•  

    Une superbe jeune femme sort de chez le fleuriste avec un magnifique bouquet de roses.

    Un monsieur s’approche et lui dit :

    - Mademoiselle, vous ne pouvez savoir à quel point j’aimerais être à la place de vos roses.

    - Ah bon mais pourquoi monsieur?

    - Mais pour être dans vos bras, voyons !

    - Ah mais ne vous y fiez pas, aussitôt à la maison, je leur coupe la queue.

     **************************************************************************

    Faut pas déconner à la campagne !

     

    Un paysan occupe toute la largeur de la route avec son tracteur. ça énerve un jeune type qui le suit dans une superbe voiture de sport et qui, l'occasion se présentant, met les gaz et double le tracteur en trombe en hurlant au paysan, en montrant son capot : "il y a 200 chevaux là-dessous".

     

    Il va si vite qu'il loupe un virage un peu serré et tombe dans un étang.

     

    Quelques minutes plus tard, le paysan arrive à sa hauteur, le regarde : "Alors, on fait boire ses bêtes ?"

    ****************************************************************************** 

     

    Un Africain très noir arrive à l'aéroport de Lyon St Exupéry avec un faux passeport et la photo de Léonardo DI CAPRIO dessus.

     Le douanier très étonné regarde le noir, puis le passeport...

     Il regarde encore le noir, puis regarde encore une fois le passeport et tellement étonné, il appelle son supérieur :

     Dites-moi chef, vous qui êtes un peu plus cultivé que moi...

     Le Titanic il a coulé ou il a brûlé......???? 

     *************************************************************************

     Trois petits vieux qui étaient de bons amis se retrouvent après de longues années:   

     - Que faites- vous depuis que vous êtes en retraite.?    

     Le premier dit:

     - Moi, je fais de la photo.   

     Le deuxième:

     - Moi, je jardine.    

     Et le troisième annonce:

     - Moi, je fais de la recherche.!    

     - Ah bon! Et dans quoi?

    -Tous les jours, je cherche mes lunettes, ma canne, mon dentier, mes clés.

     

     *****************************************************************************

    Un homme de 70 ans se marie avec une jeune de 30 ans,

    Le lendemain il demande à son ami

     - Comment tu me vois à côté de ma belle épouse?

     

    L'ami lui répond?

     - Comme l'oreille du taureau

    - Je ne comprends pas? 

    - Loin des fesses et tout près des cornes !!!

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •                     Histoire vraie : Elle est excellente !!! 
     

    Histoire vraie : Elle est excellente !!!

      
     Avion: Le chien... Histoire vraie !!!
                     Une femme prend le vol Seattle - San Francisco. 
                    Suite à un incident en cours de route, l'avion est détourné vers Sacramento.
                   Le commandant de bord explique qu'il y aura un arrêt, et si des passagers voulaient descendre de l'avion,
      ils pourront remonter à bord dans 50 minutes...
                 Tout le monde descend de l'avion, sauf une dame qui est aveugle.
                  Un des pilotes l'avait remarquée parce que son chien-guide se reposait tranquillement sous le siège en face d'elle pendant tout le vol.
                 Le pilote s'approcha d'elle, et l'appelant par son prénom, lui demanda : 
                   - "Kathy, nous sommes à Sacramento pendant presqu'une heure. Voulez-vous descendre et vous dégourdir les jambes ?"
                    La dame aveugle répondit :
                  - "Non merci ! Mais peut-être que Fido voudrait se dégourdir les pattes.
     
      
                  Imaginez le tableau :

       
     
    Toutes les personnes dans la zone d'embarquement sarrêtèrent subitement quand, en tournant la tête,
      ils virent le pilote sortir de l'avion avec un chien-guide d'aveugle …
                 Le pire, le pilote portait des lunettes de soleil !
                Les passagers se sont éparpillés.
     Certains ont essayé de changer d'avion, dautres de compagnie aérienne…
                  
                      Histoire vraie...

             Passez une bonne journée et rappelez-vous...  
     
             les choses ne sont pas toujours ce qu'elles paraissent. 
     
                  Les apparences sont souvent trompeuses.


     
    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Télécharger 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Les échos de septembre

    Les échos de septembre

     - Mon fils ne se sent pas prêt pour la rentrée. 

     

    - Il a le temps d'y penser. 

     

    - Vous croyez qu'il s'habituera ? 

     

    - Pourquoi pas !

     

    C'est le sort des garçons

     

    D'aller en pension. 

     

    Après ce sera le service militaire. 

     

    Croyez-moi, lui ne doit pas s'en faire. 

     

     

     

    - Elles veulent toutes avoir raison. 

     

    Ce n'est pas elles qui y vont. 

     

    Dans huit jours, elles seront encore à discuter, 

     

    Et moi, grec et latin à étudier...

     

     

     

    Au village, les flirts et les derniers baisers... 

     

    Et moi qu'est ce que je fais ? 

     

    Je suis comme un hanneton, 

     

    Qui se cogne à tous les horizons... J.A. 

     

     -----------

     

     Comme je m'en suis déjà expliqué, il s'agit ici de petits poèmes, écrits quand j'avais de 16 à 18 ans. Je n'ai pas voulu les retoucher pour leur laisser leur naïve et candide spontanéité, dans un cadre qui n'est plus le nôtre. 

     

    Celui d'aujourd'hui est moins abouti. Avec des hésitations d'apprenti, il prépare ceux que je présenterai les jours suivants. Plutôt que de le retoucher, je l'ai complété par le petit texte en complément.   

     

     --------

     

    Complément dans les années 2000. 

     

    En relisant mes écrits de cette époque, j'ai quelquefois pris à mon compte cette chanson de Jacques Brel, que je cite partiellement de mémoire. 

     

    "C'est le temps où j'étais dernier

     

    Rosa, rosae, rosarum. 

     

    C'est le tango du temps des zéros,

     

     J'en avais tant, des minces et des gros. 

     

    Rosa, rosae, rosarum. 

     

    C'est le tango du temps béni, 

     

    Rosa, rosae, rosarum. 

     

    C'est le tango que l'on regrette..." 

     

    Si je regrette un peu les zéros donnés si généreusement, je ne regrette pas la culture latine que mes vieux maîtres s'appliquaient à nous inculquer, à une époque où l'Europe était à feu et à sang. 

     

    Si c'est aussi le symbole de ce qui reste quand on a tout oublié, c'est aussi le parfum des fleurs du printemps de son adolescence. 

     

    Il affleure sans cesse à ma mémoire, à l'énoncé d'un mot, à la lecture d'une inscription, même aux souvenirs d'une guerre récente ou viennent  se mêler les réminiscences d'autres guerres bien plus anciennes, ces batailles de l'Antiquité, découvertes à travers l'odeur fade et poussiéreuse de l'exercice de la version. 

     

    À l'époque, si tout ce qui sortait de ma plume abondait en solécismes et en barbarismes, en faux sens et en contresens, du moins en ai-je gardé  de comprendre à présent à peu près l'occitan parlé, et un peu d'italien écrit, sans les avoir étudiés. 

     

     À l'encontre de H.G Wells qui comparait les professeurs d'humanités à "des gens qui manient indéfiniment des clefs pour ouvrir des portes vides", puis-je me permettre de conseiller aux "mecs plus ultra" qui entrent au collège de ne pas négliger cet apport exceptionnel dont la plasticité se prête à tout et s'adapte à tout, même aux sciences exactes qui utilisent le latin et le grec dans la chimie, la médecine, la pharmacie, etc. 

     

    Quant aux Chrétiens qui s'enrouent sur des textes débiles ou pleurards (ils ne le sont pas tous, heureusement), je les renvoie à Georges Brassens.  

     

    "Sans le latin, sans le latin, 

     

    Plus de mystère magique. 

     

    Le rite qui nous envoûte

     

    S'avère alors anodin..." 

     

    J.A. 

     ©copyrigth Jean-André. 

    Images : prises sur Google.. 

     

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •                    Comme un jour un peu fou !!

    Comme un jour un peu fou, délivrant ses couleurs,

     

    Où les roses transies dansent la valse des heures,

     

    Dépliant en offrandes les pétales de leurs coeurs,

     

    Au jardin provençal l'Amour gagne son bonheur.

     

     

     

    Nul être parmi nous ne pourrait deviner,

     

    Ce qui se nomme plaisir, si tendre et parfumé,

     

    Sans avoir vu la terre et toutes ses beautés,

     

    Que Dame Nature peint dans un long soir d'été.

     

     

     

    De ses nuances si belles, cultivées en partage,

     

    Au chaud soleil naissent les mimosas sauvages,

     

    Léchés parfois de l'ombre d'une maison sans visage,

     

    Et sous les doigts du peintre, le plus beau paysage.

     

     

     

    La saison nous rappelle qu'il faut toujours croire,

     

    A l'odeur de la vie, à l'esquisse d'un espoir,

     

    Qu'une petite fleur peut faire vivre un regard,

     

    Et offrir à l'abeille son plus précieux nectar.

     

            Caroll RIQUET

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Télécharger 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • You All To Me

    Tu es tout pour moi



    Nuit et jour, vous avez pris soin
    Je vous ai vu porter la mort
    Dites-moi comment dois-je continuer sans toi mon amour

    Votre bouche, je brossé mes mains
    Mes larmes mouillent vos lèvres froides
    Vous mien à jamais seul
    Je vais, je vais regarder, Je t'aime, qu'il s'agisse

    Caresser mon amour
    J'ai besoin de toi près
    A vos côtés, je serai ici, je vais rester
    Tu es tout pour moi, ma vie, ma passion
    Je sens que je ne partagerai jamais votre coeur

    A vos côtés, je passe du temps
    Et à l'amour de la nuit, je peux vous toucher
    Ils pensent que je suis fou, mais
    Je vais te faire, prendre soin, je vous aime si

    Caresser mon amour
    J'ai besoin de toi près
    A vos côtés, je serai ici, je vais rester
    Tu es tout pour moi, ma vie, ma passion
    Je sens que je ne partagerai jamais votre coeur

    Pas déchirer mon âme
    J'aime mon aquantaré
    Caresser mon amour
    J'ai besoin de toi près
    A vos côtés, je serai ici, je vais rester
    Tu es tout pour moi, ma vie, ma passion
    Je sens que je ne partagerai jamais votre coeur

     

    Petra Berger

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires