• Sur l'Hélène de Gustave Moreau.

    Sur l'Hélène de Gustave Moreau.........   Jules Laforgue

    Hélène sur les murs de Troie, par Gustave Moreau 

    ****

    Frêle sous ses bijoux, à pas lents, et sans voir

    Tous ces beaux héros morts, dont pleurent les fiancées,

    Devant l'horizon vaste ainsi que ses pensées,

    Hélène vient songer dans la douceur du soir.

     

    « Qui donc es-tu, Toi qui sèmes le désespoir? »

    Lui râlent les mourants fauchés là par brassées,

    Et la fleur qui se fane à ses lèvres glacées

    Lui dit : « Qui donc es-tu ? » de sa voix d'encensoir.

     

    Hélène cependant parcourt d'un regard morne

    La mer, et les cités, et les plaines sans borne,

    Et prie : « Oh! c'est assez, Nature! reprends-moi!

     

    Entends ! Quel long sanglot vers nos Lois éternelles! »

     - Puis, comme elle frissonne en ses noires dentelles,

     Lente, elle redescend, craignant de « prendre froid ».

     

       Jules Laforgue

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Retouche au musée.

    Retouche au musée..........   Daniel Boulanger

    nature morte de Frans Snyders, vers 1635

    ****

    Celui qui vient avec une plume de bécasse abattue dans sa dernière chasse et qui la sort de son portefeuille pour la coller sur un oiseau en vol dans le ciel d'un tableau flamand s'éloigne à reculons, besogne faite. Il lui semble que la toile désormais lui appartient et qu'il l'a signée, et son plaisir est si fermé qu'il n'en dit mot, mais dans toutes les conversations il parle d'aile et de ciel, à l'étonnement de ceux qui l'écoutent.

    Daniel Boulanger

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Van Gogh et la nature.

    Van Gogh et la nature...........Octave Mirbeau

    « La vérité, c'est qu'il n'est pas d'art plus sain... il n'est pas d'art plus réellement, plus réalistement peintre que l'art de Van Gogh... Van Gogh n'a qu'un amour : la nature ; qu'un guide : la nature... Il a même l'instinctive horreur de tous ces vagues intellectualismes où se complaisent les impuissants.»


    .Octave Mirbeau

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • art riche.

    art riche.............

    Madone du chanoine van der Paele - Van Eyck, 1436

    ****

    « Consultez les maîtres. Ils nous donnent tous le conseil de ne pas faire d’art pauvre. De tout temps, ils ont introduit dans leurs tableaux tout ce qu’ils connurent de plus riche, de plus brillant, de plus rare, de plus étrange parfois, tout ce qui, autour d’eux, passait pour précieux et magnifique. Dans leur sentiment, c’est ennoblir le sujet que de l’encadrer dans une profusion de formules décoratives, et leur respect, leur piété ressemblent à ceux des Rois Mages apportant sur le seuil de la crèche le tribut des contrées lointaines. Voyez leurs Madones, incarnation de leur rêve de beauté le plus haut : quels ajustements, quelles couronnes, quels bijoux, que de broderies sur le bord des manteaux, que de trônes ciselés !... Dira-t-on, cependant, que les pesants orfrois dont il les accable fassent des grands-prêtres de Rembrandt des images de réalisme ? Dira-t-on que le faste royal des Vierges de Van Eyck contrarie l’onction ou le recueillement de ces graves figures ? Au contraire, le mobilier somptuaire et les accessoires même, qui se combinent en un étalage d’un prix incalculable dans les œuvres des maîtres du passé, renforcent la ligne du thème abstrait, et l’on voit parfois ces grands génies naïfs jeter dans leurs compositions je ne sais quelle délicieuse végétation, je ne sais quelle faune absurde et ravissante, des moissons de fleurs, des guirlandes de fruits inconnus, des animaux nobles et gracieux. »

     

    .Gustave Moreau

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • un artiste juif.

