• Ami, j’ai quitté vos fêtes. .........Victor .Hugo (1802-1885)

    Ami, j’ai quitté vos fêtes. .........Victor .

    Ami, j’ai quitté vos fêtes.
    Mon esprit, à demi-voix,
    Hors de tout ce que vous faites,
    Est appelé par les bois.
     
    J’irai, loin des murs de marbre,
    Tant que je pourrai marcher,
    Fraterniser avec l’arbre,
    La fauvette et le rocher.
     
    Je fuirai loin de la ville
    Tant que Dieu clément et doux
    Voudra me mettre un peu d’huile
    Entre les os des genoux.
     
    Ne va pas croire du reste
    Que, bucolique et hautain,
    J’exige, pour être agreste,
    Le vieux champ grec ou latin ;
     
    Ne crois pas que ma pensée,
    Vierge au soupir étouffé,
    Ne sachant où prendre Alcée,
    Se rabatte sur d’Urfé ;
     
    Ne crois pas que je demande
    L’Hémus où Virgile erra.
    Dans de la terre normande
    Mon églogue poussera.
     
    Pour mon vers, que l’air secoue,
    Les pommiers sont suffisants ;
    Et mes bergers, je l’avoue,
    Ami, sont des paysans.
     
    Mon idylle est ainsi faite ;
    Franche, elle n’a pas besoin
    D’avoir dans son miel l’Hymète
    Et l’Arcadie en son foin.
     
    Elle chante, et se contente,
    Sur l’herbe où je viens m’assoir,
    De l’haleine haletante
    Du bœuf qui rentre le soir.
     
    Elle n’est point misérable
    Et ne pense pas déchoir
    Parce qu’Alain, sous l’érable,
    Ôte à Toinon son mouchoir.
     
    Elle honore Théocrite ;
    Mais ne se fâche pas trop
    Que la fleur soit Marguerite
    Et que l’oiseau soit Pierrot.
     
    J’aime les murs pleins de fentes
    D’où sortent les liserons.
    Et les mouches triomphantes
    Qui soufflent dans leurs clairons ;
     
    J’aime l’église et ses tombes,
    L’invalide et son bâton ;
    J’aime, autant que les colombes
    Qui jadis venaient, dit-on,
     
    Conter leurs métempsychoses
    À Terpandre dans Lesbos,
    Les petites filles roses
    Sortant du prêche en sabots.
     
    J’aime autant Sedaine et Jeanne
    Qu’Orphée et Pratérynnis.
    Le blé pousse, l’oiseau plane,
    Et les cieux sont infinis.
     

    25 juin 1859.
    « CONTRE UNE VIEILLE..............Isaac de Benserade (1612-1691)..EXIL.............Victor .Hugo (1802-1885 »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :