• Le Legs

    Recueil : "Ce cœur qui haïssait la guerre"

    Le Legs..............Robert DESNOS 1900-1945

    Et voici, Père Hugo, ton nom sur les murailles !
    Tu peux te retourner au fond du Panthéon
    Pour savoir qui a fait cela. Qui l’a fait ? On !
    On c’est Hitler, on c’est Goebbels… C’est la racaille,

    Un Laval, un Pétain, un Bonnard, un Brinon,
    Ceux qui savent trahir et ceux qui font ripaille,
    Ceux qui sont destinés aux justes représailles
    Et cela ne fait pas un grand nombre de noms.

    Ces gens de peu d’esprit et de faible culture
    Ont besoin d’alibis dans leur sale aventure.
    Ils ont dit : « Le bonhomme est mort. Il est dompté. »

    Oui, le bonhomme est mort. Mais par-devant notaire
    Il a bien précisé quel legs il voulait faire :
    Le notaire a nom : France, et le legs : Liberté.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les Hiboux

    Recueil : "Chantefables"

    Les Hiboux.............Robert DESNOS 1900-1945

    Ce sont les mères des hiboux
    Qui désiraient chercher les poux
    De leurs enfants, leurs petits choux,
    En les tenant sur les genoux.

    Leurs yeux d’or valent des bijoux,
    Leur bec est dur comme cailloux,
    Ils sont doux comme des joujoux,
    Mais aux hiboux point de genoux !

    Votre histoire se passait où ?
    Chez les Zoulous ? les Andalous ?
    Ou dans la cabane Bambou ?
    À Moscou ou à Tombouctou ?
    En Anjou ou dans le Poitou ?
    Au Pérou ou chez les Mandchous ?

    Hou ! Hou !

    Pas du tout c’était chez les fous.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L’Oiseau du Colorado

    Recueil : "Destinée arbitraire"

    L’Oiseau du Colorado.............Robert DESNOS.

    L’oiseau du Colorado
    Mange du miel et des gâteaux
    Du chocolat et des mandarines
    Des dragées des nougatines
    Des framboises des roudoudous
    De la glace et du caramel mou.

    L’oiseau du Colorado
    Boit du champagne et du sirop
    Suc de fraise et lait d’autruche
    Jus d’ananas glacé en cruche
    Sang de pêche et navet
    Whisky menthe et café.

    L’oiseau du Colorado
    Dans un grand lit fait un petit dodo
    Puis il s’envole dans les nuages
    Pour regarder les images
    Et jouer un bon moment
    Avec la pluie et le beau temps.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Non l’amour n’est pas mort

    Recueil : "À la mystérieuse"

    Non l’amour n’est pas mort...........Robert DESNOS

    Non, l’amour n’est pas mort en ce cœur et ces yeux et cette bouche
    qui proclamait ses funérailles commencées.
    Écoutez, j’en ai assez du pittoresque et des couleurs et du charme.
    J’aime l’amour, sa tendresse et sa cruauté.
    Mon amour n’a qu’un seul nom, qu’une seule forme.
    Tout passe. Des bouches se collent à cette bouche.
    Mon amour n’a qu’un nom, qu’une seule forme.
    Et si quelque jour tu t’en souviens
    Ô toi, forme et nom de mon amour,
    Un jour sur la mer entre l’Amérique et l’Europe,
    À l’heure où le rayon final du soleil se réverbère sur la surface ondulée des vagues,
    ou bien une nuit d’orage sous un arbre dans la campagne,
    ou dans une rapide automobile,
    Un matin de printemps boulevard Malesherbes,
    Un jour de pluie,
    À l’aube avant de te coucher,
    Dis-toi, je l’ordonne à ton fantôme familier, que je fus seul à t’aimer davantage
    et qu’il est dommage que tu ne l’aies pas connu.
    Dis-toi qu’il ne faut pas regretter les choses : Ronsard avant moi
    et Baudelaire ont chanté le regret des vieilles et des mortes
    qui méprisèrent le plus pur amour.
    Toi quand tu seras morte
    Tu seras belle et toujours désirable.
    Je serai mort déjà, enclos tout entier en ton corps immortel, en ton image étonnante
    présente à jamais parmi les merveilles perpétuelles de la vie et de l’éternité,
    mais si je vis
    Ta voix et son accent, ton regard et ses rayons,
    L’odeur de toi et celle de tes cheveux et beaucoup d’autres choses encore vivront en moi,
    Et moi qui ne suis ni Ronsard ni Baudelaire,
    Moi qui suis Robert Desnos et qui pour t’avoir connue et aimée,
    Les vaux bien ;
    Moi qui suis Robert Desnos, pour t’aimer
    Et qui ne veux pas attacher d’autre réputation à ma mémoire sur la terre méprisable.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • L’Escargot

    Recueil : "Chantefables"

    L’Escargot.............Robert DESNOS

    Est-ce que le temps est beau ?
    Se demandait l’escargot
    Car, pour moi, s’il faisait beau
    C’est qu’il ferait vilain temps.
    J’aime qu’il tombe de l’eau,
    Voilà mon tempérament.

    Combien de gens, et sans coquille,
    N’aiment pas que le soleil brille.
    Il est caché ? Il reviendra !
    L’escargot ? On le mangera.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un printemps extraordinaire.

    Un printemps extraordinaire............Marie Laborde

    Pour savourer un printemps étonnement prestigieux,

    Rendez vous au pied des massifs montagneux.

    Le décor est à couper le souffle, c’est magique,

    Encore plus fabuleux aux abords d’un lac féerique

    Où l’azur et la blancheur neigeuse calquent leur beauté

    Sur les flots calmes à peine frissonnants au vent léger.

    Au loin, la montagne encore blanchie vers les sommets

    Offre ses platines lumineux et ses tons de gris variés.

    Plus près, des bleu-nuit puis des verts clairs ou sombres

    Dévalent la pente abrupte d’un rocher noyé d’ombre.

    A nos pieds, un tapis fleuri étale ses divers coloris

    Parmi le vert tendre, du rose, du jaune et du blanc exquis,

    Comment ne pas apprécier la splendeur de cette fresque divine !

    Elle nous offre toute la palette chromatique et nous fascine.

    Alors que le soleil s’immisce dans un interstice nuageux,

    Il déploie ses derniers rayons à l’approche du couchant radieux.

    Comme un diamant, il projette ses éclats orangés

    Qui se déposent au hasard, délicatement, sur les sommets.

    Il allume de feu les vapeurs obscures au firmament

    Et dépose des nuances rosies sur le panorama captivant.

    Sont-ce des crocus tournés vers l’astre solaire ?

    Au petit matin, ils devront s’incliner à l’inverse.

    Les mystères de dame nature sont édéniques,

    Il suffit d’ouvrir son cœur pour savourer un bonheur onirique.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Télécharger «

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Télécharger «

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Télécharger «

    Google Bookmarks

    3 commentaires