    un artiste juif............Renaud Camus

    Christian Boltanski, “Les Enfants de Dijon”, 1985

    ****

    « Évidemment il serait totalement imbécile de réduire Boltanski et son art à une judéité qu'ils transcendent de toute part. Mais il serait tout aussi stupide, sinon plus, par dogmatisme ou je ne sais par quel purisme idéologique, d'exclure cet élément de l'interprétation et de l'appréciation de son œuvre. Il y a beaucoup à comprendre et à aimer, chez Boltanski, qui n'a strictement rien à voir avec la judéité ; mais on se priverait d'une voie essentielle à son univers si on refusait de le considérer comme étant aussi, et parmi beaucoup d'autres qualificatifs possible, un artiste juif. »


    .Renaud Camus

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le dédicataire de l’art.

    Le dédicataire de l’art.........Pierre Michon

    Henri Matisse, Le Luxe I, 1907

    ****

    « La littérature est une forme déchue de la prière, la prière d’un monde sans Dieu. On écrit comme jadis on s’adressait à quelqu’un, à un autre qu’autrui, à une grande instance fantasmatique mais comblante, qu’on appelait Dieu. Le grand Tiers. Ce matin, je lisais cette phrase dans un de mes carnets, je ne sais plus si elle est de moi : Dieu existe car il est le dédicataire de l’art


    Pierre Michon

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • des œuvres qui courent un risque

    des œuvres qui courent un risque ...

    Collection Ricke

    ****

    « La plupart des artistes d'aujourd'hui produisent des œuvres qui courent toujours le risque d'être jetées à la poubelle par les femmes de ménage ; car, n'était l'éventuel génie qu'ils y ont mis, et qui serait beaucoup, certes, mais qui par définition est rare, on a l'impression qu'elles n'ont rien coûté, ni en matériau ni en travail.Flatters lui-même est parfois menacé par ce danger. Pour qu'elle vaille, il faut que l'œuvre d'art ait coûté. On objectera les dessins de coin de table de Picasso, ou les hâtifs gribouillis de Twombly. On objectera à juste titre, et je vois bien qu'il me faut affiner mes objections. Mais tous ces bouts de papier salis, qui traînent dans un coin d'atelier, et que tout à coup l'on nous flanque sur une cimaise, ces morceaux de bois à peine assemblés, ces lambeaux de ferraille, ces gâchis de mauvais plâtre… Ils sont peut-être une idée, je veux bien. Mais – et je crois l'avoir écrit déjà au cours d'une précédente hypostase – l'art, non plus que les sonnets, ne se fait pas avec des idées, mon cher Degas ! »

    Renaud Camus

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • l’homme qui court plus vite que la beauté.

    l’homme qui court plus vite que la beauté........... Jean Cocteau

    « Il [Picasso] est l’homme qui court plus vite que la beauté. Un homme qui court moins vite que la beauté fera des œuvres molles. Un homme qui court aussi vite que la beauté fera des œuvres plates. Un homme qui court plus vite que la beauté l'essoufflera, l’obligera à rejoindre son œuvre et son œuvre deviendra belle à la longue. Rien de plus funeste que de courir côte à côte avec la beauté ou de rester en arrière. Il faut la précéder, l’éreinter, la rendre laide et c’est cette fatigue qui donne à la beauté neuve, la laideur magnifique d’un tête de Méduse. »

     

     Jean Cocteau

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • pas de repentir.

    pas de repentir...........Édouard Boubat

    « Que peut-on reprocher à la photographie, sinon son apparente simplicité ?  Appuyer sur le bouton, nous ferons le reste... On se plaît à dire que le photographe n'a rien à faire. Et c'est un peu vrai. Seulement, tout est dans ce rien. Ne pas se mettre en travers de ce rien, de cet insaisissable. La photographie est si simple qu'elle n'admet pas de repentir (repentir: changement apporté, correction en cours d'exécution). Cela demande un sens fulgurant de la composition, du cadrage. »

    .Édouard Boubat

    Google Bookmarks

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique