• À RUFUS..............Constant Dubos (1768-1845)

    À RUFUS

    À RUFUS    

    Coponem laniumque balneumque,
    Tonsorem tabulamque calculosque
    Et paucos, sed ut eligam, libellos:
    Unum non nimium rudem sodalem             
    Et grandem puerum diuque levem
    Et caram puero meo puellam:
    Haec praesta mihi, Rufe, vel Butuntis,
    Et thermas tibi habe Neronianas.
    MARTIAL, II, 48.


              Un traiteur, des bains, un barbier,
    Une aimable moitié, peu savante, mais tendre,
    Quelques livres de choix, des échecs, un damier,
              Un ami qui sache m’entendre ;
              Dans le plus ingrat des pays
              Qu’on m’offre ces biens réunis,
              Et pour y vivre sous le chaume
    Je quitte sans regret les délices de Rome.
     

    « « The-best-of-the-Catsppsx »CONTRE LALAGÉE............Constant Dubos (1768-1845) »
    Google Bookmarks

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :