• L’USURIER EN AMOUR


      
    Vous me devez, depuis deux ans, 
    Trente baisers des plus charmants, 
    Je vous les ai gagnés à l’ombre : 
    J’en veux calculer l’intérêt 
    Et vous en augment’rez le nombre 
    Que vous me paierez, s’il vous plaît. 
      
    Trente baisers, charmante Iris, 
    N’étant payés qu’au dernier dix, 
    Valent bien cinq baisers de rente : 
    Trente baisers de capital, 
    Dix d’intérêt joints à ces trente, 
    Font quarante pour le total. 
      
    Acquittez-vous, car il est temps ; 
    Payez-moi mes baisers comptant, 
    Et le principal et la rente : 
    Car sans huissiers, ni sans recors, 
    Si vous en êtes refusante 
    Je vous y contraindrai par corps. 
      

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • LA VOYAGEUSE

    À Caroline Letessier


     

    I

    Au temps des pastels de Latour, 
    Quand l’enfant-dieu régnait au monde 
    Par la grâce de Pompadour, 
    Au temps des beautés sans seconde ; 
      
    Au temps féerique où, sans mouchoir, 
    Sur les lys que Lancret dessine 
    Le collier de taffetas noir 
    Lutte avec la mouche assassine ; 
      
    Au temps où la Nymphe du vin 
    Sourit sous la peau de panthère, 
    Au temps où Wateau le divin 
    Frète sa barque pour Cythère ; 
      
    En ce temps fait pour les jupons, 
    Les plumes, les rubans, les ganses, 
    Les falbalas et les pompons ; 
    En ce beau temps des élégances, 
      
    Enfant blanche comme le lait, 
    Beauté mignarde, fleur exquise, 
    Vous aviez tout ce qu’il fallait 
    Pour être danseuse ou marquise. 
      
    Ces bras purs et ce petit corps, 
    Noyés dans un frou-frou d’étoffes, 
    Eussent damné par leurs accords 
    Les abbés et les philosophes. 
      
    Vous eussiez aimé ces bichons 
    Noirs et feu, de race irlandaise, 
    Que l’on porte dans les manchons 
    Et que l’on peigne et que l’on baise. 
      
    La neige au sein, la rose aux doigts, 
    Boucher vous eût peinte en Diane 
    Montrant sa cuisse au fond du bois 
    Et pliant comme une liane, 
      
    Et Clodion eût fait de vous 
    Une provocante faunesse 
    Laissant mûrir au soleil roux 
    Les fruits pourprés de sa jeunesse ! 
      
    Car sur les lèvres vous avez 
    La malicieuse ambroisie 
    De tous ces paradis rêvés 
    Au siècle de la fantaisie, 
      
    Et, nonchalante Dalila, 
    Vous plaisez par la morbidesse 
    D’une nymphe de ce temps-là, 
    Moitié nonne et moitié déesse. 
      
    Vos cheveux aux bandeaux ondés 
    Récitent de leur onde noire 
    Des madrigaux dévergondés 
    À votre visage d’ivoire, 
      
    Et, ravis de ce front si beau, 
    Comme de vertes demoiselles, 
    Tous les enfants porte-flambeau 
    Vous suivent en battant des ailes. 
      
    Tous ces petits culs-nus d’Amours, 
    Groupés sur vos pas, Caroline, 
    Ont soin d’embellir vos atours 
    Et d’enfler votre crinoline, 
      
    Et l’essaim des Jeux et des Ris, 
    Doux vol qui folâtre et se joue, 
    Niche sous la poudre de riz 
    Dans les roses de votre joue. 
      
    Vos sourcils touffus, noirs, épais, 
    Ont des courbes délicieuses 
    Qui nous font songer à la paix 
    Sous les forêts silencieuses, 
      
    Et les écharpes de vos cils 
    Semblent avoir volé leurs franges 
    À la terre des alguazils, 
    Des manolas et des oranges. 
      

    II


    Au fait, vous avez donc été, 
    Loin de nos boulevards moroses, 
    Pendant tout ce dernier été, 
    Sous les buissons de lauriers-roses ? 
      
    Le fier soleil du Portugal 
    Vous tendait sa lèvre obstinée 
    Et faisait son meilleur régal 
    Avec votre peau satinée. 
      
    Mais vous, tordant sur l’éventail 
    Vos petits doigts aux blancheurs mates 
    Vous découpiez Scribe en détail 
    Pour les rois et les diplomates ; 
      
    Et, digne d’un art sans rivaux, 
    Pour charmer les chancelleries, 
    Vous avez traduit Marivaux 
    En mignonnes espiègleries. 
      
    C’est au mieux! L’astre des cieux clairs 
    Qui fait grandir le sycomore 
    Vous a donné des jolis airs 
    De Bohémienne et de More. 
      
    Vous avez pris, toujours riant, 
    Dans cet éternel jeu de barres, 
    La volupté de l’Orient 
    Et le goût des bijoux barbares, 
      
    Et vous rapportez à Paris, 
    Ville de toutes les décences, 
    Les molles grâces des houris 
    Ivres de parfums et d’essences. 
      
    C’est bien encor ! même à Turin 
    Menez Clairville, puisqu’on daigne 
    Nous demander un tambourin 
    Là-bas, chez le roi de Sardaigne. 
      
    Mais pourtant ne nous laissez pas 
    Nous consumer dans les attentes ! 
    Arrêtez une fois vos pas 
    Chez nous, et plantez-y vos tentes. 
      
    Tout franc, pourquoi mettre aux abois 
    Cet Éden, où le lion dîne 
    Chaque jour de la biche au bois 
    Et soupe de la musardine ? 
      
    Valets de cœur et de carreau 
    Et boyards aux fourrures d’ourses, 
    Loin de vous, sachez-le, Caro, 
    Tout s’ennuie, au bal comme aux courses. 
      
    Vous nous disputez les rayons 
    Avec des haines enfantines, 
    Et jamais plus nous ne voyons 
    Que les talons de vos bottines. 
      
    Songez-y! Vous cherchez pourquoi 
    Ma muse, qui n’est pas méchante, 
    M’ordonne de me tenir coi 
    Et ne veut plus que je vous chante ? 
      
    C’est que vos regards inhumains 
    Ont partout des intelligences, 
    Et tout le long des grands chemins 
    Vont arrêter les diligences. 

    *********

    Commentaire(s)
    Déposé par Cochonfucius le 8 octobre 2018 à 22h59

    Avec la dame de carreau 
    ----------------------------- 

    En rêve, il voit la dame de carreau, 
    Lui qui se prend pour le valet de pique ; 
    Qui sait comment l’analyste l’explique ? 
    Fait-il quérir un Maître de Tarot ? 

    En rêve, il voit la cage sans barreaux, 
    Et, pour sortir, rédige une supplique 
    Sur un papier plutôt microscopique 
    Qui, semble-t-il, provient du Figaro. 

    Le valet change et devient cavalier, 
    Ou capitaine, ou moine hospitalier, 
    Renonçant à toutes ses exigences. 

    Ah ! que penser de ce sort inhumain ? 
    Comment sortir de ce mauvais chemin ? 
    De rien ne sert sa pauvre intelligence.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • PENSÉE DES MORTS


      
                  Voilà les feuilles sans sève 
                  Qui tombent sur le gazon, 
                  Voilà le vent qui s’élève 
                  Et gémit dans le vallon, 
                  Voilà l’errante hirondelle 
                  Qui rase du bout de l’aile 
                  L’eau dormante des marais, 
                  Voilà l’enfant des chaumières 
                  Qui glane sur les bruyères 
                  Le bois tombé des forêts. 
      
                  L’onde n’a plus le murmure 
                  Dont elle enchantait les bois ; 
                  Sous des rameaux sans verdure 
                  Les oiseaux n’ont plus de voix ; 
                  Le soir est près de l’aurore, 
                  L’astre à peine vient d’éclore 
                  Qu’il va terminer son tour, 
                  Il jette par intervalle 
                  Une heure de clarté pâle 
                  Qu’on appelle encore un jour. 
      
                  L’aube n’a plus de zéphyre 
                  Sous ses nuages dorés, 
                  La pourpre du soir expire 
                  Sur les flots décolorés, 
                  La mer solitaire et vide 
                  N’est plus qu’un désert aride 
                  Où l’œil cherche en vain l’esquif, 
                  Et sur la grève plus sourde 
                  La vague orageuse et lourde 
                  N’a qu’un murmure plaintif. 
      
                  La brebis sur les collines 
                  Ne trouve plus le gazon, 
                  Son agneau laisse aux épines 
                  Les débris de sa toison, 
                  La flûte aux accords champêtres 
                  Ne réjouit plus les hêtres 
                  Des airs de joie ou d’amour, 
                  Toute herbe aux champs est glanée : 
                  Ainsi finit une année, 
                  Ainsi finissent nos jours ! 
      
                  C’est la saison où tout tombe 
                  Aux coups redoublés des vents ; 
                  Un vent qui vient de la tombe 
                  Moissonne aussi les vivants : 
                  Ils tombent alors par mille, 
                  Comme la plume inutile 
                  Que l’aigle abandonne aux airs, 
                  Lorsque des plumes nouvelles 
                  Viennent réchauffer ses ailes 
                  À l’approche des hivers. 
      
                  C’est alors que ma paupière 
                  Vous vit pâlir et mourir, 
                  Tendres fruits qu’à la lumière 
                  Dieu n’a pas laissé mûrir ! 
                  Quoique jeune sur la terre, 
                  Je suis déjà solitaire 
                  Parmi ceux de ma saison, 
                  Et quand je dis en moi-même : 
                  Où sont ceux que ton cœur aime ? 
                  Je regarde le gazon. 
      
                  Leur tombe est sur la colline, 
                  Mon pied la sait ; la voilà ! 
                  Mais leur essence divine, 
                  Mais eux, Seigneur, sont-ils là ? 
                  Jusqu’à l’indien rivage 
                  Le ramier porte un message 
                  Qu’il rapporte à nos climats ; 
                  La voile passe et repasse, 
                  Mais de son étroit espace 
                  Leur âme ne revient pas. 
      
                  Ah ! quand les vents de l’automne 
                  Sifflent dans les rameaux morts, 
                  Quand le brin d’herbe frissonne, 
                  Quand le pin rend ses accords, 
                  Quand la cloche des ténèbres 
                  Balance ses glas funèbres, 
                  La nuit, à travers les bois, 
                  À chaque vent qui s’élève, 
                  À chaque flot sur la grève, 
                  Je dis : N’es-tu pas leur voix ? 
      
                  Du moins si leur voix si pure 
                  Est trop vague pour nos sens, 
                  Leur âme en secret murmure 
                  De plus intimes accents ; 
                  Au fond des cœurs qui sommeillent, 
                  Leurs souvenirs qui s’éveillent 
                  Se pressent de tous côtés, 
                  Comme d’arides feuillages 
                  Que rapportent les orages 
                  Au tronc qui les a portés ! 
      
                  C’est une mère ravie 
                  À ses enfants dispersés, 
                  Qui leur tend de l’autre vie 
                  Ces bras qui les ont bercés ; 
                  Des baisers sont sur sa bouche, 
                  Sur ce sein qui fut leur couche 
                  Son cœur les rappelle à soi ; 
                  Des pleurs voilent son sourire, 
                  Et son regard semble dire : 
                  Vous aime-t-on comme moi ? 
      
                  C’est une jeune fiancée 
                  Qui, le front ceint du bandeau, 
                  N’emporta qu’une pensée 
                  De sa jeunesse au tombeau ; 
                  Triste, hélas ! dans le ciel même, 
                  Pour revoir celui qu’elle aime 
                  Elle revient sur ses pas, 
                  Et lui dit : Ma tombe est verte ! 
                  Sur cette terre déserte 
                  Qu’attends-tu ? Je n’y suis pas ! 
      
                  C’est un ami de l’enfance, 
                  Qu’aux jours sombres du malheur 
                  Nous prêta la Providence 
                  Pour appuyer notre cœur ; 
                  Il n’est plus ; notre âme est veuve, 
                  Il nous suit dans notre épreuve 
                  Et nous dit avec pitié : 
                  Ami, si ton âme est pleine, 
                  De ta joie ou de ta peine 
                  Qui portera la moitié ? 
      
                  C’est l’ombre pâle d’un père 
                  Qui mourut en nous nommant ; 
                  C’est une sœur, c’est un frère, 
                  Qui nous devance un moment ; 
                  Sous notre heureuse demeure, 
                  Avec celui qui les pleure, 
                  Hélas ! ils dormaient hier ! 
                  Et notre cœur doute encore, 
                  Que le ver déjà dévore 
                  Cette chair de notre chair ! 
      
                  L’enfant dont la mort cruelle 
                  Vient de vider le berceau, 
                  Qui tomba de la mamelle 
                  Au lit glacé du tombeau ; 
                  Tout ceux enfin dont la vie 
                  Un jour ou l’autre ravie, 
                  Emporte une part de nous, 
                  Murmurent sous la poussière : 
                  Vous qui voyez la lumière, 
                  Vous souvenez-vous de nous ? 
      
    Ah ! vous pleurer est le bonheur suprême, 
    Mânes chéris de quiconque a des pleurs ! 
    Vous oublier c’est s’oublier soi-même : 
    N’êtes-vous pas un débris de nos cœurs ? 
      
    En avançant dans notre obscur voyage, 
    Du doux passé l’horizon est plus beau, 
    En deux moitiés notre âme se partage, 
    Et la meilleure appartient au tombeau ! 
      
    Dieu du pardon ! leur Dieu ! Dieu de leurs pères ! 
    Toi que leur bouche a si souvent nommé ! 
    Entends pour eux les larmes de leurs frères ! 
    Prions pour eux, nous qu’ils ont tant aimé ! 
      
    Ils t’ont prié pendant leur courte vie, 
    Ils ont souri quand tu les as frappés ! 
    Ils ont crié : Que ta main soit bénie ! 
    Dieu, tout espoir ! les aurais-tu trompés ? 
      
    Et cependant pourquoi ce long silence ? 
    Nous auraient-ils oubliés sans retour ? 
    N’aiment-ils plus ? Ah ! ce doute t’offense ! 
    Et toi, mon Dieu, n’es-tu pas tout amour ? 
      
    Mais, s’ils parlaient à l’ami qui les pleure, 
    S’ils nous disaient comment ils sont heureux, 
    De tes desseins nous devancerions l’heure, 
    Avant ton jour nous volerions vers eux. 
      
    Où vivent-ils ? Quel astre, à leur paupière 
    Répand un jour plus durable et plus doux ? 
    Vont-ils peupler ces îles de lumière ? 
    Ou planent-ils entre le ciel et nous ? 
      
    Sont-ils noyés dans l’éternelle flamme ? 
    Ont-ils perdu ces doux noms d’ici-bas, 
    Ces noms de sœur et d’amante et de femme ? 
    À ces appels ne répondront-ils pas ? 
      
    Non, non, mon Dieu, si la céleste gloire 
    Leur eût ravi tout souvenir humain, 
    Tu nous aurais enlevé leur mémoire ; 
    Nos pleurs sur eux couleraient-ils en vain ? 
      
