• (Un apophtegme est un précepte, une sentence, une parole mémorable ayant valeur de maxime ...)


     
    *****************************************
    L'homme descend du songe (Georges Moustaki)

     Elle était belle comme la femme d'un autre (Paul Morand)
     
     L'enfant est un fruit qu'on fit (Léo Campion)
     
     C'est curieux, se faire refaire les seins, ça coûte la peau des fesses (Vincent Roca)
     
     Quand il y a une catastrophe, si on évacue les femmes et les enfants d'abord, c'est juste pour pouvoir réfléchir à une solution en silence
     
     Vous connaissez l'histoire du mouton qui court jusqu'à perdre la laine ?
     
     Si vous m'avez compris, c'est que je me suis mal exprimé
     (Alan Greenspan)

     L'ennemi est bête, il croit que c'est nous l'ennemi, alors que c'est lui (Pierre Desproges)

     Vous n'êtes pas responsables de la tête que vous avez, mais vous êtes responsables de la gueule que vous faites.
     
     Elle est tellement vieille qu'elle a un exemplaire de la Bible dédicacé.
     
     Quand Rothschild achète un Picasso, on dit qu'il a du goût. Quand Bernard Tapie achète un tableau, on demande où il a trouvé les ronds…
     
     De nos jours, l'assistance à personne en danger se résume à assister au danger...
     
     N'attendez pas la solution de vos problèmes des hommes politiques puisque ce sont eux qui en sont la cause (Alain Madelin)
     
     Les prévisions sont difficiles, surtout lorsqu'elles concernent l'avenir.

    Quand un couple se surveille, on peut parler de "communauté réduite aux aguets".
     
     Et celle-ci, plus que jamais d’actualité :
     Les socialistes ont eu tort de venir au pouvoir. Ils auraient dû faire comme Dieu : ne jamais se montrer pour qu'on continue à y croire (Coluche).

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Histoire de pluie

     

    Il était une fois un roi qui voulait aller à la pêche.

     Il appelle son météorologue

     et lui demande l'évolution pour les heures suivantes.

     Celui-ci le rassure en lui affirmant qu'il pouvait y aller.



     Le roi va tranquillement à la pêche car pas de pluie prévue.

     Et pour plaire à la reine il met ses plus beaux atours.



     Sur le chemin, il rencontre un paysan monté sur son âne

     qui en voyant le roi dit :

     "Seigneur mieux vaut que vous rebroussiez chemin

     car il va beaucoup pleuvoir dans peu de temps"



     Bien sûr, le roi continue en pensant :

     "Comment ce gueux peut-il mieux prévoir le temps
     que mon spécialiste diplômé grassement payé 
     qui m'a indiqué le contraire ! 
     Poursuivons... "



     Et c'est ce qu'il fait...

     mais il se met bientôt à pleuvoir à torrents.

     Le roi revient trempé, la reine se moque

     de le voir dans un si piteux état.



     Furieux, le roi revient au palais et congédie illico

     son météorologue, puis il convoque le paysan

     lui offrant le poste vacant...

     Mais le paysan refuse en ces termes :



     "Seigneur, je ne suis pas celui qui comprend quelque chose
     dans ces affaires de météo et de climat,
     mais je sais que si les oreilles de mon âne sont baissées
     cela signifie qu'il va pleuvoir "

     Et le roi embauche l'âne...



     C'est ainsi que commença en FRANCE
     la coutume de recruter des ânes
     pour les postes de conseillers les mieux payés.


     C'est depuis ce moment, que fut décidé de créer

     une école : l'E.N.A. (l'Ecole Nationale des Ânes)

     et ses diplômés, dont nous pouvons mesurer,

     tous les jours, les brillantes compétences...

    Vive la France !

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Télécharger

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • « Photos styles glamour sur une musique de Nina simone.ppsx »

    Télécharger 

    Google Bookmarks

    2 commentaires
  • Joli mois d'avril


    Nous t'attendions tous, fébriles
    L'air se fait plus doux
    La nature reprend ses droits partout
     
    On avance les aiguilles
    Pour que les jours, tels des anguilles
    Un à un défilent
    A la rencontre du jour des plaisanteries
    Qui réchauffent les coeurs marris
    A la rencontre de cette fête
    Qui verra arriver en tête,
    Aux premières lueurs matinales,
    tels des petits lutins,
    Cloches et clochettes
    Donnant le signal
    Aux gamins malins et mutins
    De partir à la chasse,
    De trouver la trace
    Des mille et une cachettes
    Inventées par les parents coquins
    Pour dissimuler ça et là
    Cocottes, lapins et oeufs en chocolat
     
    Fêtons tous avec bonheur
    Ces nouvelles Pâques gourmandes
    Porteuses de douceurs
    Que petits et grands attendent
     
    De cette journée soyons en tous rois
    Amusons-nous
    Régalons-nous
    Mais attention à la crise de foie
     
    N'oublions pas néanmoins de fêter
    Avec respect et dignité
    Le Seigneur ressuscité
     
    nanou@copyright5415

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Plus jamais cela!...

    Je regarde les nouvelles internationales

    chaque jour. Ce que je vois et ce que lis

    me peine vraiment. J’ai écrit ce poème,

    comme un cri de désespoir, vers cette                                                      

    humanité qui court vers sa destruction !

                   *************

     

    Plus jamais cela !...

     

    Ils n’y a pas de bon et de méchant

    Quand il y a une guerre ;

    Seulement des pauvres âmes,

    Qui ne savent pas pourquoi

    On leurs a donné un fusil.

    Les vrais méchants

    On ne les voit pas

    Sur les champs de bataille.

    Quant aux bons,

    On ne les reconnait plus

    Tellement la guerre les a changés.

    On se mitraille, on s’entretue,

    Tout cela pour qu’après,

    Plusieurs décennies plus tard,

    On se sert la main.

    On fait comme si, tout cela,

    N’est pas vraiment arrivé.

    « C’était juste un affreux cauchemar »

    Disent nos politiciens !

    « Ni pensons plus

    Ce qui a été détruit,

    On peut le reconstruire. »

     

    Alors, parmi les nations,

    S’élève un cri unanime :

    « Plus jamais cela ! »

    Les hommes reprennent espoir,

    La vie reprend son court

    Comme si rien ne s’était passé !

    On élève quelques monuments

    En mémoire de ceux qui ont péris.

     

    Jusqu’à ce qu’une ou deux générations

    Plus tard, ne se rappelant plus

    De cette histoire disparue,

    Soient de nouveau envoyé

    Sur les champs de bataille !

               ************

     

    Un grand historien anglais*

    Une fois a dit sagement :

    « La seule chose que nous

    Apprenons de l’histoire,

    C’est que nous n’apprenons

    Jamais de l’histoire ! »

     

    Patrick Etienne

    *Toynbee, Arnold, (1889-1975)

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Télécharger 

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires