le corps meurt.

    Que ce vide désespéré dans leur cœur a besoin d’être rempli.

    Ils ont besoin de sentir que leur vie sert à quelque chose de plus grand, pas seulement à faire trépider et trépigner les foules !

    Amies-es, ce n’est pas le hasard que vous êtes ici aujourd’hui. Vous êtes, que vous le vouliez ou non, une partie de ce grand univers qui est le nôtre ! Donc, votre vie a un sens, une signification, un but.

    Et vous êtes tellement précieux aux yeux de celui qui vous a créé, qu’il a donné sa plus précieuse possession pour que vous puissiez vivre pour toujours !

    Je crois qu’un bon paquet de ces artistes ont compris cela !

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique