• Andromède au monstre............José-Maria de HEREDIA (1842-1905)

    Andromède au monstre

    Andromède au monstre............

    La Vierge Céphéenne, hélas ! encor vivante,
    Liée, échevelée, au roc des noirs îlots,
    Se lamente en tordant avec de vains sanglots
    Sa chair royale où court un frisson d'épouvante.

    L'Océan monstrueux que la tempête évente
    Crache à ses pieds glacés l'âcre bave des flots,
    Et partout elle voit, à travers ses cils clos,
    Bâiller la gueule glauque, innombrable et mouvante.

    Tel qu'un éclat de foudre en un ciel sans éclair,
    Tout à coup, retentit un hennissement clair.
    Ses yeux s'ouvrent. L'horreur les emplit, et l'extase ;

    Car elle a vu, d'un vol vertigineux et sûr,
    Se cabrant sous le poids du fils de Zeus, Pégase
    Allonger sur la mer sa grande ombre d'azur.

    « Je penserai plutôt la mer non variable............Marc de PAPILLON DE LASPHRISE (1555-1599)Quand tes yeux conquerans estonné je regarde..............Etienne de LA BOETIE (1530-1563) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    2
    Mercredi 13 Mai à 12:30

    Monstre bicéphale
    ---------------

    Il répand la terreur, il sème l’épouvante,
    Sur sa route nocturne il avance au galop ;
    Il dit qu’il peut briser les murs de Saint-Malo,
    Cela me fait frémir, mais je crois qu’il se vante.

    Spinoza lui consacre une étude savante
    Ornée d’un frontispice et de plusieurs tableaux ;
    Pline l’a vu plonger au plus profond des flots,
    Entouré de tritons et de formes mouvantes.

    Son quadruple regard peut lancer des éclairs,
    Chose qui terrifie les habitants de l’air ;
    Malheur au passereau que cette foudre embrase.

    Nous n’en  ferons jamais un serviteur, c’est sûr,
    Ni un fier destrier comme le fut Pégase ;
    Solitaire, il parcourt les chemins de l’azur.

    1
    Dimanche 16 Février à 20:14

    Monstre sympathique
    --------------------

    Ce monstre maîtrisant plusieurs langues vivantes
    Aime se procurer des livres par kilos ;
    On le voyait jadis boire un litre au goulot,
    Ce fut pour ses amis un sujet d’épouvante.

    Il était entouré d’une troupe savante
    Qui de publications entretenait un flot ;
    Mais il n’en fait plus rien, cet épisode est clos,
    Il produit à présent des rimes émouvantes.

    Pour calmer sa fringale il déguste un éclair,
    Puis il ouvre sa porte, il sort pour prendre l’air
    Sous le grand firmament que le soleil embrase.

    Son style est régulier, vertigineux et sûr,
    Il semble voyager en chevauchant Pégase
    Et tremper son pinceau dans le fond de l’azur.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :