• Google Bookmarks

    1 commentaire

  • Mes petits amis, les oiseaux

    Mes petits amis, les oiseaux (t Lise)

     

    Bonjour petits oiseaux!

    Le matin, j’aime vous entendre jaser très tôt.

    Mésanges, merles, moineaux, tourterelles,

    Quel concert!

     Quels merveilleux battements d’ailes!

    2

    Je vous aime et vous me comblez;

    Vous êtes invisibles dans les feuillus abondants;

    Vous restez cachés pour ne pas être attrapés;

    De l’environnement, vous êtes les ornements.

    3

    Votre mélodie enchante les cœurs

    Elle pacifie avec douceur

    C’est un chant exquis et gracieux

    Enveloppant le village

    4

    En des profondeurs inaccessibles

    Avec des mots secrets et invisibles

    Vous chantez un refrain très doux

    Qui s’harmonise entre vous…

    5

    Charmants petits amis

    Vous illuminez les jours gris

    Chaque note est une étincelle

    Quelles superbes ritournelles!

    Vous êtes toujours là comme un ami fidèle

    6

    Parfois, vous êtes farouches,

    Vous refusez qu’on vous touche;

    En vous admirant, je suis ravie;

    C’est un baume sur la fin de ma nuit

    7

    Votre langage n’est pas étrange

    Il est comme le chœur des anges

    C’est un pur enchantement

    Tout comme le soleil

    C’est un prodigieux mystère!

     

    © Copyright Lise

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • COEUR EN QUARANTAINE-CHRYS

     

    Elle a tant rêvé d'un amour passionnel

    Elle a tant espéré qu'un jour il s'éveille

    Elle est fatiguée de croire que pour elle

    Elle, elle, elle dans un sommeil artificiel

     

    Où les rêves n'exitent plus, lasse son âme

    D'espèrance, qu'un coeur en errance, larmes

    Séchées par le temps qui passe, elle désarme

    Se retranche dans sa solitude, arme de femme

     

    Le silence compagnon fidèle pour une vie sereine

    Comment pourrait elle l'être, elle n'est pas la reine

    Simplement la soubrette, dans ses pensées vaines

    Que pour elle, Elle a mis son coeur en quarantaine

     

    copyright @ CHRYS CK

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Télécharger»

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Télécharger 

    Google Bookmarks

    1 commentaire
  •  

    Télécharger

    Google Bookmarks

    votre commentaire
  • Dans le marbre…

    Dans le marbre…


    J'ai aimé vivre dès mon premier instant, mais bien des fois j'ai souhaité mourir, Oublier qui j'étais, me haïr. Ce que je suis, ce que je représente, le maudire. Mais d'un amour différent, j'ai su renaître, enfin, intimement me reconnaître. Ma nature à ses raisons que ma raison ne connaît point, elle est mon maître. 
    Ainsi suis-je fait, qu'un autre moi dicte mes pas, s'impose, dispose de moi. Nul n'est responsable, il n'y a pas d'amour coupable, il obéit à ses propres lois. Et si aujourd'hui je jouis du plaisir d'aimer en concordance avec mes penchants, Je souffre du désamour que j'impose, mais ne désavoue point mes antécédents. 
    J'ai donné tout ce que j'avais à offrir de mon corps viril, comme de mon cœur, Ignorant les affres de mon désespoir et de mes doutes, mes intestines terreurs. Sans cesse, à chasser mon intime vérité jusqu'à son ultime retranchement, Mes excuses pour ne plus vouloir vivre, les causes de mon désenchantement. 
    J'ai passé l'âge des grandes illusions, mais ne veux point vivre sans passion. Plutôt mourir en martyr des flèches de Cupidon, que de vivre sans prétention. Sur l'autel du plaisir, j'ai encore tant à offrir que je ne veux point m'endormir Sans immoler mon corps et mon âme, avant de voir s'étioler le feu du désir. 
    On peut sacrifier mon corps, et persécuter mon âme de bien des manières, Mais mon cœur, lui, restera indéfectible au delà des frontières du cimetière. Quiconque y pénètre, jamais n'en sort, même si son attachement diffère, Gravé dans son marbre, à chacun sa griffe indélébile et le temps l'indiffère.
     

    Christian BaillyTous droits réservés
    Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires