• RETOUR DE PECHE

    Quand s’apaise le vent sur la lande bretonne,

    Un calme relatif s’installe sur le port.

    Rentrent les chalutiers, chargés jusqu'au plat-bord.

    La nuit tombe déjà en cette fin d’automne.

     

     

    Des dizaines d’oiseaux accourent criaillant,

    S’abattent casse-cou sur la manne céleste

    Et s’échappent bien vite, agiles, d’un vol leste,

    Pour revenir sitôt, en tenace assaillant.

     

     

    Affairés, les marins s’activent sur le pont,

    Déchargent les cageots, sans apparente peine

    Un mareyeur matois, la figure sereine,

    Les surveille discret, l’œil perplexe mais prompt.

     

     

    Quelques gamins rieurs se hissent sur les bittes,

    Interpellent gaiment leur père, leurs voisins.

    Ils se bourrent de coups. Ils font les galopins,

    S’adonnent à leurs jeux, chahuteurs sans limites.

     

     

    Et s'achève l'encan. Le quai bruyant se vide,

    Acheteurs et vendeurs s’éloignent satisfaits,

    Assurés cette fois de n’être pas refaits.

    Un macareux picore un poisson l’air placide.

     

    Sur un nuage bleu, la lune se prélasse.

    Triste, l’engoulevent lance son cri pleureur.

    Le hibou lui répond, bouboulant, enjôleur.

    Une chauve-souris, silencieuse, passe.

     

    Marcelle Betbeder

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  • J'irai me blottir dans ta tendresse

    Pour le confort de mon âme en

    Désaccord avec mon coeur frustrant

    Mon corps  en carence  de caresses

     

    Serre moi fort au creux de tes bras

    Tu ressentiras combien j'ai besoin de toi

    Garde moi dans la chaleur de ton coeur

    Pour que ma tendresse soit la maîtresse

     

    De ton existence à la sérénité d'être aimé

    Nos yeux aux regards tendres de sincèrité

    Complices de nos mains entrelacées supplantent

    Nos mots impuissants à la force de nos sentiments

     

     

    Unissons notre tendresse qui déborde de nos coeurs

    Afin que nos chairs s'en imprègent dans la liesse

    De deux âmes en peine recherchant le bonheur

    Qui sommeille dans la richesse du subconscient

     

    copyright CHRYS@CK

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Dans  la campagne de mon enfance,

     

    Dans la campagne de mon enfance ... CC

    Mes grands-parents à la campagne possédaient des chèvres, des lapains,

     

    des poules, et tous ces animaux vivaient paisiblement dans leur enclos.

     

    Les voisins de mes grands-parents, élevaient aux aussi des volailles, mais

     

    tôt le matin, elles étaient lâchées et vivaient en toute liberté ... et ces

     

    poulettes gambadaient partout sans se soucier des limites des propriétés,

     

    ignorant le chacun chez soi.

     

    Mes grands-parents et voisins , s'entendaient très bien, et mon adorable

     

    grand-mère leur avait signalé l'intrusion de leurs volailles sur sa propriété,

     

    dans le verger et le jardin, dans la cour et les bâtiments ...

     

    de guerre lasse, de parlotes en parlotes quant à la surveillance de ses

     

    poules, la voisine demeurait sourde ...

     

     

    Un dimanche matin, ma grand-mère choisit deux belles poules, les tua, les

     

    pluma ... et en fin de matinée, s'en alla chez la voisine pour l'inviter au

     

    repas du soir ...

     

    Et au menu ? poule au pot,

     

    le repas se passa au mieux, chacun en bavardages divers sur les récoltes

     

    et les conserves, sur les enfants mariés et installés ....etc ... tout allait bien.

     

    Au moment du dessert, mangeant la tarte apportée par les voisins,

     

    ma grand-mère déclara :

     

    -  J'espère que les poules vous ont régalé, rien ne vaut une volaille élevé

     

       en plein air, en toute liberté, mais ce soir comptez les vôtres, il vous en

     

       manquera deux,

     

    et voilà grand-mère qui éclate de rire,

     

    j'en souris encore ...

     

     

    Sachez mes amis, que trois jours plus tard, les poules des voisins vivaient dans 

    un enclos ....

     

     @copyright, Claudine,

     

    Je ne résiste pas au plaisir de vous offrir ce proverbe français :

     

    Quand on tient la poule, il faut la plumer 


    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Un type complètement ivre titube sur le trottoir.
    Une voiture de police qui passait par là s'arrête à sa hauteur :
    - Ca va Monsieur ?
    - Oui, je vais écouter un sermon.
    - Un sermon à cette heure ? Mais il est 22 heures et les églises sont fermées.
    - Ouais. Je vais quand même écouter un sermon.
    - Mais qui va faire un sermon à cette heure ?
    - Ma femme.

     

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Télécharger

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    Télécharger

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Télécharger 

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Télécharger »

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • NE GUITARE, UNE VIE
     Paroles et musique: Marie-Josée Neuville, 1955


     Des parents à aimer
     Une ville pour flâner
     Des pauvres à aider
     Des mains pour travailler
     Des oiseaux pour rêver
     Une guitare pour chanter

     Voilà ce que j'ai reçu du Bon Dieu
     Quand je suis née
     La la la la...

     Des amis pour mentir
     Un amour pour souffrir
     Un mari pour sortir
     Des rides pour enlaidir
     Des malaises pour guérir
     Une guitare pour pleurer

     Voilà ce qu'à vieillir
     toute une vie va m'apporter
     La la la la...

     Un ami pour m'aider
     A mourir sans regrets
     Une famille pour pleurer
     Une couronne pour cacher
     La terre où m'enterrer
     Ma guitare au côté

     Voilà les souvenirs
     Que je garderais pour partir
     La la la la...

     Mais je n'ai pas vingt ans
     Et j'ai un coeur léger
     Une guitare pour chanter
     Et tes yeux à aimer

    Marie-Josée Neuville, de son vrai nom Josée Françoise Deneuville, née le 10 janvier 1938 à Paris, est une chanteuse française, comédienne et animatrice de radio et de télévision.

     

    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires