• Les sculptures en bronze 

    ***********

    Michael Parkes est le plus grand peintre, sculpteur et lithographe réaliste de la planète.Ses décennies de succès en tant qu'artiste se distinguent dans le monde de l'art, où peu d'artistes réussissent sur les marchés primaire et secondaire. Les œuvres de Michael Parkes sont rassemblées par des célébrités, des collectionneurs privés de premier plan et des galeries du monde entier, et son corpus de travail est destiné à tous les âges. Son premier one-man show était à Amsterdam en 1977. D'autres expositions personnelles de Michael Parkes ont eu lieu à Basel Art en Suisse, Art Chicago, Art Fair NY, Salon du livre de Francfort, Amsterdam Art Fair, Tefaf Art et Antiques Fair Maastricht et de nombreuses expositions dans leurs galeries à Amsterdam et à New York à partir de 1977.

    Bien qu'il ait étudié l'art graphique et la peinture à l'Université du Kansas, son style unique a beaucoup évolué de manière isolée, après une période où il a complètement abandonné la pratique de l'art et est parti en Inde à la recherche d'un éclairage philosophique: ... plus

    **********

    Michael Parkes- sculptures

     









    Les sculptures en bronze de Michael Parkes

    Les sculptures en bronze de Michael Parkes

    Les sculptures en bronze de Michael Parkes

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Haruyo Morita, Une Ancienne Peintre De kimono Modernise Des Représentations D’ukiyo-e

    L’ukiyo-e (浮世絵), ou images du monde flottant, qui désigne tant des estampes gravées sur bois que des peintures, est né à l’ère Edo (1603-1868) au moment de l’émergence de la classe marchande.

    Cette forme d’art inclut certaines des œuvres les plus reconnaissables du Japon. En plus des acteurs de kabuki, des lutteurs de sumo, des scènes historiques ou mythologiques, des paysages...

    L’un des plus célèbres thèmes de l’ukiyo-e est le portrait féminin connu sous l’appellation « bijin-ga » (littéralement : peinture de belle personne).

    Malgré le passage des ans entre l’ère Edo et l’époque actuelle, une artiste a décidé d’incorporer avec subtilité des éléments de l’ukiyo-e dans ses toiles figurant de belles jeunes femmes.

    Préparez-vous à être émerveillé par ces peintures de beautés en kimono réalisées par l’artiste Haruyo Morita !

    Même si vous entendez le mot « ukiyo-e » pour la première fois, vous avez certainement déjà vu une œuvre ressemblant peu ou prou à celle-ci :

    ▼ Trois beautés de notre temps, Kitagawa Utamaro, vers 1793

    1

    Bien que les maîtres de l’ukiyo-e aient vécu 200 ans en arrière, il existe une artiste contemporaine qui inclut des caractéristiques du bijin-ga à ses peintures de magnifiques jeunes femmes.

    Cette artiste, Haruyo Morita (森田春代), est née en 1945 dans la préfecture de Saitama. Talentueuse dès son plus jeune âge, elle fut dans un premier temps peintre de kimono et designer avant de tourner son regard vers la création de « représentations contemporaines de l’ukiyo-e traditionnel ».

    Mme Morita réside actuellement en Nouvelle-Galles du Sud, en Australie, et ne tient que de rares expositions dans son pays d’origine.

    Un seul regard suffit pour déceler l’influence que son passé de peintre de kimono a eu sur son art.

    Ses peintures, pleines de lignes délicates et de couleurs vives, reflètent le design des kimonos sophistiqués teints à la main en yûzen.

    Ses représentations ornementées de femmes et de fleurs (un motif de kimono courant) sont tout simplement à couper le souffle.

    Même le site personnel de l’artiste est stylisé, des pétales de fleurs et des feuilles tombant gracieusement le long de la page.

    Haruyo Morita, Une Ancienne Peintre De kimono Modernise Des Représentations D’ukiyo-e

    Haruyo Morita, Une Ancienne Peintre De kimono Modernise Des Représentations D’ukiyo-e

    Haruyo Morita, Une Ancienne Peintre De kimono Modernise Des Représentations D’ukiyo-e

     

    Haruyo Morita, Une Ancienne Peintre De kimono Modernise Des Représentations D’ukiyo-e

    Haruyo Morita, Une Ancienne Peintre De kimono Modernise Des Représentations D’ukiyo-e

    Haruyo Morita, Une Ancienne Peintre De kimono Modernise Des Représentations D’ukiyo-e

    Haruyo Morita, Une Ancienne Peintre De kimono Modernise Des Représentations D’ukiyo-e

    Haruyo Morita, Une Ancienne Peintre De kimono Modernise Des Représentations D’ukiyo-e

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    *****

    Non, ces superbes portraits de jeunes femmes, délicats et sensuels, ne sont pas des photographies, mais les peintures à l’huile hyperréalistes de l’artiste israélien Yigal Ozeri ! Basé aujourd’hui à New York, cet artiste talentueux nous dévoile une série de portraits au réalisme impressionnant, mêlant une technique irréprochable avec un joli travail sur les détails et les lumières.

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

    Les impressionnantes peintures hyperréalistes de Yigal Ozeri

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Il réalise les plus beaux portraits de femmes en digital painting

     *****

    L’artiste Irakli Nadar qui nous vient de Tbilissi en Géorgie adore peindre des portraits de femmes en utilisant de la peinture numérique ( digital painting) et il nous surprend avec le résultat!

    Vous allez sans doute croire que les images sont de simples photographies, mais il n’en est rien!

    Ce sont des peintures réalisées sur ordinateur.

    Admirez-les et vous pourrez dire si c’est beau ou juste ordinaire comme travail!

    C’est là un superbe travail, puisque tous ces portraits de femmes semblent être des photos!

    L’art est si bien manipulé au point de créer la confusion dans les esprits des gens.

    Qui pourrait croire qu’un simple artiste puisse faire d’aussi magnifiques portraits? Il faut être un vrai expert pour créer d’aussi sublimes images!

    Toutes ces femmes semblent réelles, et pourtant elles sont peintes!

    L’art du digital painting est comme la peinture que les peintres utilisaient depuis la nuit des temps!

    Avant, il y ‘avait le pinceau, le crayon, une feuille, aujourd’hui l’ordinateur fait tout et l’artiste qui est derrière lui donne des tâches à faire.

    La technique du dessin sur ordinateur et la peinture numérique s’apprend tout comme n’importe quel art et de nos jours tout le monde peut l’apprendre.

    Une grande chance pour les amoureux de l’art!

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Les sculptures sont nombreuses dans Paris. Bien que nous ayons tous déjà admiré leur beauté, nous sommes peu nombreux à connaître les hommes derrière ces chefs-d’oeuvre. Un marteau, un ciseau et pour eux, le marbre était de l’or.

    Augusto Pajou (1730-1809)

    Né à Paris d’un père menuisier et sculpteur, Augusto Pajou entre à l’école de l’Académie Royale en 1744 et devient l’élève de l’illustre Jean-Baptiste II Lemoyne. En 1748, il devient, comme tous les grands sculpteurs, lauréat du prix de Rome. Plus tard, il sera nommé professeur de l’Académie Royale de peinture et de sculpture avant, même, d’en devenir le recteur. Ses sculptures sont riches et très diversifiées allant des petites œuvres, comme des statuaires, aux gros décors d’architecture.

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Mercure ou Le Commerce d’Augustin Pajou, 1780, Musée du Louvre

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

     

    Psyché abandonnée d’Augustin Pajou, 1790, Musée du Louvre

    François Rude (1784 – 1855)

    Né à Dijon d’un père forgeron, François Rude suit les cours de l’Académie de dessins. Il part s’installer à Paris en 1809 dans le but de se former à l’École impériale des Beaux-Arts. Il obtient le Grand prix de Rome en 1812 pour « Le Berger Aristée pleurant la perte de ses abeilles ». Il devient, par la suite, célèbre avec sa statue « Mercure rattachant sa talonnière ». La plus célèbre de ses œuvres reste néanmoins « La Marseillaise » sur l’Arc de Triomphe. Il sera récompensé pour son œuvre en recevant la légion d’honneur en 1833. Le sculpteur voue toute sa vie une grande admiration à Napoléon Bonaparte qu’il glorifie dans ses sculptures. Aujourd’hui, un musée lui est consacré à Dijon, sa ville natale.

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Le Départ des volontaires de 1792 ( intitulé La Marseillaise ou le Chant du départ) François Rude, entre 1833 et 1836, Arc de Triomphe

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Le Départ des volontaires de 1792 ( intitulé La Marseillaise ou le Chant du départ) François Rude, entre 1833 et 1836, Arc de Triomphe

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Mercure rattachant ses talonnières, François Rude, 1834, Musée du Louvre

    Jean-Pierre Cortot (1787 – 1843)

    Jean-Pierre Cortot commence la sculpture à 13 ans dans l’atelier de Charles-Antoine Bridan. En 1806, il obtient le second prix de Rome avant d’obtenir le premier prix en 1809 devant François Rude avec « Marius méditant sur les ruines de Carthage ». Il deviendra ensuite professeur de l’Académie Royale des Beaux-Arts et sera promu officier de la légion d’honneur. On lui doit « Le Triomphe », une façade de l’Arc de Triomphe et « Louis XIII » sur la place des Vosges.

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Daphnis et Chloé de Jean-Pierre Cortot, 1827, Musée du Louvre, Paris

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Le Triomphe de 1810 De Jean-Pierre Cortot, Arc de Triomphe

    Antoine Etex (1808 -1888)

    Né à Chaville en région parisienne, Antoine Etex est un fils de sculpteur ornemaniste et fait l’école des Beaux-arts en 1824. Il obtient le second prix de Rome en 1829 grâce à son œuvre « Hyacinthe mourant », cependant il finira par décrocher la 1ere place du Salon de Rome en 1833 avec « Caïn et sa race maudits de Dieu ». La même année, il fera deux des quatre bas-reliefs colossaux de l’Arc de Triomphe : « La résistance de 1814 » et « La Paix de 1815 ». Il réalise de nombreuses sculptures d’inspiration mythologique ou religieuse. C’est également lui qui réalise le tombeau de Napoléon Bonaparte aux Invalides. Il avait également pour projet une énorme fontaine place de l’Europe, mais qui, malheureusement n’a jamais abouti.

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Statue de Saint-Louis, Antoine Étex, place de la Nation

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Monument à Vauban, Antoine Étex 1847, Hôtel des Invalides

    Jean Baptiste Carpeaux (1827 -1875)

    Né à Valenciennes, Jean-Baptiste Carpeaux grandit au sein d’une famille modeste d’ouvrier. En 1844, il entre à l’école des Beaux-Arts avec pour maitre… François Rude ! Comme ses aînés, lui aussi obtient en 1854 le grand prix de Rome avec « Hector tenant dans ses bras son fils Astyanax ». Deux de ses œuvres les plus célèbres sont « Le triomphe de Flore » au pavillon de Flore et « La Danse » à l’Opéra Garnier. Mais si l’on devait choisir une de ces sculptures, nous retiendrons son chef d’œuvre « Ugolin entouré de ses quatre enfants ». C’est également à lui, et à sa collaboration avec l’architecte Gabriel Davioud, que l’on doit « La Fontaine des Quatre-Parties-du-Monde », place Ernest-Denis. Celui qui n’a jamais oublié d’où il venait, cède beaucoup de ces œuvres à sa ville d’origine. Une commune de Valenciennes à laquelle il restera fortement attaché.

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Ugolin entouré de ses quatre enfants de Jean-Baptiste Carpeaux, réalisée entre 1857 et 1861, musée d’Orsay

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    La Danse de Jean-Baptiste Carpeaux, 1868, sur la façade de l’Opéra Garnier

    Antoine Coysevox (1640 – 1720)

    Né à Lyon, c’est à 17 ans qu’Antoine Coysevox arrive dans la capitale pour travailler à l’atelier Louis Lerambert. Après avoir été engagé par l’évêque de Strasbourg pour la décoration du château de Saverne, il est de retour à Paris où il est employé à la décoration du château de Versailles. Il reproduit des œuvres antiques comme « La nymphe à la coquille » ou encore « La Venus de Médicis ». Il est, par la suite, admis comme professeur à l’Académie Royale de peinture et de sculpture. Parmi ses œuvres on retiendra : « Flore », « Mercure montée sur Pégase » ou encore « Neptune ».

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Louis XIV d’Antoine Coysevox, 1655, Musée Carnavalet

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Tombeau de Jean-Baptiste Colbert, Contrôleur Général des Finances de Louis XIV, par Antoine Coysevox, 1817, Église Saint-Eustache, Paris.

    Francois-Joseph Bosio (1768 – 1845)

    Né à Monaco, il est d’abord célèbre pour être l’élève d’Augustin Pajou. À la fin du XVIIIe siècle, il travaille dans un premier temps dans des églises en Italie. C’est d’ailleurs grâce au sculpteur Dominique Vivant Denon, rencontré là-bas en 1808 qu’il réalise des bas-reliefs pour la colonne de la Grande Armée située place Vendôme. Il est fait chevalier de l’ordre de Saint-Michel en 1821 et est nommé premier sculpteur du roi un an plus tard. C’est grâce notamment à lui qu’il nous est possible d’admirer le « Monument à Louis XIV » réalisé pour la place des Victoires à Paris.

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Aristée, dieu des jardins de François-Joseph Bosio, 1817, Musée du Louvre

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    a Paix conduite sur un char de l’arc de François Joseph Bosio, 1828, Arc de Triomphe du Carrousel

    Lambert-Sigisbert Adam (1700 – 1759)

    Aîné d’une fratrie de sculpteurs, Lambert-Sigisbert Adam est formé par son père dans l’atelier de François Dumont. Il continuera son apprentissage à l’Académie de France à Rome pendant 10 ans. En 1723, il obtient lui aussi le Grand Prix de Sculpture. Celui qui affectionnait particulièrement les œuvres destinées aux fontaines, restera célèbre pour son œuvre monumentale « Le triomphe de Neptune et d’Amphitrite » visible dans le groupe central du bassin de Neptune au château de Versailles. On notera l’attention toute particulière du maître pour les détails. Ainsi les écailles, veines et expressions sont d’un réalisme saisissant.

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Neptune calmant la tempête accompagné d’un triton de Lambert-Sigisbert Adam, 1737, Musée du Louvre

    Les plus grands sculpteurs qui ont habillé Paris

    Bassin de Neptune de Lambert-Sigisbert Adam, 1740, Versailles

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Elle crée d’incroyables sculptures avec des fruits et légumes

     **************

     

    Voila une femme qui joue avec les fruits et les légumes pour une bonne cause: Faire des sculptures les unes aussi splendides que les autres.

    Découvrez huit portraits de personnages de fiction faits avec pas mal de bonnes choses à manger et quelques feuilles pour couronner le tout!

    Ces œuvres d’art ont été réalisées en 1 mois par la polonaise Anna Tokarska.

    Voila le travail artistique que chacun de nous devrait pratiquer pour donner plus de valeur à nos bons fruits et légumes.

    On aimerait bien tenter d’assembler ce qu’on a dans le réfrigérateur mais est-ce que cela tiendrait pour faire une quelconque forme? Le doute est là!

    L’artiste Polonaise Anna Tokarska a trouvé comment faire pour maintenir ses éléments en place.

    Elle a mis tous les détails qu’elle juge bons pour faire une tête, avec des yeux, un nez, une bouche…

    Elle ajoute des sourcils, des joues et quelques formes pour faire semblant que la créature est vivante.

    On adore les portraits ainsi obtenus.

    L’oeuvre finale est photographiée avant d’être démontée pour une autre. Un passe-temps qui donne de la passion pour une femme dont les fruits et légumes constituent désormais des éléments plus importants dans sa vie d’artiste pas comme les autres!

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les plus belles statues de façades parisiennes

    Les plus belles statues de façades parisiennes

    Il faut bien souvent penser à lever la tête et à être attentif aux moindres détails pour remarquer les statues qui ornent les immeubles parisiens. Posées dans des niches, au sommet du bâtiment, au dessus des portes d’entrée ou autour des fenêtres, elles décorent pourtant de nombreuses façades de la capitale, tout en se fondant discrètement dans le décor. Zoom sur les plus remarquables d’entre elles.

     

    3 TYPES PRINCIPAUX DE STATUES

     

    Si les statues d’immeubles parisiens sont aussi nombreuses que variées, on en dénombre trois principales catégories : les cariatides, les atlantes et les angelots. Malgré les apparences, les distinguer est un jeu d’enfant. Les cariatides désignent les statues de femmes, le plus souvent vêtues de longues tuniques et les atlantes en sont leurs versions masculines. On peut les trouver en pied, c’est à dire représentées de la tête aux pieds ou le bas du corps comme enserré dans une gaine. Parfois même, on ne voit que leurs visages. Quant aux angelots, ils sont ces fameux petits anges représentés nus et dodus, également appelés chérubins. À noter cependant que certaines statues d’immeubles parisiens, plus contemporaines, exotiques ou insolites, sont elles inclassables !

     

    LES STATUES LES PLUS REMARQUABLES

    Les atlantes de la rue de Crimée

    Deux atlantes aux muscles saillants semblant travailler sur le balcon du troisième étage, c’est ce que nous donne à voir la façade de l’immeuble qui fait la jonction entre la rue de Crimée et la rue Meynadier. L’un des hommes manie le burin, tandis que l’autre semble appliquer du ciment avec une truelle, deux positions peu ordinaires pour de pareilles statues d’ornement.
    97 bis rue de crimée, 75019

    Les plus belles statues de façades parisiennes

    Les atlantes de la rue Saint-Roch

     

    Figurant parmi les plus beaux atlantes de Paris, ceux de l’immeuble de la rue saint-Roch représentent un homme d’âge mûr et un plus jeune aux torses virils. Ils ornent la façade de la Société des cuisiniers de France dont le bâtiment a été construit en 1917 par l’architecte Bruno Pellissier.
    45 rue saint-Roch, 75001

    Les plus belles statues de façades parisiennes

    L’atlante et la cariatide de la rue de Grenelle

     

    Rue de Grenelle, c’est un duo de cariatide et d’atlante que l’on admire sous le balcon du 2ème étage du numéro 148. On observe que la femme, d’allure juvénile, tourne son regard vers l’extérieur, tandis que l’homme semble lui concentré sur l’intérieur, le visage presque collé au mur !
    148 rue de Grenelle, 75007

    Les plus belles statues de façades parisiennes

    Les têtes égyptiennes du Passage du Caire

     

    Bel exemple de statues « inclassables » car plus exotiques que les autres, les incongrus visages égyptiens de l’immeuble du passage du Caire ne peuvent qu’attirer notre attention ! Ils rendent hommage à la campagne de Napoléon en Égypte. Tout l’immeuble est d’ailleurs un pastiche mêlant influence néogothique et égyptomanie.
    Passage du Caire, 75001

    Les plus belles statues de façades parisiennes

    La tête de femme de l’immeuble Lavirotte

     

    L’immeuble du 29 avenue Rapp est connu pour être l’une des œuvres de l’architecte Lavirotte en association avec le sculpteur Alexandre Bigot. Toute la façade est décorée, mais l’on retient principalement la porte d’entrée surmontée de deux petits personnages, ainsi que d’une tête de femme coiffée d’un chignon, représentant madame Lavirotte.
    29 avenue Rapp, 75007

    Les plus belles statues de façades parisiennes

    CC BY 2.0, Jean-Pierre Dalbéra

    Les cariatides de la rue d’Abbeville

     

    Au 16 rue d’Abbeville dans le 10ème arrondissement, on se retrouve face à deux magnifiques cariatides en pied parfaitement conservées. Ces deux représentations de jeunes filles se situent à l’angle de la rue du Faubourg-Poissonnière, sur un immeuble construit en 1899 par l’architecte Georges Massa. Très gracieuses avec leurs légers drapés, elles surmontent la fenêtre donnant sur la salle de réception du premier étage.

    Les plus belles statues de façades parisiennes

    CC BY-SA 3.0, JLPC

    La cariatide de la rue de Turbigo

     

    Haute de 3 étages, la cariatide de la rue de Turbigo est la plus intrigante de Paris : nul ne sait ce que cette immense statue drapée à l’antique fait là ! On peut juste observer qu’elle tient dans sa main gauche de la myrrhe et dans sa main droite une petite bourse, qui feraient d’elle un symbole de la charité. C’est Auguste Emile Delange, qui en proposa le dessin en 1851 au concours des Beaux-Arts.
    57 rue de Turbigo, 75003

    Les plus belles statues de façades parisiennes

    Les atlantes de l’avenue Dausmenil

     

    C’est vers le sommet de ce bel immeuble qui s’étale entre les rues Daumesnil et de Rambouillet qu’il faut lever les yeux pour apercevoir une dizaine de statues d’atlantes très surprenantes. Leurs corps sont représentés de profil, comme enjambant la corniche du dernier étage, et leurs torses sont percés de trous en forme de triangles. Il s’agit en réalité de la copie d’une œuvre de Michel-Ange, L’esclave mourant, que l’on peut admirer au Louvre.
    76 avenue Daumesnil, 75012

    Les plus belles statues de façades parisiennes

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les jolies peintures de Albert Williams

    ****

    Paintings d' Albert Williams dans Mon Archange Protecteur Oksana+Kravenco

    Jean_Baptiste_Robie__Autumn_roses_ dans Mon Archange Protecteur

    Ferdinand+Georg+Waldmuller

    Federico+Olaria

    Paul+M.+DeLongpre

    ATF+_sarpen

    Albert+Caullet

    36786125_Node_Charles_Joseph_Roses_Tulips_Morning_Glory_Delphinium

    MySave.in

    MySave.in

     MySave.in

    MySave.in

    MySave.in

    MySave.in

    MySave.in

    MySave.in

     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ce que j'aime avant tout, c'est imaginer et réaliser de petits théâtres d'objets à la fois objets et sculptures, qui puissent donner à rêver ".

    Plongez dans son itinérance mystérieuse, dans ses roulottes voyageuses, poétiques et rêveuses et régalez vous du singulier travail de PASKAL TIRMANT !





















    Ce que j'aime avant tout, c'est imaginer et réaliser de petits théâtres

    Ce que j'aime avant tout, c'est imaginer et réaliser de petits théâtres



     
    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique