• Amis, un dernier mot ! . et je ferme à jamais ......Victor Hugo..(1802-1885)

    Toi, vertu, pleure si je meurs !
    André Chénier


    Amis, un dernier mot ! — et je ferme à jamais
    Ce livre, à ma pensée étranger désormais.
    Je n’écouterai pas ce qu’en dira la foule.
    Car, qu’importe à la source où son onde s’écoule ?
    Et que m’importe, à moi, sur l’avenir penché,
    Où va ce vent d’automne au souffle desséché
    Qui passe, en emportant sur son aile inquiète
    Et les feuilles de l’arbre et les vers du poëte ?
                       
    Oui, je suis jeune encore, et quoique sur mon front,
    Où tant de passions et d’œuvres germeront,
    Une ride de plus chaque jour soit tracée,
    Comme un sillon qu’y fait le soc de ma pensée,
    Dans le cours incertain du temps qui m’est donné,
    L’été n’a pas encor trente fois rayonné.
    Je suis fils de ce siècle ! Une erreur, chaque année,
    S’en va de mon esprit, d’elle-même étonnée,
    Et, détrompé de tout, mon culte n’est resté
    Qu’à vous, sainte patrie et sainte liberté !
     
    Je hais l’oppression d’une haine profonde.
    Aussi, lorsque j’entends, dans quelque coin du monde,
    Sous un ciel inclément, sous un roi meurtrier,
    Un peuple qu’on égorge appeler et crier;
    Quand, par les rois chrétiens aux bourreaux turcs livrée,
    La Grèce, notre mère, agonise éventrée;
    Quand l’Irlande saignante expire sur sa croix;
    Quand Teutonie aux fers se débat sous dix rois;
    Quand Lisbonne, jadis belle et toujours en fête,
    Pend au gibet, les pieds de Miguel sur sa tête;
    Lorsqu’Albani gouverne au pays de Caton;
    Que Naples mange et dort; lorsqu’avec son bâton,
    Sceptre honteux et lourd que la peur divinise,
    L’Autriche casse l’aile au lion de Venise;
    Quand Modène étranglé râle sous l’archiduc;
    Quand Dresde lutte et pleure nu lit d’un roi caduc;
    Quand Madrid se rendort d’un sommeil léthargique;
    Quand Vienne tient Milan; quand le lion Belgique,
    Courbé comme le bœuf qui creuse un vil sillon,
    N’a plus même de dents pour mordre son bâillon;
    Quand un Cosaque affreux, que la rage transporte,
    Viole Varsovie échevelée et morte,
    Et, souillant son linceul, chaste et sacré lambeau,
    Se vautre sur la vierge étendue au tombeau;
    Alors, oh ! je maudis, dans leur cour, dans leur antre,
    Ces rois dont les chevaux ont du sang jusqu’au ventre !
    Je sens que le poëte est leur juge ! je sens
    Que la muse indignée, avec ses poings puissants,
    Peut, comme au pilori, les lier sur leur trône
    Et leur faire un carcan de leur lâche couronne,
    Et renvoyer ces rois, qu’on aurait pu bénir,
    Marqués au front d’un vers que lira l’avenir !
    Oh ! la muse se doit aux peuples sans défense !
    J’oublie alors l’amour, la famille, l’enfance,
    Et les molles chansons, et le loisir serein,
    Et j’ajoute à ma lyre une corde d’airain !
     

    Novembre 1831.
    « LES ENFANTS PAUVRES.....Victor Hugo (1802-1885)ENCORE L’IMMACULÉE CONCEPTION..........Victor.Hugo (1802-1885) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :