• Le temps.

    Le temps.........Nicole Clément Keusser

    Sur le cadran jauni de l’horloge qui pleure,

    Dans ce lourd silence profond et pénétrant

    Chaque secondes  me paraissent des heures,

     Qui bousculent  le puzzle de mes sentiments.

     

    Sur du papier blanc j’estampille des mots noirs,

    La nostalgie du temps passé  de moi s’empare

    Par lambeaux, amours, joies, peines et désespoirs

    S’entremêlent dans la bibliothèque de ma mémoire.

     

    Complexe amalgame qui  tourmente mon esprit.

    Le yin et le yang, le blanc ou le noir, le jour ou la nuit.

    Ouvrage incohérent torturant mon cœur à l’ infini.

    Et les heures pleurent sur mes mains  engourdies.

     

    Nicole Clément Keusser

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Ultime soir ........Vik Thor

    Voici l'ultime soir

    où j'abrège mon sort

    d'un seul coup de rasoir

    je me donne à la Mort.

     

    La bête est là, hideuse,

    s'abreuve de mon sang

    et me vide la gueuse

    m'emportant lentement.

     

    Tandis que je m’envole

    au-dessus de ma vie

    ma carcasse s’étiole

    sur ce banc du parvis.

     

    Les passant s’éternisent

    devant ce petit coin

    un clochard agonise

    "ça en fait un de moins".

     

    Aucun regard ami

    pour mes derniers instants

    c'est fou mais je souris

    je les quitte content.

     

    La bête est là, immonde,

    pour finir son festin

    m’effaçant de ce monde

    où je ne laisse rien.

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Je suis

     deux jeunes à écouter... du rap oui mais du bon... des poètes de rue.

    Je suis
    Enfermé, à l'étroit dans ma cellule
    Tous les jours le même café mais c'est le temps qui est soluble
    Ces bonnes actions que l'on regrette
    Ces erreurs que l'on refait
    Au parloir je parle autant à mon fils qu'à mon reflet

    Je suis
    Gelé, j'enchaîne les verres et les hivers
    Pour se rassurer les passants doivent tous penser que l'on hiberne
    Bercé par le son des pas et le bruit des pièces dans les poches
    Entre ce type et mon chien, je me demande de qui j'suis le plus proche

    Je suis
    Riche, ils veulent me faire croire que c'est une honte
    Comme si j'étais responsable de toute la misère du monde
    Moi j'dois rien à personne, même si l'argent vient à manquer
    Ils veulent tous goûter au fruit de l'arbre que j'ai planté

    Je suis
    Malade, mais j'préfère dire "futur soigné"
    Mes pupilles fixent l'aiguille de la montre qui brille sur mon poignet
    A l'étroit dans mon corps, j'regarde le monde par le trou d'la serrure
    Les gens diront que je n'ai fait qu'agrandir celui de la Sécu

    Je suis
    Croyant, on me reproche souvent de l'être
    On me reproche ma barbe pourtant j'ai la même que Jean Jaurès
    On me compare à des barbares auxquels je n'ai jamais cru
    Les mosquées sont trop petites alors parfois je prie dans la rue

    Je suis
    Un peu perdu, mes p'tits poumons se remplissent d'air
    Nouveau venu sur Terre
    Mes premières larmes déclenchent celles de mon père
    Une chance, auprès de ma famille je m'sens à ma place
    Mais je n'oublie pas que j'aurais pu naître dans la chambre d'en face

    Je suis
    Seul, au fond d'un couloir, on demande pas mon avis
    J'ai pris de l'âge donc voilà j'ai bien plus de rides que d'amis
    J'aimerais partager mes erreurs, vous faire part de mes doutes
    Parfois j'me parle à moi-même pour être sûr que quelqu'un m'écoute

    Je suis
    Épuisé, mais plus pour longtemps j'en suis sûr
    Les sonneries de téléphone, la pression ont élargi mes blessures
    J'me souviens pas d'la date de mon dernier fou rire
    Je suis un homme bientôt je serai un souvenir

    Je suis
    Enfin là, cette terre n'est plus un mirage
    Je suis, arrivé par bateau mais surtout par miracle
    Une nouvelle vie m'attend ici, bien plus calme et plus stable
    Ce matin j'ai écrit "tout va bien" au dos de la carte postale

    Je suis
    Fier, mais comment vous décrire tout ce que j'ressens
    Quand je marche en ville, de moins en moins de gens me ressemblent
    Dans l'ascenseur, je parle même plus la langue de ma voisine
    A force de planter des arbres, y'aura plus d'places pour nos racines

    Je suis
    Fatigué, mal au dos et mal aux reins
    Les rides sur mon visage me rappellent les montagnes de là où j'viens
    On m'a menti, et c'est trop tard que je l'ai compris
    On dit qu'ce pays n'est pas le mien alors qu'c'est moi qui l'ai construit

    Je suis
    Assis, et le destin a fait que j'me relèverai jamais
    Dans cet océan j'ai l'impression d'avoir toujours ramé
    Un casse-tête pour monter dans le bus
    Aller au taff, passer leurs portes
    Souvent les gens me regardent et me répondent que c'est pas de leur faute

    Je suis
    Heureux, jeune diplômé
    Esprit bétonné, j'ai étonné
    Ceux qui rêvaient de me voir abandonner
    Ma famille est loin d'ici, j'espère que là-bas ils sont fiers
    Je viens de gagner le combat qu'avait commencé ma mère

    Je suis
    Confiante, j'regarde ma classe un peu trop pleine pour moi
    Et j'leur tiendrais la main jusqu'à ce que la réussite leur ouvre les bras
    J'ai compris que parfois, les adultes sont paumés
    Parce que les plus grandes leçons c'est eux qui me les ont données

    Je suis
    Énervé, dans mon quartier on s'ennuie loin de la ville
    On écrit, on prie, on crie et j'ai des amis qui dealent
    Mon grand frère est au chômage, mon pote se fait 5000 par mois
    Au collège c'est le bordel, bientôt j'devrai faire un choix

    Je suis
    Loin, ce qu'il se passe chez moi n'intéresse pas grand monde
    Pour les autres on vit un rêve mais pourtant souvent on tourne en rond
    Tout est cher, avec le continent y'a comme une latence
    La plage, les palmiers, mais moi j'suis pas en vacances

    Je suis
    Discrète, mon père m'a dit de ne pas faire de vague
    Ma religion, un phare guidant mes pas depuis qu'j'ai mis les voiles
    C'est drôle qu'il me surveille mais qu'il fasse tout pour
    Me donner une leçon en m'empêchant d'aller en cours

    Je suis
    Inquiet, envers ma foi beaucoup de regards hautains
    J'reçois des leçons par des types qui ne font rien pour leur prochain
    L'humanité n'a pas plus d'coeur, j'vois le monde qui tourne et qui change
    Et je suis triste de voir qu'il y a de moins en moins de gens le dimanche

    Je suis
    Amoureux, et je vois pas qui ça regarde
    A part moi et celui avec qui j'partage mon lit le soir
    Je l'aime, on slalome entre les insultes et les blagues
    Dire qu'il y a peu de temps je n'avais pas le droit de lui offrir une bague

    Je suis
    Oublié, mes fins de mois se font sur le fil
    C'est devenu rare d'aller au restau ou d'aller voir un film
    Je suis qu'un chiffre, qu'un vote, qu'une statistique, un point de plus dans la foule
    Moi j'suis juste né ici et j'ai l'impression que tout le monde s'en fout

    Je suis
    Un rendez-vous, un hasard, un match de foot, un mariage
    Une manif', un anniv', une accolade, une bagarre
    Une scène de crime, un jugement, un gosse qui rit, une erreur
    Une montagne enneigée, je suis la pointe de la plume d'un auteur
    Je suis les pleurs d'un départ, je suis la chaleur des bars
    Je suis une saveur cinq étoiles ou bien le gras d'un kebab
    Les flemmards, les couche-tard, les lève-tôt
    Les râleurs, les regards dans l'métro
    Un oncle raciste, un concert vide, la crise, la déprime qui ressert l'étau
    Je suis l'excellence, l'élégance ou l’espérance d'une naissance
    Ces campagnes dans l'silence, ces grandes villes immenses et denses
    Je suis, un peu de moi et beaucoup des autres quand j'y pense
    Je suis, la France

    https://youtu.be/8EyoKfM2Bv4

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • AIMER

    C'est un bouton de rose
    Fragile et parfumé
    Que de toucher on n'ose
    De peur de l'abîmer
    Une chevelure d'ange
    Dans une robe de velours
    Fragile et sans défense
    Qui a grandi un jour
     
    AIMER
    C'est un parfum de femme
    Une créature de rêve
    Un regard qui enflamme
    Une voix qui vous pénètre !
    Un besoin de caresses
    Un monde de douceur
    Une soif de tendresse
    Que partage l'âme sœur
     
    Avant que la vieillesse
    Ne soit au rendez-vous
    Montrez votre tendresse
    A chaque instant du jour
     
    AIMER
    C'est chanter et danser
    Respirer et sentir
    Enlacer et bercer
    Oublier de maudire

    Voir un coucher de soleil
    Entendre le bruit des flots
    Voir planer dans le ciel
    Les oiseaux tout là-haut

    Grimper sur la montagne
    Et se rouler dans l'herbe
    Sentir dans nos campagnes
    L'odeur fraîche de la terre

     
    AIMER
    C'est protéger la vie
    Vivre l'un pour l'autre
    Partager : joies, soucis
    Se battre côte à côte

     
    Jean Claude Brinette
     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • La maison de mon enfance

    La maison de mon enfance....J.A

    Elle est quelque part, la maison de mon enfance,

    Où je voulais vieillir, y ayant vécu petit;

    La maison, où j'attendrais avec impatience

    Les enfants envolés et les rêves partis...

     

    Belle, large et simple, j'aurais voulu que l'heure

    Y sonnât longuement sur des cadrans de bois ;

    Et que tout meuble ancien, parant cette demeure,

    Fût celui qui vraiment la meublait autrefois.

     

    Dans les bahuts de chêne, où la main des grand mères

    Auraient rangé le linge en piles de blancheur

    Flotterait un parfum de plantes forestières,

    Emblèmes des respects conservés dans les coeurs.

     

    Elle est quelque part, cette maison de Maître,

    Où jeune et jusqu'au bout, j'aurais voulu vieillir...

    D'autres y vivent, et ne trouvant pas peut-être,

    Ce mode de vie qu'ils ne savent pas cueillit..

    J.A

    ---------

    Écrit et Présenté par J.A. Illustration internet

    Engagement à retirer l'image en cas de demande des ayants droit

    ---------

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • MON VISAGE....

    MON VISAGE...........Onoma Gaïa...

    Mon visage explose de joie

    Mon esprit vagabonde 

    Dans les bulles perlées

    Ma chevelure furibonde

    S'emmêle dans la rosée

    Dérangée ce matin

    Par les gazouillis de soie

    D'un éclair lancé au lointain....

    Le parfum de notre nuit danse

    Avec la venue des hirondelles

    Notre vol de liberté se mêle

    A nos chants d'émoi

    Et mes yeux convulsés en transe

    Souris aux souvenirs de dentelle

    Mon visage explose de joie

    Mon esprit vagabonde....

     

    Copyright @ Onoma Gaïa

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • J’ai mal à mon cœur

    J’ai mal à mon cœur :

    Quand on fait du mal à ma famille humaine

    Quand on tue mes frères et sœur du monde…

     

    J’ai mal à mon cœur :

    Quand on tue au nom de la religion

    Quand on vole au nom de cette même religion…

     

    J’ai mal à mon cœur :

    Quand on maltraite femmes et enfants

    Quand on viole femmes et enfants…

     

    J’ai mal à mon cœur :

    Quand la souffrance des humains devient insoutenable

    Quand on fait exploser des bombes sur les innocents…

     

    J’ai mal à mon cœur :

    Quand les humains ne savent plus où s’enfuir…

    Quand on doute de mes frères et sœurs qui cherchent un refuge…

     

    J’ai mal à mon cœur devant l’intolérance

    J’ai mal à mon cœur !

    ©Copyright Lise Gingras

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •                                              Tu sais....

    Tu sais........: Nadianna

    Il suffit d'une chimère ,

     Pour qu’un amour

     vole en  poussière

     

    Il suffit d'une main,

     Pour relever  la branche

     Barrant  le chemin

     

    Il suffit d'un baiser,

     Pour adoucir  la peine

     Et Délivrer les  pensées

     

    Il suffit d’un regard,

    Plongé dans ses îles

    Et  tous  les espoirs filent,

    En exil

     

    Il suffit d’un refrain

    Echo du lointain

     

    Et la peine s’en va

    Dés que l’amour revient

     

    Il suffit de la  douceur

      Des accords d’un   violon ,

     Et D’AlOud  en émoi

      Qui en choeur  lui   répond

     

    Et je plane à la ronde

    Etourdie   dans ses bras

     

    Mais  tout  un monde

    De musique  et  poèmes

     Ne peut suffire

    Pour écrire

     Combien   je t’aime,

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • MON CHÉRI

    MON CHÉRI......Théma

    On s'est écrit et ça m'a plu
    On s'est parlé et j'ai aimé
    On s'est appelé, j'ai apprécié
    On s'est vu et tu m'as plu
    On a dîné, j'ai adoré
    Je t'ai parlé, et tu m'as écouté
    Nos regards se sont croisés
    Nos beaux yeux se sont rencontrés
    Nos mains se sont croisées
    Nous nous sommes enlacés
    Nous nous sommes embrassés
    Nous nous sommes unis pour la vie
    Au fil des jours et pour toujours
    Je crois en notre amour
    Je t'aime et t'aimerai toujours
    Toi mon tendre amour
    @copyright Théma

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires