• Télécharger 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La signification religieuse de Pâques

    La signification religieuse de Pâques

    La fête de Pâques est une journée de réjouissances pour les Chrétiens, car elle commémore la résurrection du Christ. Le mot "Pâques" vient de "Pessa'h", mot qui désigne la Pâque juive qui célèbre la sortie des Israélites d'Égypte. En effet, la passion du Christ a eu lieu durant les fêtes de Pessa'h, que Jésus célébrait alors en tant que Juif. Certains symboles sont d'ailleurs communs aux deux fêtes, comme l'agneau pascal, le pain sans levain et l'oeuf.

    Traditionnellement, cette période est favorable aux baptêmes. L'Église considère également que les Chrétiens doivent communier au moins une fois dans l'année, au moment de Pâques. D'où l'expression "faire ses pâques", qui signifie se confesser et communier durant la période pascale.

    Les traditions de Pâques

    Oeufs de Pâques

    L'oeuf, symbole de vie

    Bien avant l'ère chrétienne, l'œuf était déjà chargé de sens et la coutume de s'offrir des œufs au printemps est donc antérieure à la fête de Pâques. L'œuf symbolise en effet la promesse de la vie et a donc toujours été considéré comme un présent de bon augure. Lorsque l'œuf a été associé à la fête de Pâques, le rapprochement était évident entre la promesse de vie que représente l'œuf et la résurrection du Christ. Par ailleurs la belle forme de l'œuf en fait un symbole de perfection.

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Le Bonheur

    Le Bonheur ..............

     Un beau paysage, l’amour en partage...

    La complicité d’une soeur, voilà le bonheur !  

    Le sourire d’un enfant,

    Sa première dent,

    Entendre des chansons

    Au rythme des saisons...

    C’est le bonheur !  

     

      Protéger la vieillesse

    Par la présence de la jeunesse,

    Écarter l’être du mal

    Sans lui faire la morale

    C’est le bonheur!  

     

    Cracher son venin,

    Son dégoût, c’est malsain,

    L’écrire, le chanter,

      Àqui veut l’écouter,

    C’est le bonheur!  

     

     Prendre un pinceau

    Le faire glisser sur le tableau

    Avec des couleurs chatoyantes

    Créer une image chantante

    C’est vraiment le bonheur!  

     

    Un moment présent

    Près de toi Maman,

    Papa toujours à ses côtés

    Une retraite bien méritée

    Voilà le bonheur!  

     

    Les soirées télé

    Toi dans le canapé,

    Moi dans le fauteuil,

    Un sourire, un clin d’oeil

    C’est le bonheur!  

     

    Une soirée entre copains,

    S’éclater comme des gamines,

    Micro, batterie et guitare ,

    Rêvant d’être star

    Voilà mon bonheur !    (Du Net)

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Poésie De Pâques Glanées Ici & Là...

    Poésie De Pâques Glanées Ici & Là...

    Trois petits oeufs

    La poulette noire a couvé
    Trois petits oeufs qu’elle a trouvés,
    Trois petit oeufs enveloppés
    Dans du papier rouge et doré.

     Un Beau Matin, Dans Le Grenier...

    Trois petits poussins sont nés...
    Trois petits poussins, mais voilà !
    Ils étaient en chocolat !

    Corinne ALBAUT - "Comptines en chocolat"

    À La Pêche Aux Chocolats

    Dans le petit panier plat
    De fritures en chocolat
    J'ai pêché tout un repas.
    Une crevette et un brochet,
    Une moule et un rouget,
    Une baleine et un requin,
    Une étoile et un oursin,
    Un homard et une tortue
    J'ai tout mangé tout cru !

    Corinne ALBAUT - "Comptines en chocolat"

    Les oeufs de Pâques

    La poule en chocolat pondit
    De tout petits oeufs dans son nid,
    Des oeufs de toutes les couleurs,
    Joyeux comme un bouquet de fleurs,
    Sans blanc ni jaune à l'intérieur.
    C'étaient des oeufs à la liqueur.

    Farce à Pâques

    Devant moi, trois coquetiers.
    Dans les trois coquetiers,
    Trois oeufs bien droits posés !

    Celui-là est en bois :
    Je n'y goûterai pas !
    Mais il est doux contre ma joue.

    Celui-là est ouvert...

    Toc-toc-toc, c'est l'oeuf coque,
    Que je mange à la petite cuiller.

    Celui-là est en chocolat :
    C'est l'oeuf que je préfère.
    Je le garde pour mon dessert.

    Françoise Bobe

    J'ai Trouvé Un Bel Oeuf

    J'ai trouvé un bel œuf bleu
    bleu comme une rivière,
    bleu comme le ciel
    le lapin l'avait caché
    dans l'herbe du pré.

    J'ai trouvé un bel œuf jaune
    jaune comme de l'or,
    jaune comme un canari
    le lapin l'avait caché
    derrière un pommier.

    J'ai trouvé un bel œuf blanc
    Blanc comme la neige,
    Blanc comme le muguet
    Il était au poulailler,
    alors moi, je l'ai mangé !

    Maurice COYAUD (1934 - ) - "Fourmis sans ombre"

    *************

    Poésie De Pâques Glanées Ici & Là...

    Une poule sur un mur

    Une poule sur un mur
    A pondu quatorze oeufs frais.
    Mais pendant qu'elle pondait,
    Le soleil d'août les cuisait.

    Une poule sur un mur
    A couvé quatorze oeufs durs.
    Il en sortit des poulets
    Aussi dur que des galets.

    À peine nés, ils roulèrent
    Pesamment jusqu'au ruisseau
    Malgré les cris de leur mère
    Éplorée au bord de l'eau.

    C'est depuis lors que l'on voit,
    Folle encor' de désarroi,
    Une poule sur un mur
    Qui picote du pain dur,

    C'est depuis lors que l'on voit
    - Picoti et Picota -
    Une poule qui cent fois
    Grimpe au mur et saute en bas.

    Maurice Carême

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Avant le temps tes temples fleuriront

    Avant le temps tes temples fleuriront

    Avant le temps tes temples fleuriront,
    De peu de jours ta fin sera bornée,
    Avant le soir se clorra ta journée ,
    Trahis d'espoir tes pensers periront :

    Sans me flechir tes escrits fletriront,
    En ton desastre ira ma destinée,
    Ta mort sera pour m'aimer terminée,
    De tes souspirs noz neveux se riront.

    Tu seras fait d'un vulgaire la fable :
    Tu bastiras sus l'incertain du sable,
    Et vainement tu peindras dans les cieux :

    Ainsi disoit la Nymphe qui m'afolle,
    Lors que le ciel tesmoin de sa parolle,
    D'un dextre éclair fut presage à mes yeux

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • Amour, tu sembles ...

    Amour, tu sembles ................Pierre de RONSARD   (1524-1585)

    Amour tu semble au phalange qui point
    Lui de sa queüe, et toi de ta quadrelle :
    De tous deux est la pointure mortelle,
    Qui rempe au coeur, et si n'aparoist point.

    Sans soufrir mal tu me conduis au point
    De la mort dure, et si ne voy par quelle
    Playe je meurs, ny par quelle moüelle
    Ton venin s'est autour de mon coeur joint.

    Ceus qui se font saigner le pié dans l'eau,
    Meurent sans mal, pour un crime nouveau
    Fait à leur roy, par traitreuse cautelle :

    Je meurs comme eus, voire et si je n'ay fait
    Encontre amour, ni traison, ni forfait,
    Si trop aymer un crime ne s'appelle.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Marie, que je sers en trop cruel destin

    Marie, que je sers en trop cruel destin,
    Quand d'un baiser d'amour votre bouche me baise,
    Je suis tout éperdu, tant le coeur me bat d'aise.
    Entre vos doux baisers puissé-je prendre fin !

    Il sort de votre bouche un doux flair, qui le thym,
    Le jasmin et l'oeillet, la framboise et la fraise
    Surpasse de douceur, tant une douce braise
    Vient de la bouche au coeur par un nouveau chemin.

    Il sort de votre sein une odoreuse haleine
    (Je meurs en y pensant) de parfum toute pleine,
    Digne d'aller au ciel embaumer Jupiter.

    Mais quand toute mon âme en plaisir se consomme
    Mourant dessus vos yeux, lors pour me dépiter
    Vous fuyez de mon col, pour baiser un jeune homme.

    Google Bookmarks

    votre commentaire