    Ah ! dans ton sein que leur âme se noie ! 
    Mais garde-nous nos places dans leur cœur ; 
    Eux qui jadis ont goûté notre joie, 
    Pouvons-nous être heureux sans leur bonheur ? 
      
    Étends sur eux la main de ta clémence, 
    Ils ont péché ; mais le ciel est un don ! 
    Ils ont souffert ; c’est une autre innocence ! 
    Ils ont aimé ; c’est le sceau du pardon ! 
      
                  Ils furent ce que nous sommes, 
                  Poussière, jouet du vent ! 
                  Fragiles comme des hommes, 
                  Faibles comme le néant ! 
                  Si leurs pieds souvent glissèrent, 
                  Si leurs lèvres transgressèrent 
                  Quelque lettre de ta loi, 
                  Ô Père ! ô Juge suprême ! 
                  Ah ! ne les vois pas eux-même, 
                  Ne regarde en eux que toi ! 
      
                  Si tu scrutes la poussière, 
                  Elle s’enfuit à ta voix ! 
                  Si tu touches la lumière, 
                  Elle ternira tes doigts ! 
                  Si ton œil divin les sonde, 
                  Les colonnes de ce monde 
                  Et des cieux chancelleront : 
                  Si tu dis à l’innocence : 
                  Monte et plaide en ma présence ! 
                  Tes vertus se voileront. 
      
                  Mais toi, Seigneur, tu possèdes 
                  Ta propre immortalité ! 
                  Tout le bonheur que tu cèdes 
                  Accroît ta félicité ! 
                  Tu dis au soleil d’éclore, 
                  Et le jour ruisselle encore ! 
                  Tu dis au temps d’enfanter, 
                  Et l’éternité docile, 
                  Jetant les siècles par mille, 
                  Les répand sans les compter ! 
      
                  Les mondes que tu répares 
                  Devant toi vont rajeunir, 
                  Et jamais tu ne sépares 
                  Le passé de l’avenir ; 
                  Tu vis ! et tu vis ! les âges, 
                  Inégaux pour tes ouvrages, 
                  Sont tous égaux sous ta main ; 
                  Et jamais ta voix ne nomme, 
                  Hélas ! ces trois mots de l’homme : 
                  Hier, aujourdhui, demain ! 
      
                  Ô Père de la nature, 
                  Source, abîme de tout bien, 
                  Rien à toi ne se mesure, 
                  Ah ! ne te mesure à rien ! 
                  Mets, ô divine clémence, 
                  Mets ton poids dans la balance, 
                  Si tu pèses le néant ! 
                  Triomphe, ô vertu suprême ! 
                  En te contemplant toi-même, 
                  Triomphe en nous pardonnant 
      

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • JEANNE ENDORMIE — IV

    JEANNE ENDORMIE — IV


      
    L’oiseau chante ; je suis au fond des rêveries. 
      
    Rose, elle est là qui dort sous les branches fleuries, 
    Dans son berceau tremblant comme un nid d’alcyon, 
    Douce, les yeux fermés, sans faire attention 
    Au glissement de l’ombre et du soleil sur elle. 
    Elle est toute petite, elle est surnaturelle. 
    Ô suprême beauté de l’enfant innocent ! 
    Moi je pense, elle rêve ; et sur son front descend 
    Un entrelacement de visions sereines ; 
    Des femmes de l’azur qu’on prendrait pour des reines, 
    Des anges, des lions ayant des airs bénins, 
    De pauvres bons géants protégés par des nains, 
    Des triomphes de fleurs dans les bois, des trophées 
    D’arbres célestes, pleins de la lueur des fées, 
    Un nuage où l’éden apparaît à demi, 
    Voilà ce qui s’abat sur l’enfant endormi. 
    Le berceau des enfants est le palais des songes ; 
    Dieu se met à leur faire un tas de doux mensonges ; 
    De là leur frais sourire et leur profonde paix. 
    Plus d’un dira plus tard : Bon Dieu, tu me trompais. 
    Mais le bon Dieu répond dans la profondeur sombre : 
    — Non. Ton rêve est le ciel. Je t’en ai donné l’ombre. 
    Mais ce ciel, tu l’auras. Attends l’autre berceau ; 
    La tombe. — 
      
                          Ainsi je songe. Ô printemps ! Chante, oiseau ! 
      

    31 mai.
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • JEANNE ENDORMIE — II

    JEANNE ENDORMIE — II..............Victor


      
    Elle dort ; ses beaux yeux se rouvriront demain ; 
    Et mon doigt qu’elle tient dans l’ombre emplit sa main ; 
    Moi, je lis, ayant soin que rien ne la réveille, 
    Des journaux pieux ; tous m’insultent ; l’un conseille 
    De mettre à Charenton quiconque lit mes vers ; 
    L’autre voue au bûcher mes ouvrages pervers ; 
    L’autre, dont une larme humecte les paupières, 
    Invite les passants à me jeter des pierres ; 
    Mes écrits sont un tas lugubre et vénéneux 
    Où tous les noirs dragons du mal tordent leurs nœuds ; 
    L’autre croit à l’enfer et m’en déclare apôtre ; 
    L’un m’appelle Antéchrist, l’autre Satan, et l’autre 
    Craindrait de me trouver le soir au coin d’un bois ; 
    L’un me tend la ciguë et l’autre me dit : Bois ! 
    J’ai démoli le Louvre et tué les otages ; 
    Je fais rêver au peuple on ne sait quels partages ; 
    Paris en flamme envoie à mon front sa rougeur ; 
    Je suis incendiaire, assassin, égorgeur, 
    Avare, et j’eusse été moins sombre et moins sinistre 
    Si l’empereur m’avait voulu faire ministre ; 
    Je suis l’empoisonneur public, le meurtrier ; 
    Ainsi viennent en foule autour de moi crier 
    Toutes ces voix jetant l’affront, sans fin, sans trêve ; 
    Cependant l’enfant dort, et, comme si son rêve 
    Me disait : — Sois tranquille, ô père, et sois clément ! — 
    Je sens sa main presser la mienne doucement. 
      

    2 décembre 1873.
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • JEANNE ENDORMIE — III


      
    Jeanne dort ; elle laisse, ô pauvre ange banni, 
    Sa douce petite âme aller dans l’infini ; 
    Ainsi le passereau fuit dans la cerisaie ; 
    Elle regarde ailleurs que sur terre, elle essaie, 
    Hélas, avant de boire à nos coupes de fiel, 
    De renouer un peu dans l’ombre avec le ciel. 
    Apaisement sacré ! ses cheveux, son haleine, 
    Son teint, plus transparent qu’une aile de phalène, 
    Ses gestes indistincts, son calme, c’est exquis. 
    Le vieux grand-père, esclave heureux, pays conquis, 
    La contemple. 
      
                              Cet être est ici-bas le moindre 
    Et le plus grand ; on voit sur cette bouche poindre 
    Un rire vague et pur qui vient on ne sait d’où ; 
    Comme elle est belle ! Elle a des plis de graisse au cou ; 
    On la respire ainsi qu’un parfum d’asphodèle ; 
    Une poupée aux yeux étonnés est près d’elle, 
    Et l’enfant par moments la presse sur son cœur. 
    Figurez-vous cet ange obscur, tremblant, vainqueur, 
    L’espérance étoilée autour de ce visage, 
    Ce pied nu, ce sommeil d’une grâce en bas âge. 
    Oh ! quel profond sourire, et compris de lui seul, 
    Elle rapportera de l’ombre à son aïeul ! 
    Car l’âme de l’enfant, pas encor dédorée, 
    Semble être une lueur du lointain empyrée, 
    Et l’attendrissement des vieillards, c’est de voir 
    Que le matin veut bien se mêler à leur soir. 
      
    Ne la réveillez pas. Cela dort, une rose. 
    Jeanne au fond du sommeil médite, et se compose 
    Je ne sais quoi de plus céleste que le ciel. 
    De lys en lys, de rêve en rêve, on fait son miel, 
    Et l’âme de l’enfant travaille, humble et vermeille, 
    Dans les songes ainsi que dans les fleurs l’abeille. 
      

    12 août
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • BAGAGES

    BAGAGES................


      
    Bout-ci, bout-là, ou bien en pile, 
    (Fragile !) 
    Dans le fourgon on les empile, 
    Valises 
    Recouvertes de toile grise, 
    Chapelières, paniers d’osier, 
    Dont d’Hozier 
    Reconnaîtrait et saluerait les initiales, 
    Mais qu’ignorent les employés, 
    Qui ne sont pas monsieur Crozier, 
    Et qui, voyant sur une malle 
    F. F., 
    S’en ficheraient comme de nèfles ; — 
    Ouste ! cantines d’officier ; 
    Malles rurales, 
    Dont le bois blanc s’orne de poils ; 
    Étuis, où l’on met ces chapeaux 
    Que l’on compare à des tuyaux 
    De poêle ; 
    Plates, mais innombrables caisses 
    Des représentants de commerce, 
    Et de notre gaîté française ; — 
    Sans précautions inutiles, 
    Au fourgon en pile s’empilent, 
    (Fragile !) — 
      
    On s’installe du mieux qu’on peut ; 
    Pour faire ensemble un long voyage, 
    Il faut bien s’entraider un peu, 
    (Qu’importe la roture ou qu’on ait le sang bleu !) 
    Entre bagages... 
      
    D’ailleurs, tous sont bien vite unis 
    Dans un commun sentiment de mépris 
    Pour une pauvre bicyclette 
    Qu’ils voient dans un coin, et lui jettent 
    D’ironiques regards, l’accablent de lazzis : 
    — Hou ! madame la Bicyclette, 
    Hou ! hou ! 
    Que vous nous faites de la peine ! 
    Vraiment, si nous avions des roues 
    Comme vous, 
    Nous aurions honte qu’on nous traîne ! — 
      
    Et sournoisement chacun use 
    De ruse 
    Pour venir bousculer l’intruse : 
      
    Trop heureux s’ils pouvaient briser à la pauvrette, 
    Par hasard, un rayon ou deux, 
    Ou, ce qui vaudrait mieux, 
    Son pneu, 
      
    Afin de lui bien mettre en tête 
    Que les trains ne sont pas faits pour les bicyclettes. 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Quand je perdais les plus beaux de mes jours 
    Si doucement aux pieds de ma maîtresse, 
    J’imaginais dans ma crédule ivresse, 
    Qu’un tel bonheur devait durer toujours. 
    « Qu’importe, hélas ! me disais-je à moi-même, 
    « Que le temps vole ? il doit peu m’alarmer. 
    « Après mille ans peut-on cesser d’aimer 
    « Ce qu’une fois éperdument on aime ? 
    « Quand j’aurai vu, moins bouillant dans mes vœux, 
    « S’évanouir les erreurs du bel âge, 
    « Et que mon front, dégarni de cheveux, 
    « M’avertira qu’il est temps d’être sage, 
    « Rendu pour lors à mes premiers penchants, 
    « J’irai, j’irai, loin du monde volage, 
    « De mes aïeux cultiver l’héritage, 
    « Tondre ma vigne, et labourer mes champs. 
    « Dans mon foyer ma compagne fidèle, 
    « Mon Eucharis, viendra donner des lois ; 
    « Le doux ramier reconnaîtra sa voix, 
    « Et mes agneaux bondiront autour d’elle. 
    « Elle saura, dans la saison nouvelle, 
    « Porter des fleurs au jeune dieu des bois : 
    « Elle saura, puissant fils de Sémèle, 
    « T’offrir les dons du plus riche des mois, 
    « Et surcharger ta couronne immortelle 
    « D’un raisin mûr qui rougira ses doigts. 
    « Mon Eucharis fermera ma paupière : 
    « Oui ! je mourrai dans ses embrassements ; 
    « Et là, sans pompe, un jour la même pierre 
    « Sous des cyprès unira deux amants. » 
      
    Je le disais. Quelle erreur insensée, 
    Quel fol espoir enivrait ma pensée ! 
    Les vents hélas ! en tourbillons fougueux 
    Sur l’océan ont emporté mes vœux. 
    Mon Eucharis est trompeuse et parjure. 
    Qu’ai-je donc fait ? et quelle est son injure ? 
    Ai-je un seul jour, négligeant ses attraits, 
    À ses beaux yeux coûté de tristes larmes ? 
    Ai-je, la nuit, dans des festins secrets, 
    Par mes clameurs ou mes chants indiscrets, 
    En l’éveillant, excité ses alarmes ? 
    Dans mon malheur si j’ai pu l’offenser, 
    Je cours m’offrir à sa main vengeresse : 
    De tout mon sang je suis près d’effacer 
    Les pleurs jaloux qu’a versés sa tendresse. 
    Mais tremble, ô toi qui ris de mon tourment ; 
    Tremble : l’amour t’en réserve un terrible. 
    Censeur malin, crains cet arc invincible, 
    Qui d’un seul coup frappe et venge un amant. 
    Pour avoir ri des maux de la jeunesse, 
    À ses chagrins pour avoir insulté, 
    Que d’imprudents j’ai vus, dans leur vieillesse, 
    Tendre leurs mains aux fers de la beauté, 
    Balbutier un aveu ridicule, 
    Se parfumer, parer leurs cheveux blancs, 
    Et, tout transis au pied d’un vestibule, 
    De leur martyre amuser les passants ! 
    Ah ! si je puis, revoyant l’inhumaine, 
    Seule un instant du moins l’entretenir, 
    À ses genoux si le sort me ramène, 
    Peut-être hélas ! mes tourments vont finir. 
    Mon Eucharis connaîtra ma tendresse ; 
    Elle craindra de me désespérer. 
    Heureux l’amant, quitté de sa maîtresse, 
    Qui la rencontre, et qu’elle voit pleurer ! 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • PROPHÉTIE


      
    Tes cheveux aux blonds verts s’imprègnent d’émeraude 
          Sous le ciel pareil aux feuillages clairs. 
          L’odeur des pavots se répand et rôde 
          Ainsi qu’un soupir mourant dans les airs. 
          Les yeux attachés sur ton fin sourire, 
          J’admire son art et sa cruauté, 
          Mais la vision des ans me déchire, 
    Et, prophétiquement, je pleure ta beauté ! 
      
    Puisque telle est la loi lamentable et stupide, 
          Tu te flétriras un jour, ah ! mon lys ! 
          Et le déshonneur public de la ride 
          Marquera ton front de ce mot : Jadis ! 
          Tes pas oublieront ce rythme de l’onde ; 
          Ta chair sans désir, tes membres perclus 
          Ne frémiront plus dans l’ardeur profonde : 
    L’amour désenchanté ne te connaîtra plus. 
      
    Ton sein ne battra plus comme l’essor de l’aile 
          Sous l’oppression du cœur généreux, 
          Et tu fuiras l’heure exquise et cruelle 
          Où l’ombre pâlit le front des heureux. 
          Ton sommeil craindra l’aurore où persiste 
          Le dernier rayon des derniers flambeaux : 
          Ton âme de vierge amoureuse et triste 
    S’éteindra dans tes yeux plus froids que les tombeaux

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires